Accueil Cette semaine Cinéma Cinéma plus Musique Théâtre Expos/Littérature Les actualités Portraits Monique/Cinéma
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 18 avril 2018 Dans nos actualités, cette semaine…

Wilsen dévoile le magnifique vidéoclip Final

Wilsen, trio originaire de Brooklyn, annonce sa tournée automnale à travers les États-Unis, la première depuis le lancement de son premier album encensé par la critique, I Go Missing In My Sleep (Secret City Records).

Final est une chanson folk cérébrale, trame sonore d’un pas de deux chorégraphié par le danseur Yury Yanowsky, qui apparaît dans le vidéoclip au côté de Rachele Buriassi. Tous deux ont déjà monté sur scène avec le ballet de Boston. Yury a été danseur principal du ballet de Boston pendant plus de deux décennies et il fait partie du corps enseignant de Harvard. Il provient d’une longue lignée de danseurs (il est le fils d’Anatol Yanowsky et Carmen Robles du Ballet de l’Opéra de Lyon, et le frère du danseur principal du Ballet royal, Zenaida Yanowsky, et de la soliste du Ballet national des Pays-Bas, Nadia Yanowksy). Une caméra nerveuse capture la danse rapide et frénétique, qui est juxtaposée à la chanson lente et envoûtante.

Menée par Tamsin Wilson, la formation Wilsen a lancé son fascinant premier album complet en avril. Décrit comme une révélation majeure par NPR Music et déclaré meilleur premier album folk de 2017 par Uproxx, le disque capture l’évanescente tranquillité de New York avant l’aube, évoquée par l’entremise de la voix feutrée, mais puissante de Wilson et les instrumentations intimistes du bassiste Drew Arndt et du guitariste Johnny Simon.  

Depuis le lancement de l’album, Wilsen a lancé un vidéoclip en primeur sur VEVO (Garden), offert l’album en écoute exclusive sur Stereogum, reçu des éloges de NPR et Vice Noisey, eu des séances d’enregistrement avec Nylon, WNYC Soundcheck et Echoes, et bien plus encore. Garden cumule actuellement plus de trois millions d’écoutes sur Spotify. Le trio a d’abord fait sa marque au sein de la scène musicale indépendante en 2013 grâce au EP double autodistribué Sirens, qui fut suivi du EP Magnolia en 2014, de tournées avec Daughter, Matthew E. White et San Fermin, et de spectacles avec London Grammar. Wilsen revient d’une série de spectacles aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni, ayant partagé la scène avec des musiciens, tels que Patrick Watson et Diane Birch.

Suuns annonce la sortie de son nouvel album Felt

Le groupe Suuns est ravi d’annoncer que son nouvel album, Felt, sera lancé le 2 mars, via Secret City Records au Canada. Selon le chanteur et guitariste Ben Shemie, ce disque est indéniablement plus décontracté que le précédent [Hold/Still, 2016]. On peut entendre cette liberté traverser les onze pièces de Felt. Il s’agit à la fois d’une continuité et d’une renaissance pour le quatuor montréalais, qui est retourné entre les murs de l’institution locale bien-aimée Breakglass Studios avec Jace Lasek des Besnard Lakes, mais pour enregistrer à son propre rythme cette fois-ci, au cours de cinq sessions fertiles réparties sur plusieurs mois. Les nouvelles chansons du groupe ont été mixées à la perfection par le producteur de St. Vincent, John Congleton (qui était également à la barre de Hold/Still), qui a voyagé depuis Dallas spécialement pour déployer ses talents primés sur place.

Ne manquez pas le groupe en concert au Québec, notamment lors des spectacles-lancements à Montréal, le 9 mars, au National, et à Québec, le 10 mars, à la Source de la Martinière.

Le premier extrait de Felt, “Watch You, Watch Me” est dévoilé via NPR Music et VOIR. Cette chanson met en valeur un afflux organique/synthétique qui évolue encore et encore autour des rythmes entraînants du batteur Liam O’Neill. La pièce est complétée par les motifs extatiques croisant les sonorités de Harmonia à celles d’un Game Boy confectionnés par le maître de l’électronique Max Henry. Évitant les préréglages, Henry a conçu des sons originaux pour chaque chanson sur Felt tout en devenant un directeur musical par défaut, orchestrant les configurations et les oscillations.

La chanson “Watch You, Watch Me” est accompagnée d’un vidéoclip réalisé par RUFFMERCY, qui témoigne : On pense souvent que l’on connait bien les visages des gens, surtout celui de connaissances occasionnelles, mais quand on s’arrête et qu’on les observe vraiment, ils nous apparaissent sous un nouveau jour. Je voulais que le vidéo vous procure ce sentiment étrange et inconfortable d’être vous-même observés. Plus généralement, je voulais que la vidéo suive un rythme effréné, instable, autant que la chanson en elle-même.

À propos du visuel de l’album, Ben Shemie nous raconte : J’étais à un barbecue l’été dernier et il y avait des ballons partout, se souvient le chanteur. J’aime l’idée de la pression, de la résistance, de pousser contre quelque chose juste avant que ça éclate. Il y avait quelque chose d’étrangement subversif à montrer un doigt qui pousse la paroi d’un ballon. Ça semblait cadrer avec l’atmosphère du disque que nous enregistrions. Nous avons fait des moulages en plâtre de nos mains afin d’obtenir une apparence de statue laïque. Joseph (Yarmush, guitariste de la formation et photographe) a trouvé la palette de couleurs, avec cet arrière-plan d’un vert maladif, et a photographié toute la pochette en une heure.

C’est une image juste assez outrancière pour Felt, qui contraste avec la noirceur passée de Suuns, optant pour une ambiance plus optimiste. Le côté ludique du disque trouve un écho dans le double sens du titre. Certains vont penser au tissu (“felt”, “feutre”), explique Ben. J’aime que ce puisse être mal interprété. En anglais, “felt” signifie aussi “avoir ressenti” et non “ressentir” — c’est un peu introspectif, mais c’est un sentiment qui est au passé.

Suuns est le secret electro art rock le mieux gardé du pays et profite d’une carrière internationale florissante qui ne tarit pas d’éloges. Tandis que la scène musicale qui entoure ce genre reste plutôt restreinte au Canada, il en est tout autrement en Europe où le groupe savoure un succès à faire envier plusieurs : concerts complets lors de récents passages à Paris, Londres, Berlin, Amsterdam, Barcelone, Bruxelles, (en plus de Toronto et Montréal), chansons placées dans les film Ant-Man, Only God Forgives, dans la télésérie Blacklist et dans des publicités de Nike et Nissan, Les Inrocks les qualifiant l'un des meilleurs groupes du monde moderne, deux nominations sur la longue liste du prestigieux Prix de musique Polaris, Billboard incluant Hold/Still parmi les meilleurs albums de 2016, et plus encore.

Pour plus d’infos, cliquez.

En musique, trois fois plus, cliquez.