Bientôt Cette semaine Cinéma Cinéma à venir Musique Théâtre Expos/Littérature Les actualités Portraits Mini magazines
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 22 mars 2017

Le goût d’un pays


Le goût d’un pays, documentaire québécois de Francis Legault. Le goût d'un pays est un film documentaire qui raconte le pays en prenant prétexte d'une tradition ancestrale qui nous est typique, inscrite au coeur même de notre code génétique culturel : la fabrication du sirop d'érable. Existe-t-il un lien entre la culture du sirop d’érable et l’essence de l’identité québécoise? Cette question inusitée prend une tournure imprévisible et pertinente dans Le goût d’un pays. Porté par un dialogue touchant entre Gilles Vigneault et Fred Pellerin, le film recueille le témoignage de cultivateurs amateurs ou professionnels afin de rendre hommage à l’un de nos trésors naturels, tout en proposant une réflexion singulière et positive sur le rapport que le peuple québécois entretient avec son territoire.


Au Ciné-Club de Prévost, le 31 mars. Pour plus d’infos, cliquez.

Bientôt dans nos Laurentides…

Un style unique et dépouillé


Révélé en 1996 avec Joseph Antoine Frédéric Fortin Perron, un premier album qui lui vaut d'emblée un succès d'estime, une approbation critique et un noyau dur de fans, Fred Fortin a fait sa marque à la tête de divers projets musicaux. Cinq albums sont parus sous son nom. En 2010, Plastrer la lune est retenu sur la longue liste du prestigieux prix Polaris et remporte deux GAMIQ. Son plus récent, Ultramarr, voit le jour à l'hiver 2016. Fred Fortin est le bassiste de Galaxie, groupe mené par le fougueux guitariste et chanteur Olivier Langevin, depuis le tout début de l'aventure au tournant des années 2000. Quand l'appel du gros rock abrasif et l'envie de sortir l'artillerie lourde se fait entendre, Fred Fortin s'éclate avec les désormais mythiques Gros Mené. Depuis 2014, Fred Fortin signe la musique originale et l'habillage sonore de l'émission humoristique Les beaux malaises. Écoutez.


Au Théâtre du Marais, le 31 mars. Pour plus d’infos, cliquez.

Un bon millésime d’humour


Duo humoristique féminin nous rappelant la belle époque des spectacles de style cabaret à la Dodo et Denise. Les Grandes Crues, ce sont Ève Côté et Marie-Lyne Joncas, toute deux finissantes de l’École nationale de l’humour, cuvée 2014. Elles viendront charmer un large public grâce à leur verve, leur sens de la répartie et leur façon bien à elles de dépeindre la société actuelle. Pourquoi les Grandes Crues? Parce qu’elles sont comme un bon millésime, parfois corsées, mais bien dosées, et assurément pas bouchonnées! Sur scène, les deux jeunes humoristes nous parlent de leur recette du bonheur avec une désinvolture et une dégaine des plus charmantes. C’est autour d’un bon verre de vin qu’elles vous invitent à vivre un 5 à 7 signé Grandes Crues. Leur devise: «La vie, c’est deux choses : Accepter qui on est et… un bon verre de muscadet.»


Chez Odyscène de Sainte-Thérèse, au Cabaret BMO Sainte-Thérèse, le 31 mars. Pour plus d’infos, cliquez.

Un monde humoristiquement multicolore


Jadis connu en tant que Jaune des Chick‘n Swell, Daniel Grenier vous invite dans son monde humoristiquement multicolore. Son spectacle est un immense canevas sur lequel il y appose ses propres couleurs, finement appliquées par le biais de blagues, de chansons, de textes et d’images. Venez rire, partager son bonheur et dépeindre une toute autre réalité : celle de Daniel Grenier en Prismacolor. Gagnant d'un Gémeaux, trois Oliviers, un Félix et un Victor avec les Chick'n Swell. Créatif et talentueux Daniel Grenier sait comment séduire le publique. Que ce soit sur scène, en musique ou à la télévision, Daniel Grenier est synonyme d'avant-gardisme, ingéniosité, folie, hilarant, unique, rafraichissant, intelligent et bien sûr absurde.


Au Centre d’art La petite église de Saint-Eustache, le 31 mars. Pour plus d’infos, cliquez.

Pierre et son goût du risque


Un matin, Pierre Hébert s’est réveillé avec la peur de devenir le spectateur de sa propre vie en s’installant dans le confort et la stabilité. C’est ce jour-là qu’il a décidé de cultiver Le goût du risque. Dans ce deuxième spectacle d’une mordante ironie, il tourne ses propres peurs en dérision afin de se convaincre lui-même de sauter dans le vide! D’une désopilante sincérité, il s’inspire de ce que son quotidien a de risible et d’absurde pour donner aux spectateurs l’envie de sortir de la routine, de faire des choix audacieux. Prendrez-vous le risque de tomber sous son charme? Grâce à son deuxième spectacle solo, Pierre Hébert comblera tous ceux déjà conquis par sa désopilante sincérité et saura rallier ceux qui ne sont pas encore tombés sous son charme! Habité par une belle folie, il a le don de rassembler autour de son humour juste et de son ironie mordante.


Chez En Scène de Saint-Jérôme, dans la salle André-Prévost, le 31 mars. Pour plus d’infos, cliquez.

Le subtil Jean-François


Avec Le show du gros cave, Jean-François Mercier a brassé la cage des Québécois à coups de rire gras, de rires francs et parfois aussi, de rires jaunes, touchant les cordes sensibles du grand public. Corrosif, critique, émouvant, pertinent, hilarant : il ramène son humour singulier sur les planches avec un tout nouveau spectacle conçu dans l’esprit qui fait de lui un humoriste dans une classe à part. Subtil, sensible et touchant? Probablement! Serein? Pas tout à fait. Hilarant? Absolument! Jean-François Mercier vieillit et l’expérience l’oblige à évoluer. Il est maintenant conscient de sa propre fragilité. Dans ce spectacle, il doit régler ses comptes avec la vie avant que la vie ne le rattrape... Jean-François Mercier séduit son public avec la véhémence qu’on lui connaît. Fidèle à lui-même, il demeure gras et sexe à souhait, tout en étant plus réfléchi. Comment dire? Dorénavant, Jean-François tourne sa langue sept fois dans votre bouche avant de parler…


Chez Odyscène de Sainte-Thérèse, au Théâtre Lionel-Groulx, le 31 mars. Pour plus d’infos, cliquez.

Richard, le polichineur d’écritoires


Une version revisitée et délirante de trois chefs-d’œuvre de William Shakespeare, considéré comme l'un des plus grands poètes, dramaturges et écrivains de la culture anglaise. Dans ce spectacle inusité et original, Richard se prétend professeur de littérature. Il raconte donc Hamlet, à l'aide d'un journal, Roméo et Juliette, en utilisant les vêtements qu'il porte sur lui, enfin Richard III, avec... un rôti de porc. Être ou ne pas être? Aimer! Créée par la compagnie belge Les Chemins de Terre, la pièce Richard, le polichineur d’écritoires a été présentée plus de trois cents fois dans une dizaine de pays. En compagnie des créateurs de la pièce, Sylvain Massé en a fait une adaptation bien personnelle qu’il nous présente aujourd’hui.


À la Place des citoyens de Sainte-Adèle, le 31 mars. Pour plus d’infos, cliquez.

Bientôt trois fois plus, cliquez.

Abonnez-vous immédiatement

à La boutique Dans nos Laurentides.com

fière partenaire de votre journal virtuel

et courez la chance de gagner un certificat-cadeau de 100$ dans un restaurant laurentien de votre choix!