Accueil Cette semaine Expos/Littérature Les actualités Portraits Monique/Cinéma
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 17 octobre 2018

Pour les autres expositions

Déchets de Sophie Castonguay

La nuée de Laurent Lamarche

Simplifiez. Simplifiez. Simplifiez.

Henry David Thoreau

Au cœur des déchets immondes qui inondent toute la face de la planète au quotidien, il y a le plastique, impérissable,envahissant, inquiétant, si inquiétant. Cette année, en 2018, le premier août marqua le jour du dépassement, c’est-à-dire le jour où l’humanité épuisa les ressources de la planète. Au Canada seulement, cette date fut devancée au 18 mars. Nous gaspillons beaucoup. Or, visiter les deux expositions du Centre vous amèneront peut-être à apercevoir le monde autrement. Deux expositions en perspective inversée : deux visions de déchets recyclés qui se distinguent et s’entrecroisent. D’une part, il y a le constat de l’accumulation incontournable et invasive des déchets plastiques qui nous questionnent; de l’autre, la nécessité impérative de métamorphoser ces rebuts dans une vision poétique, soit de créer et d’inventer, le mot poésie venant du grec poiêsis qui signifie «création». Deux avenues qui nous font réfléchir sur notre avenir, en procédant avec des déchets jusqu’à créer un univers effarant ou réinventé.

Déchets de Sophie Castonguay fait suite à un projet artistique performatif de longue durée dans le cadre duquel l’artiste et sa famille ont gardé leurs déchets pendant un an. L’expérience fut documentée au fil du temps et participe d’une démarche militante et engagée. Une installation comprenant plusieurs projections vidéos permet d’en rendre compte grâce à une spatialisation combinant à la fois des images et des sons, des récits, des narrations. Boursière à plusieurs reprises du CALQ, Castonguay a été nommée Prix du CALQ créatrice de l’année en 2014 dans les Laurentides. Elle a exposé à plusieurs endroits au Québec, en Ontario, Paris, Bâle et Angers. L’artiste remercie le Conseil des arts et des lettres du Québec de son appui financier.

Au Centre d’exposition de Val-David, du 29 septembre au 6 janvier. Pour plus d’infos, cliquez.

En évolution, La nuée de Laurent Lamarche poursuit son envol et côtoie divers éléments d'un laboratoire scientifique inédit. Entre nature et artifice, Lamarche façonne la matière plastique recyclée en simplifiant la technologie à l’extrême. Émergeant de la pénombre, cet essaim de créatures ailées qui rougeoient et s’animent dans l’obscurité attire et envoûte au plus haut point. Boursier maintes fois du CALQ et du CAC, Lamarche a exposé au Canada et à l’étranger ; ses œuvres font partie de plusieurs collections privées et publiques. Son travail peut être vu dans plus d’une dizaine de bâtiments publics au Québec dans le cadre de la Politique d’intégration de l’art à l’architecture. L’artiste remercie le Conseil des arts et des lettres du Québec et le Conseil des Arts du Canada de leur appui financier.

Au Centre d’exposition de Val-David, du 29 septembre au 6 janvier. Pour plus d’infos, cliquez.