Accueil Cette semaine Expos/Littérature Les actualités Portraits Monique/Cinéma
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 11 septembre 2019

Dimanche

Un univers à son image

Née à Delson sur la Rive-Sud de Montréal, Roxane Bruneau découvre très tôt une passion pour la musique. Dès l’âge de douze ans, elle suit des cours de guitare, ce qui l’amène à composer en 2003 sa première chanson abordant le sujet de la violence conjugale. Alors que son écriture se précise, elle utilise les plateformes Web les plus fréquentées (Facebook, YouTube, Instagram) pour diffuser des minis sketchs à la fois humoristiques, authentiques et originaux. Ces vidéos deviennent rapidement virales créant un véritable phénomène «Rox».

Fidèle à sa passion musicale, la jeune autodidacte compose et enregistre au travers de ces sketchs plusieurs chansons qu’elle dévoile à ses plus de cent dix mille abonnés sur les réseaux sociaux. La vidéo Notre belle démence dépasse notamment les deux millions de vues sur Facebook. En 2017, Roxane Bruneau rejoint les Disques Artic pour produire Dysphorie. Ce premier album se hisse au sommet des palmarès des ventes au Québec avec plus de vingt mille unités vendues. Dans le même élan, l’extrait J’pas stressée affole les classements radiophoniques et devient même la chanson la plus populaire de 2017 sur les ondes de CKOI.

Le succès est également au rendez-vous sur scène où la jeune auteure-compositrice-interprète multiplie les spectacles à guichets fermés. Elle se distingue notamment aux Francos de Montréal et au festival suisse Pully-Lavaux à l’heure du Québec qui lui décerne le «Prix de la Révélation». Saluée au Gala ADISQ 2018 par deux nominations («Album de l’année - Pop» et «Révélation de l’année»), elle y offre une prestation électrisante. Roxane Bruneau propose un univers à son image : décomplexé, plein de bagout et d’humour cru, de rythmes piochés et de romances trash’n’tatouées.

Au Zénith de Saint-Eustache, le 14 septembre. Pour plus d’infos, cliquez.

L’univers de Caracol

Caracol est une artiste et réalisatrice bilingue de Montréal. La prolifique auteure-compositrice compte quatre albums solo à son actif (deux en français, deux en anglais) ainsi que deux EPs. Elle est également active dans le domaine de l’édition, écrivant des chansons pour d’autres artistes (La Voix, Star Académie, etc). Tous ses albums étant distribués à l'échelle internationale, Caracol a fait de nombreuses tournées au Canada et en Europe, comme tête d'affiche ou en première partie d'artistes tels que Half Moon Run, Beacon, Chaz Bundick (Toro y Moi), Serena Ryder et The Bangles.

Au fil de ses projets, Caracol a reçu plusieurs prix et nominations, incluant des prix Génie et Miroir, des nominations JUNO et ADISQ, et elle était tout récemment en nomination pour le prix "Artiste électronique de l'année" aux Canadian Indie Awards. Son récent album, «Symbolism», paru en novembre dernier via Indica Records, a fait l'objet de critiques élogieuses, et est actuellement sur les palmarès de plusieurs radios collégiales à travers le Canada. Récemment, l’album fut le vingt-huitième disque le plus ajouté dans les radios universitaires américaines. Le single «Flooded Field» dépasse les deux cent cinquante mille écoutes sur Spotify, et la vidéo ”live" a plus de trois cent quarante mille vues, deux mille sept cents j’aimes et neuf cents partages sur Facebook. L’artiste réalise également de la musique pour le cinéma et la télévision. Plusieurs collaborations sont prévues pour 2019.

Au Pub La Chèvre de Saint-Adolphe-d’Howard, le 14 septembre. Pour plus d’infos, cliquez.

Portraits et fantaisies

Le mot "fantaisie" évoque l'imagination libre, sans contrainte. Ce concert aux accents théâtraux vous convie à explorer cette forme musicale à travers les personnages qu'ont décrits les compositeurs ou imaginés les interprètes. Rencontrez Eusebius et Florestan, deux personnalités créées par Schumann pour incarner ses propres contradictions, ou apercevez le peintre rêveur qui s'anime au son de la musique de Debussy. Laissez-vous captiver par la complicité évidente de ce duo de clarinette et piano dont les instruments rayonnent et se métamorphosent au gré de la musique et des personnages qui l'habitent. C’est l’offre du duo Da Silva/Hébert-Bouchard.

Chez Amal’Gamme de Prévost, le 14 septembre. Pour plus d’infos, cliquez.

Une dernière soirée au Patriote avant les travaux

Une dernière soirée avant une pause de quelques mois qui nous mènera vers une salle rénovée qui redonnera du lustre à notre légendaire Patriote.

Ne manquez surtout pas cette soirée spéciale de fermeture où nous aurons l’occasion de vous présenter en grande primeur le documentaire sur l’histoire du Patriote et où un artiste marquant de notre histoire nous fera l’honneur de sa présence.

Au Patriote de Sainte-Agathe, le 14 septembre. Pour plus d’infos, cliquez.

Le goût du risque avec Pierre

Un matin, Pierre Hébert s’est réveillé avec la peur de devenir le spectateur de sa propre vie en s’installant dans le confort et la stabilité. C’est ce jour-là qu’il a décidé de cultiver Le goût du risque.

Dans ce deuxième spectacle d’une mordante ironie, il tourne ses propres peurs en dérision afin de se convaincre lui-même de sauter dans le vide! D’une désopilante sincérité, il s’inspire de ce que son quotidien a de risible et d’absurde pour donner aux spectateurs l’envie de sortir de la routine, de faire des choix audacieux. Prendrez-vous le risque de tomber sous son charme?

Chez Odyscène de Sainte-Thérèse, au Théâtre Lionel-Groulx, le 14 septembre. Pour plus d’infos, cliquez.

Une musique simple et lumineuse

Multi-instrumentiste, auteur, compositeur, chanteur et réalisateur, Éric Goulet, co-fondateur du groupe Les Chiens, mène aussi une carrière solo sous le pseudonyme de Monsieur Mono.

À Saint-Placide, Monsieur Mono présentera son nouvel album Le Grand Nulle Part. L’émotion et la beauté dansent ensemble au son d’une musique simple et lumineuse – interprétée uniquement au piano : où la mélancolie et le romantisme mènent le bal. Éric Goulet explique :  «Il y a quelque chose de l’expérience humaine de base là-dedans. Ça me concerne, ce que je raconte, mais la douleur, la peine, le rejet, on vit tous ça à divers degrés.»

À la Maison de la culture de Saint-Placide, le 14 septembre. Pour plus d’infos, cliquez.

Entre lumière aveuglante et rêverie fructueuse

Se situant quelque part entre lumière aveuglante et rêverie fructueuse, Mat Vezio navigue depuis un bon moment dans le monde du folk, pop et soul. Proposant des pièces nacrées et mouvantes, il présente les naufrages d’un multi-instrumentiste qui prend plaisir à surpasser ses propres ambitions. En 2017, il perle ''Avant la mort des fleurs cueillies'', un premier opus aux sonorités acoustiques et aux voix sublimes. Aux côtés d’Antoine Corriveau, à la réalisation, Vezio s’impose comme un artiste en pleine effervescence et un auteur-compositeur-interprète à la plume animée, se retrouvant d’ailleurs parmi les finalistes du Prix Félix-Leclerc de la chanson.

Sur la route ou en studio, Vezio se lance dans l’écriture de nouvelles pièces, moins d’un an suivant la sortie de ce premier effort. Ses influences musicales variées et son imagination féconde le poussent à envisager ses œuvres sous divers masques, passant par quatre productions avant de finalement amerrir sur ce qui deviendra Garde-fou, une collection de titres deepfolk qui mise cette fois-ci davantage sur les frasques de son entourage que sur l’introspection. Il sera disponible sur l’étiquette Simone Records dès l’automne 2019. «Marjorie Kelly» en est le premier extrait.

Au bistro culturel L’Ange Vagabond de Saint-Adolphe-d’Howard, le 14 septembre. Pour plus d’infos, cliquez.

Le village en trois dés de Fred

À l’ère de la réalité augmentée, des écrans géants, de la haute définition et de l’expérience immersive, Fred Pellerin a pris la haute résolution de s’en tenir à la légende. Il nous revient avec un sixième spectacle de conte Un village en trois dés.

Retournant à ses souliers de conteur, il retrouve l’heureux recensement du Caxton qui sera au cœur de ce nouveau voyage!

À l’Espace Théâtre de Mont-Laurier, le 14 septembre. Pour plus d’infos, cliquez.