Accueil Cette semaine Cinéma Cinéma plus Musique Théâtre Expos/Littérature Les actualités Portraits Monique/Cinéma
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 18 avril 2018 Un aperçu en musique

Un créateur vrai et entier

L’harmoniciste-chanteur et compositeur Guy Bélanger est un créateur vrai et entier. Il vous convie à sa nouvelle aventure, entouré de musiciens allumés. Comme une invitation à un voyage à la croisée des chemins de blues et de folk où les chansons, interprétations et compositions s’enchaîneront jusqu’à l’apothéose.

Au Théâtre du Marais de Val-Morin, le 28 avril. Pour plus d’infos, cliquez.

Un récital à ne pas manquer  

Véritable prodige, Stéphane Tétreault s'est fait connaître sur la scène internationale en tant que récipiendaire du violoncelle de Bernard Greenhouse, le Stradivarius "Comtesse de Stainlein, Ex-Paganini" de 1707 qui lui est généreusement prêté par Madame Jacqueline Desmarais.

 

Détenteur d'innombrables prix et distinctions, Stéphane est lauréat de la toute première Bourse de carrière Fernand-Lindsay de la Fondation Père Lindsay et du Prix Choquette Symcox des Jeunesses Musicales du Canada en 2013. Lauréat du Premier prix au Concours de l'Orchestre symphonique de Montréal Standard Life-OSM 2007, il a été nommé Révélation Radio-Canada 2011-2012 en musique classique, récipiendaire du Prix Opus de la Découverte de l'année et couronné Personnalité de la semaine par le quotidien La Presse en 2012. Depuis trois ans, il fait partie du palmarès des trente musiciens de l'heure de moins de trente ans de la CBC Radio.


Accompagné au piano par la très talentueuse Marie-Ève Scarfone, Stéphane Tétreault vous interprète des œuvres de Haydn, Schubert et Brahms avec tout le dynamisme qu'on lui connaît.


À voir absolument!


Chez Amal’Gamme de Prévost, le 28 avril. Pour plus d’infos, cliquez.

Pour les autres aperçus…

De grandes retrouvailles

Le Saint-Jovite Quartet a vécu de 1981 à 1982 seulement, mais son passage au Festival international de jazz de Montréal (FIJM) en 1982 a marqué le jazz québécois. Les membres du groupe se réunissent à nouveau. Le Saint-Jovite Quartet, tout juste formé en 1981 par quatre jeunes musiciens des Laurentides, a marqué le troisième FIJM en 1982, avec une présence électrisante dans un Club Montréal (devenu le Spectrum ensuite) rempli au max. Malgré ce succès, l’ensemble a disparu peu après, chacun des musiciens poursuivant sa route de son côté. Nombre de gens se rappellent encore l’énergie que dégageait ce jazz-rock un peu fusion, typique de l’esthétique des années 1980, teintée d’hybridation entre l’acoustique, l’électrique et le synthétique (synthétiseur). Ici, cela dit, ce sont surtout des guitares qui répondent à l’appel, celles de Sylvain Provost et d’Alain Juteau, mais aussi la basse de Norman Lachapelle (qui joue également les claviers) et la batterie d’Alain Boyer.


Au Théâtre du Marais de Val-Morin, le 5 mai. Pour plus d’infos, cliquez.

Sensibilité mélodique et maîtrise technique

Jean-Michel Blais est un pianiste montréalais. Ses compositions envoûtantes conjuguent la sensibilité pop de Yann Tiersen et de Chilly Gonzales à la maîtrise technique de pianistes classiques minimalistes comme Philip Glass et Erik Satie.


Né à Nicolet, le jeune Jean-Michel grandit dans un milieu éloigné des arts et n’a chez lui, pour toute lecture, qu’une gigantesque encyclopédie qu’il passe des heures à dévorer. À l’âge de neuf ans, il commence à pianoter sur l’orgue familial, improvise des mélodies et, à onze ans, écrit ses premières compositions. Il débute aussi à ce moment des leçons de piano. Véritable talent naturel, il est invité, à seize ans, à entrer au Conservatoire de musique de Trois-Rivières, où il commence des études en piano classique. Mais Jean-Michel, alors en pleine adolescence, se rebelle rapidement contre cette formation qu’il trouve contraignante et rigide. Il veut expérimenter et n’aime pas qu’on lui dise comment jouer, ni qu’on l’empêche d’improviser et de composer.


Quelques années plus tard, il attire l’attention de l’auteur et metteur en scène Robert Lepage, qui le présente au gratin du milieu artistique québécois. Sans plan de carrière bien précis en tête, le pianiste se retire promptement et décide de poursuivre ses explorations.


Dans la mi-vingtaine, il part vivre à Berlin et passe plusieurs mois en Amérique du Sud. Il compose de la musique, mais traverse aussi de longues périodes sans même toucher à un piano. De retour à Montréal, il redécouvre son amour pour la composition et attire à nouveau l’attention, cette fois de l’étiquette Arts & Crafts. Composé sur deux ans au fil d’improvisations quotidiennes, Il, premier album de Jean-Michel Blais, a été lancé le 8 avril 2016.


Au Théâtre du Marais de Val-Morin, le 13 mai. Pour plus d’infos, cliquez.

Le cas Mozart

Mozart était un génie, mais savez-vous pourquoi?


Trois concerts racontés pour explorer l’époque, la vie et l’œuvre du grand Wolfgang.


Dans une ambiance outrageusement sympathique et décontractée, le Quatuor Voxpopuli, le compositeur-conférencier Patrick Mathieu et leurs invités vous interprètent ses plus belles pièces.


Trois soirées pour connaître, comprendre et aimer un des plus grands talents de l’histoire.


La machine à musique : Deuxième concert d’une série de trois.


Avec Sasha Djihanian (soprano), Maude Côté-Gendron (mezzosoprano), Dominique Côté (baryton) et le Quatuor Voxpopuli. Conférencier: Patrick Mathieu.


Dix ans avant la Révolution française, Mozart refuse d’être serviteur et devient le premier véritable musicien indépendant. Contre toute attente, il triomphe et devient la coqueluche musicale de Vienne où deux découvertes le bouleversent : le nouveau style inventé par Haydn et la musique des anciens, Bach et Haendel.


À travers une sélection d’airs d’opéra qui traitent tous d’un seul et même sujet, l’amour, entendez avec quelle finesse psychologique Mozart parvient à en décrire les infinies nuances, du pur amour au plus bassement terrestre…


Ne manquez pas l’autre concert de cette série :


Le style classique (13 juin 2018)


À l’Église Holy Trinity Church de Sainte-Agathe-des-Monts, le 9 mai.  Pour plus d’infos, cliquez.

L'œuvre d’André Gagnon revisitée

Au piano et aux arrangements, le talentueux Stéphane Aubin, secondé par un ensemble à cordes interprètent plusieurs œuvres de son album Neiges (deux fois Disque Platine), ainsi que d’autres pièces qui composent son imposant répertoire. L’émouvante comédienne et chanteuse Kathleen Fortin se joint à l’ensemble pour interpréter des extraits de l’opéra Nelligan, du légendaire spectacle Leyrac chante Nelligan et quelques surprises conviant le public à une soirée mémorable! C’est un rendez-vous! Stéphane Aubin est un musicien accompli, à la fois auteur-compositeur, interprète, arrangeur, directeur musical, pianiste accompagnateur et coach vocal de nombreux artistes. L’apport d’André Gagnon pour la musique instrumentale au Québec est incontestable et incontournable. Son talent, grandement reconnu autant par un succès public indiscutable que par l’appréciation de ses pairs, lui a valu de très nombreux prix FÉLIX et JUNO. Sa carrière active couvre plus de cinquante ans et il figure parmi les musiciens québécois qui se sont le plus illustrés hors Québec, principalement en Asie et aux États-Unis. Compositeur de musique instrumentale et vocale, il est reconnu pour son impressionnant catalogue d’œuvres. Il a enregistré cinquante-quatre albums, en plus de regrouper des corpus de ses pièces dans douze compilations CD. Il a entre autres composé des musiques de films québécois et américains et des musiques de séries télé.


Au Patriote de Sainte-Agathe, le 20 mai, dans la salle Percival-Broomfield. Pour plus d’infos, cliquez.

Bienvenue dans un univers poétique envoûtant

Compositeur et multi-instrumentiste, Jean-François Bélanger peaufine depuis plusieurs années une vision personnelle et sensible des musiques traditionnelles. Ses compositions finement ciselées ont mené la critique à souligner sa maturité, son audace et sa polyvalence.


Après quelques années d'études en violon, c'est de manière autodidacte qu'il a exploré les quelque vingt instruments que compte sa collection. Depuis les dernières années, sa démarche se centre principalement sur les traditions scandinaves. L'utilisation d'instruments inusités confère à ses enregistrements et à ses prestations publiques un caractère unique. Parmi ceux-ci, les nyckelharpa, kontrabasharpa et tenorharpa, vièles à clés suédoises, piquent immanquablement  la curiosité.


Après trois années de travail d'orfèvre, il a terminé l'enregistrement d'un diptyque dont le premier volet, consacré aux choses de l'esprit, a été dévoilé en septembre 2014. Le deuxième volet, plus tribal et axé sur les forces de la nature, sera quant à lui disponible en 2017.


En plus des trois albums déjà à son actif, Cap-aux-Sorciers, Avant la dérive et Les mauvais conseils, il a collaboré à plus d'une vingtaine d'enregistrements, dont ceux de La Bottine Souriante, de La Volée d'Castors, d'Yves Lambert et de Genticorum.


Le Montréalais poursuit également une carrière en médecine, à titre de psychiatre et de psychothérapeute.


Chez Amal’Gamme de Prévost, le 26 mai. Pour plus d’infos, cliquez.

Annulé