Accueil Cette semaine Expos/Littérature Les actualités Portraits Monique/Cinéma
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 12 décembre 2018

Charlotte, sans artifice

L’auteure-compositrice-interprète à succès, Charlotte Cardin, nous offre un nouveau spectacle qui permettra au public d’ici de reconnecter avec sa voix singulière. Sans artifice et d’un naturel désarmant, c’est une artiste brillante et bien unique que les spectateurs auront la chance de retrouver dans un mariage parfait entre musicalités envoûtantes, réalismes sans limite et émotions poignantes.

Fébrile et heureuse de retrouver son premier public, l’artiste qui fait l’unanimité, et ce même à l’international interprétera les pièces de ses deux EP Big Boy et Main Girl comprenant nombres de singles tant appréciés par le public québécois tels que California et The Kids. La chanteuse à l’univers audacieux et énigmatique mettra tout en oeuvre pour que la magie soit au rendez-vous.

Au Théâtre Gilles-Vigneault de Saint-Jérôme, le 19 décembre. Pour plus d’infos, cliquez.

Jeux de massacre de Ionesco

Les finissantes et les finissants en Interprétation théâtrale et en Théâtre-Production du Collège Lionel-Groulx présentent Jeux de massacre, un texte d’Eugène Ionesco, mis en scène par Alain Zouvi.

Une petite ville jusqu’à présent bien tranquille se voit lentement décimée par un mal inconnu. De plus en plus de gens meurent, laissant les survivants dans l’angoisse et la peur. Chacun réagit et se protège comme il peut, aide son prochain ou s’en méfie. Une ombre noire rôdant dans la ville semble observer les événements d’un œil passif. La tragédie au ton absurde pose une question troublante : peut-on espérer un lendemain meilleur?

Il est difficile de ne pas grincer des dents en entendant un personnage de la pièce s’exclamer : «J’avais demandé à ce qu’on établisse une frontière, un barrage pour empêcher les gens des quartiers insalubres de pénétrer et d’aller se réfugier dans les arrondissements moins touchés et surtout le mien, le premier».

Cette réflexion trouve un écho dans plusieurs pays où la montée de l’extrême droite se fait sentir, comme en témoignent par exemple les récentes élections brésiliennes. Bien qu’écrite en 1970, Jeux de massacre pose un regard critique fort sur l’actualité.

Au Théâtre Lionel-Groulx du Collège Lionel-Groulx, le 19 décembre. Pour plus d’infos, cliquez.

De retour au menu…