Accueil Cette semaine Cinéma Cinéma plus Musique Théâtre Expos/Littérature Les actualités Portraits Monique/Cinéma
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 18 avril 2018

En musique, dix fois plus, cliquez.

Dans nos actualités, cette semaine…

Un premier album pour Elise LeGrow

La chanteuse torontoise Elise LeGrow, qui était de passage récemment à Montréal pour enregistrer l'émission Belle et Bum (Télé-Québec), fait paraître son ambitieux premier album Playing Chess, une collection de chansons radicalement remaniées, empruntées au catalogue légendaire de Chess Records de Chicago, l'étable des pionniers et icônes du R&B Muddy Waters, Etta James, Bo Diddley et Chuck Berry.

Afin de relever ce défi, Elise s'est entourée d'une impressionnante brigade de musiciens, dont les invités spéciaux Questlove et Captain Kirk Douglas de The Roots, en plus de la section de cuivres des Dap-Kings qui ont contribué à l'album d'Amy Winehouse couronné d'un Grammy, Back To Black. Le même trio de producteurs derrière les Soul Sessions de Joss Stone - le producteur Steve Greenberg, la chanteuse et compositrice légendaire Betty Wright et le magicien de studio Mike Mangini - est réuni pour la première fois pour ce premier album d'Elise LeGrow. Plutôt que de réinterpréter fidèlement ces compositions immortelles, les relectures de LeGrow éliminent complètement les arrangements originaux pour leur en injecter de tout nouveaux, originaux et audacieux, proposant ainsi de grands classiques comme vous ne les avez jamais entendus!

Plants and Animals célèbre les dix ans de Parc avenue

Imaginez ça : Montréal, 2008. (Pour vous aider un peu, c’est l’année où Obama est élu président, le film Juno et Fleet Foxes sont partout, No Country For Old Men remporte l’Oscar du meilleur film, et Amy Winehouse gagne plein de Grammys). Le quartier Mile-End est désormais l’endroit idéal où vivre. Des journalistes de Pitchfork et de SPIN sont venus, puis repartis, et cette plaque tournante culturelle est maintenant considérée comme le nouveau Seattle. Arcade Fire, Wolf Parade, The Stills, Malajube et de nombreux autres reçoivent une attention internationale bien méritée qui changera l’orientation de leurs carrières, ainsi que celles d’autres groupes locaux pour toujours.

Arrive Plants and Animals avec son premier album complet, Parc Avenue, qui fait suite à un EP de quatre pièces paru en 2007, With/Avec EP. Parc Avenue : un titre d’album en référence à l’emblématique rue montréalaise qui délimite le quartier, une pochette d’album photographiée dans notre parc municipal le plus remarquable, celui du mont Royal, et une riche collection de mélodies senties, d’arrangements majestueux et de riffs de rock classique qui découlent autant des jams psychédéliques que du folk de chambre délicatement orchestré (Pitchfork). Entièrement enregistré sur ruban analogue, et puisant conceptuellement autant dans l’expérience en studio que la vie quotidienne dans le Mile-End, Parc Avenue se décrit idéalement comme une lettre d’amour au voisinage, aux amis et aux amoureuses qui l’ont inspiré.

À la suite du lancement, le groupe a été soudainement propulsé dans une toute nouvelle direction. Pitchfork lui a accordé une cote de 8/10 à une époque où ce site pouvait décider de la réussite ou de l’échec d’un album (sérieusement), Under The Radar et PopMatters lui ont donné 9 sur 10, Time Out New York les a adoptés, et ainsi de suite. L’accueil local a également été incroyable : quatre étoiles dans La Presse et dans VOIR, quatre étoiles et demie dans The Gazette, le groupe en page couverture du Mirror, de Hour et de Nightlife (oui, c’était un big deal à l’époque!), et plus encore. Le groupe a décroché une nomination sur la courte liste du Prix de musique Polaris et deux nominations aux Prix Juno dans les catégories Nouveau groupe de l’année et Album alternatif de l’année. Cette parution a établi Plants and Animals comme un puissant trio d’auteurs-compositeurs et une extraordinaire force sur scène, leur ouvrant des portes pour partir en tournée à travers le monde de nombreuses fois, notamment avec Gnarls Barkley et Portugal. The Man à l'époque!

Puisque ce lancement a eu un tel impact il y a dix ans, créant des admirateurs endurcis mondialement, les membres de Plants and Animals sont heureux d’annoncer une édition dixième anniversaire, incluant huit prises inédites jamais entendues auparavant. Woody nous en dit un peu plus à propos de ces nouveaux joyaux : Il s’agit de jams datant des deux ou trois années qui ont mené à Parc Avenue — de la vaste étendue entre nos débuts en tant que groupe instrumental expérimental jusqu’à notre éventuelle découverte des outils de base que sont les couplets, les refrains, et terminer les chansons tous ensembles en même temps. Ce sont des fruits qui sont restés pris sur la vigne. Ce sont de vieux T-shirts qui ont été portés tout l’été, mais qui avaient trop de trous pour être vêtus à l’école à l’automne. Ce sont des miettes de pain en route vers la maison en pain d’épices. Ce sont des Sagrada Familìas glorieusement inachevées. Secret d’initié : l’une d’entre elles est “Bye Bye Bye” à l’envers avec le chant à l’endroit enregistré par-dessus. Retournez-la et vous verrez. (Celle-là a presque été conservée, parce qu’elle s’apparentait à une victoire olympique au ralenti.) L’une d’entre elles est un bordel ivre et cathartique. Une autre est comme une chanson jazzy de St Germain qu’on aurait pu entendre jouer dans un café en 2004. Qui a fait ça? Nous adorons ça. Nous espérons que les fans de Parc Ave trouveront eux aussi une place dans leur cœur pour elles.