Accueil Cette semaine Cinéma Cinéma à venir Musique Théâtre Expos/Littérature Les actualités Portraits Mini magazines
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 24 mai 2017

Ton visage : ton profil

Regarder un visage, c’est sonder au plus profond des êtres et apprendre à s’apprivoiser, soi et l’Autre, à travers lui. C’est entrer en communication avec son prochain. Faire l’expérience du visage, c’est aussi y découvrir le mystère de l’autre, sa vulnérabilité et son inaltérabilité, les nôtres. Lévinas insistait, l’épiphanie du visage comme visage, ouvre l’humanité. Porteur tantôt de bienveillance, de bonté autant que d’effroi ou de cruauté, le visage nous amène à s’ouvrir à ce que ressent l’autre, à y donner du sens, à aller à sa rencontre pour apprendre à mieux voir, à mieux se connaître. Source de tyrannie et de racisme, le visage peut semer autant d’amour que de bonté, tout en appelant à l’inviolabilité de l’être.

De tout temps, les artistes ont été fascinés par le visage, superbe grimoire, au cœur des intrigues relationnelles, marque absolue des émotions et du mystère de l’être. À l’heure où l’on nous demande de composer des profils, pour tout et rien, les face à face se multiplient devant le miroir ou dans les médias, dans la vie ou en numérique. Mais que révèlent-t-ils tous ces visages sans défense, si visibles et énigmatiques? Que cachent-t-ils? De face ou de côté, la figure varie entre son irréductible singularité et son profil standardisé. À travers la diversité de la grande famille humaine, les jeux de la physionomie, plus ou moins amicaux ou intimidants, continuent de rendre compte du caractère de la personne. Mais aujourd’hui, l’unicité des visages du quotidien rivalisent avec les profils normalisés qui envahissent l’espace médiatique de la toile et ses réseaux sociaux tandis que s’entrechoquent leurs différences identitaires.

L’exposition Ton visage : ton profil rassemble les travaux de près de cinq cents élèves et étudiants, des bambins du Centre de la Petite enfance aux élèves des écoles primaires Sainte-Marie et Saint-Jean-Baptiste de Val-David, de l’École Imagine et de Maison Emmanuel centre éducatif (supervisés par l’artiste Michel Gautier). S’y ajoutent des étudiants du secondaire de l’Académie Sainte-Agathe de Janet Vekteris, Arthur Loth, jeune relève de l’Atelier de l’Ile  et des étudiants du département d’arts plastiques du CÉGEP de Saint-Jérôme de Bruno Gareau : Pamela Bernier – Camille Brazeau – Catherine de la Durantaye – Axelle Forget –Maude Frigault – Cassandra Larocque – Aimée Lebeau – Claudia Martel - Gabriel Mendoza – Zoé NigelskyI – Cédric Pépin – Érick Robertson.

Tous ces jeunes ont œuvré à partir de cette thématique commune inspirés par leur visite des expositions Visages fauves de Kittie Bruneau et Sauvage dans tous ses états de Normand Ménard. L’installation de tous ces visages dessinés, découpés et recomposés par les enfants, mettent en jeu dans l’espace les multiples facettes de ces doubles faces. Qui dit vrai dans ce théâtre de la représentation où les ombres portées mettent en lumière la troublante fragilité de notre humanité?

Au plaisir de vous accueillir!

Manon Regimbald

Au Centre d’exposition de Val-David, du 20 mai au 11 juin. Pour plus d’infos, cliquez.