Accueil Cette semaine Cinéma Cinéma à venir Musique Théâtre Expos/Littérature Les actualités Portraits Monique/cinéma
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 19 juillet 2017

Le mur des rapaces prend son envol à Val-David

Le bouillonnant René Derouin est en perpétuelle création et c’est tant mieux! Après son immersion annuelle au Mexique, il nous revient au Québec avec son tout nouveau projet monumental, le Mur des rapaces, qui sera inauguré au cœur d’une nouvelle exposition au Centre d’exposition de Val-David. L’exposition De la Chapelle au Mur des Rapaces y sera présentée du 24 juin au 4 septembre, après le vibrant succès de ses deux dernières expositions itinérantes, Les derniers territoires et Rapaces.

René Derouin exposera une première étape du Mur des rapaces, véritable work in progress qui vient nourrir sa réflexion sur la société des rapaces entamée en 2010. Les oiseaux de proie fascinent Derouin depuis longtemps, et il n’hésite pas à les utiliser pour illustrer la rapacité du néo-libéralisme radical qui influence la société actuelle. Né du choc provoqué par l’arrivée du mur de Trump, ce projet monumental représente bien la philosophie d’engagement social privilégiée par l’artiste.

«Avec le MUR DES RAPACES, je veux faire une œuvre d’art pour embellir et non enlaidir, pour réfléchir et pour garder en mémoire que ce président veut couper l’Amérique en deux. Cette œuvre va le rappeler longtemps…» René Derouin

Un vernissage unique tout en performance

Le Centre d’exposition de Val-David est heureux de convier le public au vernissage de l’exposition De la Chapelle au Mur des Rapaces, qui se déroulera le 24 juin, à compter de quatorze heures. Pour souligner l’ouverture de l’œuvre La Chapelle/Capilla, l’artiste présentera Chachalacas, une performance qui s’inspire des oiseaux de la côte du Pacifique, criant matin et soir en toute collégialité au Mexique. L’œuvre éphémère s’inspire aussi d’un groupe mexicain, la troupe de théâtre Foco al aire, et se veut un rapport aux citoyens. La chorégraphie est signée Jeanne Molleur et René Derouin et la conception sonore de Pierre Dostie; une production de la Fondation Derouin 2017.

Lors de cette exposition, le public pourra découvrir l’imposant Mur des rapaces, une œuvre murale de quarante-huit pieds, mais aussi des œuvres de la série Rapaces, avec des papiers collés et découpés, ainsi que des aquarelles. L’ancienne église Saint-Jean-Baptiste de Val-David accueillera également l’œuvre intitulée La Chapelle/Capilla, ainsi que quelques grands reliefs issus de la collection Les derniers territoires.

L’exposition se poursuivra à Mexico et Puebla en 2017-2018, sous la direction du commissaire mexicain Jose-Manuel Springer.

L’artiste est récipiendaire du prix Paul-Émile Borduas et membre de l’Ordre national du Québec, en plus d’être membre de l’Ordre de l’Aigle aztèque (Mexique). En 2017, René Derouin a été nommé Artiste pour la paix de l’année par l’organisation Les Artistes pour la paix, un prix remis par le maire Denis Coderre à l’hôtel de ville de Montréal. Il a reçu également le titre de Compagnon des arts et des lettres du Québec le 29 mai dernier. Écoutez René Derouin en parler sur Ici Radio-Canada.

Pour plus d’infos, cliquez.