Accueil Cette semaine Expos/Littérature Les actualités Portraits Monique/Cinéma
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 23 mai 2018

Fleurs d’Acier, une ode à la solidarité féminine

Six femmes ont adopté un salon de coiffure pour s’y refaire une beauté, mais surtout pour s’exprimer et se confier. Thérèse, propriétaire du salon et fine psychologue, les accueille à bras ouverts et écoute leurs péripéties et drames. Elles sont drôles, touchantes, parfois cyniques. Fleur d’Acier est une ode à la solidarité féminine interprétée par six comédiennes talentueuses et mise en scène avec finesse par Carle Guité. Avec Marie-Ève Trudel, Pascale Véziau, Marie-Claude Giroux, Stéphanie Loiseau, Élisabeth Lauzon et Roxanne Soucy. Un texte de Robert Harling.

Au Théâtre du Marais, les 8 et 9 juin. Pour plus d’infos, cliquez.

Le concierge, une douce vengeance

Il y a vingt ans, Évelyne s’est fait laisser par Jean-Pierre, son mari, un flamboyant homme d’affaires sans scrupules. Se retrouvant seule et dépourvue, Évelyne prend sa vie en main, retrousse ses manches et fonde une maison d’édition qui, aujourd’hui, a le vent dans les voiles, et qui lui assure une situation financière très confortable.

Un jour, Jean-Pierre réapparaît dans le bureau d’Évelyne. C’est maintenant un homme ruiné, presque sans-abri. Il vient lui demander pardon… et un emploi. Évelyne accepte de l’aider à deux conditions : personne ne doit savoir qui il est vraiment, et il sera… LE CONCIERGE. Une douce vengeance se profile. Évelyne en profite pour traiter Jean-Pierre comme un moins que rien et lui faire subir toutes sortes d’humiliations.

Chez En Scène de Saint-Jérôme, au Théâtre Gilles-Vigneault, tout l’été dès le 20 juin. Pour plus d’infos, cliquez.

Quelque chose comme une grande famille

1982. René Lévesque vit une année difficile. Le Québec vit une année difficile. Taux hypothécaires frisant les 20 %, compressions budgétaires dans le secteur public, mise à pied de mille huit cents employés à la GM de Boisbriand…

Trois soeurs et leurs maris vivent eux aussi une année difficile, mais vont tenter ensemble d’y survivre! Claire, l’aînée, infirmière de profession, décide d’héberger sa soeur Dorothée qui vient de quitter son mari. Elle choisit aussi de venir en aide à Gilles, le mari de sa soeur Monique, alors qu’il vient de perdre son emploi à la GM. Avec Marcel, son mari, prof de Cégep qui voue un culte à René Lévesque, tout ce beau monde va tenter de résister à la grisaille et au marasme ambiant en retricotant encore plus solidement le lien qui les unit.

Une histoire de solidarité familiale sur fond de crise politique, sociale et économique… Où l’on peut apprécier toute la complexité des rapports entre membres d’une même famille!

Quelque chose comme une grande famille, un texte de François Archambault, une production du Petit Théâtre du Nord.

Au Centre communautaire de Blainville, tout l’été, dès le 21 juin. Pour plus d’infos, cliquez.

Pour les autres aperçus…