Accueil Cette semaine Expos/Littérature Les actualités Portraits Monique/Cinéma
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 17 avril 2019

Le génie de Mozart des mains de Haydn

Premier de trois concerts racontés pour explorer l’époque, la vie et l’œuvre du grand Ludwig Van Beethoven.

Dans une ambiance outrageusement sympathique et décontractée, le Quatuor Voxpopuli, le compositeur-conférencier Patrick Mathieu et leurs invités vous interprètent ses plus belles pièces.

Trois soirées pour connaître, comprendre et aimer un des plus grands talents de l’histoire.

À l’Église Holy Trinity Church de Sainte-Agathe-des-Monts, le 17 avril. Pour plus d’infos, cliquez.

Le chant des sirènes

Depuis que l’homme est homme, le monde oscille entre création et déconstruction. Sans cesse, il se délite et infatigablement, il faut le rebâtir. Quinze ans après Te souvient-il?, Sylvain Émard remonte sur scène dans un solo et sonde les états d’être d’un homme qui veut croire que tout n’est pas perdu. Portant son espoir comme un étendard subversif, il refuse de céder au scintillement des mirages. Envers et contre tout, il danse, tel un maestro solitaire habité par les rugissements du monde.


Sans rien sacrifier aux exigences esthétiques et formelles qui ont fait sa réputation, Sylvain Émard poursuit ici sa quête d’une danse plus brute, plus vulnérable, où les imperfections sont autant de respirations qui permettent d’approcher la vérité de l’homme. Les préoccupations humanistes qui teintent l’œuvre du chorégraphe depuis ses débuts affleurent cette fois encore de façon évidente.


Les retrouvailles de l’interprète et du chorégraphe recèlent bien des surprises.


Avec étonnement, le danseur renoue avec un créateur plus permissif et aventurier qu’à son habitude, ensemble ils s’autorisent une certaine légèreté et investissent des contrées jusque là inexplorées. De son côté, Sylvain Émard redécouvre un danseur dont le corps, changé par le passage des années, devient un fascinant territoire d’expérimentation. Porté par l’idée que les qualités singulières des interprètes plus mûrs leur permettent une forme d’expression qui leur est propre, il prolonge ici la réflexion amorcée dans Fragments – Volume I, alors qu’il offrait à la comédienne de quatre-vingts ans Monique Miller un solo mémorable.


Au Théâtre Gilles-Vigneault de Saint-Jérôme, le 17 avril. Pour plus d’infos, cliquez.

Dérive, survivre à un décès

Dérive, drame québécois de David Uloth, avec Mélissa Désormeaux-Poulin, Maèva Tremblay, Éléonore Loiselle, Réal Bossé, Emmanuel Schwartz, Emilie Bierre, Isabelle Nélisse, Estelle Fournier et Luc Proulx. Depuis que papa est décédé dans des circonstances mystérieuses, sa famille n'en mène pas large. Maman tente de trouver un travail lui permettant de payer les factures et d'être présente auprès de ses deux filles adolescentes. En pleine crise existentielle, l'aînée se rapproche d'un homme qui n'est pas toujours gentil avec elle. Pendant ce temps, la cadette est le souffre-douleur de certaines de ses camarades de classe, hallucinant son père partout. Le deuil n'est pas encore fait et le trio devra apprendre à se soutenir afin de ne pas éclater en mille morceaux.

Au Ciné-Groulx de Sainte-Thérèse, au Cabaret BMO Sainte-Thérèse, le 17 avril. Pour plus d’infos, cliquez.

Les épopées hilarantes de Simon

Simon Leblanc vous présente son second spectacle Malade sans attendre. Toujours livré avec l’authenticité qu'on lui connaît, Simon vous offre un spectacle incarné et personnel dans lequel il transforme les épreuves du quotidien en épopées hilarantes. Malade est la preuve que quand c'pas drôle, vaut mieux en rire!


Au Zénith de Saint-Eustache, le 17 avril. Pour plus d’infos, cliquez.

Jeudi