Accueil Cette semaine Bientôt Expos/Littérature Les actualités Portraits Cinéma/Guide
Actualités/Diffuseurs/Spectacles/Théâtre Gilles-Vigneault

En mode pause<

Pour le retour au menu des actualités, cliquez.

Le Théâtre Gilles-Vigneault s’illumine aux couleurs de l’arc-en-ciel

Le Théâtre Gilles-Vigneault, aussi très touché par les mesures entourant la pandémie de la Covid-19, avait envie de participer au mouvement solidaire «Ça va bien aller». L’idée était de lancer un message d’espoir dans la communauté en illuminant un arc-en-ciel sur la façade du Théâtre, qui donne sur la Place des festivités. Jean-François Tétrault, artiste et président de la fime Espace 3D de Saint-Jérôme, a créé de toute pièce et personnalisé cet arc-en-ciel géant. L’œuvre d’art compte au total quatre-vingt-seize bâtons lumineux LED de dimension 48” x 114 pixels. Chaque bâton est contrôlable indépendamment pour créer un effet tout en couleurs. L’arc-en-ciel du Théâtre Gilles-Vigneault illuminera le centre-ville de Saint-Jérôme jusqu’en mai 2020.

«Le Théâtre Gilles-Vigneault est un lieu accessible et ouvert sur la communauté depuis le premier jour. Il était donc très important pour nous de s’impliquer et d’envoyer un message de solidarité. Nous sommes fiers de collaborer avec Jean-François Tétrault de la firme Espace 3 D de Saint-Jérôme, pour la création de cet arc-en-ciel lumineux!»

- David Laferrière, directeur général et artistique du Théâtre Gilles-Vigneault.

À propos de Espace 3D

Entreprise de conception et de fabrication de systèmes modulaires et système LED pour installation scénique du nom de T-Node. Espace 3D fait la conception pour événements, spectacles, cinémas, musées et design d’intérieur. Les produits sont entièrement conçus et fabriqués au Canada.

Rencontre avec Stéphane Jolicoeur, directeur technique du Théâtre Gilles-Vigneault

Dans les prochaines semaines, nous allons vous présenter les membres de l’équipe permanente du Théâtre Gilles-Vigneault. Car derrière les paillettes et les éclairages flamboyants, il y un a une armée, certes petite, mais oh combien dynamique qui travaille fort pour que vous puissiez profiter pleinement de votre expérience au Théâtre. Et sincèrement, tous ont très hâte de vous revoir!

Ton travail au Théâtre, ça consiste en quoi exactement?

Je suis employé du Théâtre Gilles-Vigneault depuis cinq ans et j’adore mon travail! Mes tâches consistent principalement à gérer l’équipe technique, les budgets d'opération, les suivis d'entretien du matériel et du bâtiment. La coordination entre les équipes de tournée des spectacles, les producteurs et l’équipe maison du Théâtre occupe aussi beaucoup de place dans mon horaire quotidien. Mon dada est évidemment la conception scénographique et d’éclairage sur les projets spéciaux, comme les lancements de saison par exemple ou encore sur certaines productions ou locations. Je donne aussi régulièrement des formations en conception d'éclairage à des gens dans le domaine du spectacle, ce que j’aime beaucoup faire.

Quelle est ta formation académique?

J'ai fait mes premiers pas dans le monde du spectacle en 1983 et j'y travaille depuis plus de trente ans déjà! Mes débuts professionnels remontent à 1987 lors de mes études au Cégep de Saint-Jérôme en cinéma. J'ai ainsi assisté aux premiers balbutiements de Diffusion En Scène. Ma grande curiosité m’a poussé à pousser un peu plus loin mes connaissances en m'inscrivant en 1993 à l'École nationale de théâtre du Canada, à Montréal dans le programme création et production.

Pourrais-tu nous parler de quelques unes de tes expériences de travail?

Je le dis bien humblement, mais avec l’addition des années, je peux calculer que j'ai collaboré à plus de mille productions scéniques, soit comme concepteur d'éclairages, directeur technique, directeur de production, consultant technique ou chargé de projets. Je suis assez fier de tout ce chemin parcouru! Jusqu'en 2008, mon travail en conception d’éclairage m’a amené à voyager à travers le monde et m’a permis de connaître les coulisses des plus importantes scènes au Canada, aux États-Unis et en Europe.

Mon travail a été reconnu par mes pairs, car j'ai eu la chance d'être en nomination à l’ADISQ et à l’Académie québécoise du théâtre. J'ai également collaboré avec de grands créateurs d’ici tels que Robert Lepage, François Barbeau, Gilles Ste-Croix, André Brassard, Alexis Martin, Jean Bard, François Girard, Alain Lortie, Franco Dragone, Lorraine Pintal, René-Richard Cyr, Wajdi Mouawad, pour ne nommer que ceux-ci! Il est fascinant de les voir travailler et construire un spectacle et c’était un honneur pour moi de mettre mon talent à leur service et d’essayer (même réussir!) de développer en lumière leur vision artistique.

Un CV impressionnant!

1996 - 2002 - Assistant de Guy Simard (Concepteur d'éclairage en Opéra, Théâtre, Architectural, Muséal)

Plus d’une centaine de productions

1996 - 2020 - Théâtre UBU, Théâtre du Rideau Vert, Théâtre Prospéro, Mime Omnibus, Théâtre des Cascades, NTE, Théâtre Prospéro, Groupe des 33 et plus d’une cinquantaines d’autres producteurs.

Concepteur d'éclairage

2003 - 2005 - Prisma-Scène – Consultant sénior

J’ai élaboré la liste de remplacement de tous les appareils d’éclairage du Théâtre Denise-Pelletier, conçu l’éclairage permanent pour les expositions à l’Insectarium de Montréal et participé au projet de remplacement des gradateurs des salles Wilfrid-Pelletier, Maisonneuve et Duceppe de la Place des Arts.

2006 - 2010 – JD International - Consultant scénographique sénior

Chargé de projets sur les s​​​pectacles du Cirque du Soleil : OVO, Love, ZED, KA et Kooza.

Conception d’un système de rideaux acoustiques pour l’Université McGill.

Conception du système de rideaux acoustiques de la Maison symphonique de Montréal.

2011 – 2015 - SNC Lavalin / Maison symphonique de Montréal

Coordonnateur technique

Mise en place du fonctionnement et documentation technique

Responsable des formations sur les systèmes d’éclairage scénographique et architecturaux, système de porteuses et habillage acoustique.

Conception du plan de base des éclairages scénographiques pour l’orchestre symphonique de Montréal.

2015 - Diffusion en Scène - Théâtre Gilles-Vigneault – Directeur technique

Coordination des travaux de construction de 2015 à 2017 et mise en place du fonctionnement du département technique. Conception des appareils d’éclairage et plan d'éclairage de base, de sons et de machineries.

Des projets en images au Théâtre Gilles-Vigneault

Depuis son arrivée au sein de Diffusion En Scène, Stéphane continue de signer des conceptions d'éclairage, notamment pour les spectacles suivants: The Bowie Revisited Show, National Slide, Michel Pagliaro, Plume Latraverse, Nikamu Mamuitun, Gilles Vigneault, Jean-Marc Parent, Elisapie Isaac, Jessy Cook, l’Orchestre symphonique de Laval, les lancements de saison, projets spéciaux et autres.

Rencontre avec Isabelle Ménard, responsable de salle et de l’équipe d’accueil

du Théâtre Gilles-Vigneault


Ton travail au Théâtre, ça consiste en quoi exactement?

Je suis à l'emploi de Diffusion En Scène (maintenant Théâtre Gilles-Vigneault) depuis près de quinze ans. Mes responsabilités au Théâtre sont divisées en deux volets!

Je suis responsable de la salle, ce qui veut dire essentiellement que je suis le lien entre la tournée (les artistes) et le Théâtre. Quand la tournée arrive, je communique avec le directeur de tournée ou les artistes pour m'assurer qu'ils ont tout ce qu'il leur faut sur place. Si des visites en coulisses avant ou après le spectacle sont prévues, je coordonne le tout avec eux. Dans les loges je m'assure que tout est là selon leurs demandes au contrat. S'il y a quelque chose qui se passe autre que technique, on s'adresse à moi directement.

Je suis également responsable de l'équipe d'accueil, cette équipe compte trente personnes.

L'équipe d'accueil est celle que vous voyez quand vous arrivez au Théâtre. Elle vous accueille, vous dirige, vérifie vos billets et est présente dans la salle tout au long du spectacle. Je m'occupe de les engager, de les former et de faire leurs horaires de travail.

Peux-tu partager avec nous des demandes inusitées des artistes?

Oui, nous sommes juste entre nous! [Rires!]

Il y a quelques années, l'humoriste Billy Tellier avait indiqué dans son contrat vouloir des photos de Julie Masse dans sa loge. Évidemment, c'était une blague, mais nous l'avons pris au sérieux et nous avons tapissé les murs de sa loge avec des photos de Julie! Quand Billy est arrivé, il a trouvé le tout très drôle. Dans ces cas-là, chaque salle peut décider d'embarquer ou non dans ce genre de demande loufoque. Dans notre cas, on s'est bien amusés!

Il y a aussi eu un artiste, dont j'oublie le nom, qui nous avait demandé de voir Serge Postigo déguisé en personnage médiéval dans sa loge. Puisque j'ai quelques notions d'infographies,  j'ai fait imprimer un personnage médiéval grandeur nature et j'ai collé la photo de Serge Postigo sur le visage! C'était très drôle!

Quelques artistes peuvent aussi être très exigeants au niveau des demandes spécifiques dans leurs loges, mais en général les demandes sont dans les normes et très sympathiques. La grande majorité des artistes sont hyper reconnaissants, quelques-uns le sont moins, mais c'est très rare. On doit s'adapter tout simplement! Les soirées ne sont jamais pareilles. Mon travail est tout sauf routinier! Ça prend une grande capacité d'adaptation, car tout peut arriver à tout moment!

Quels sont les artistes avec lesquels tu as eu une belle connexion?

Fred Pellerin - mon gros coup de cœur, il est tellement gentil!

Marc Dupré - une vraie soie, il est généreux et hyper reconnaissant. Normalement, nous sommes surtout en contact avec le directeur de tournée, mais dans son cas, il vient nous voir, nous jase. Il est vraiment super sympathique.

Philippe Laprise - C'est devenu presque un ami! Il a une mémoire incroyable. Il nous parle de tout, d'anecdotes lors de sa dernière visite au Théâtre. Il se rappelle de notre nom. Un vrai gentil, authentique!

Quelle est ta formation académique?

Au secondaire, je faisais de l’improvisation et du théâtre. Le monde du spectacle me passionnait et je voulais toucher à tout. Je m’impliquais aussi dans la création, la mise en scène, la conception des décors et des costumes. Je passais tout mon temps libre dans ces activités.

En 1997, j’ai fait une demi-session au Cégep Saint-Laurent en Arts et Lettres, profil art dramatique. J’ai quitté rapidement, car ce n’était pas ce que je voulais faire. J’ai finalement pris une année sabbatique pour travailler un peu dans le domaine artistique. J’ai été engagé comme assistante au professeur responsable de la création et la conception des décors et des costumes à la Polyvalente de Saint-Jérôme. J'ai participé à trois productions au cours de la saison 1997-1998. Ce même professeur m’a ensuite obtenu un contrat pour travailler à la création et la conception scénographique dans un Théâtre d’été à Saint-Jean-de-Matha en 1998.

À l'automne 1998, j'ai changé de profil académique et j'ai été admise en technique d’éducation spécialisée au Cégep de Saint-Jérôme. Ce changement de direction s'est fait sous les bons conseils de ma mère. Je voulais me diriger en cinéma, mais ma mère inquiète pour mon avenir, me conseillait plutôt de poursuivre mes études dans un domaine qui offre de meilleures possibilités d’emploi. Durant cette période, j'ai travaillé pour la première fois chez Diffusion En Scène; c’était un emploi étudiant. Je travaillais dans l’équipe d’accueil et durant l’été dans les Festivals avec l'équipe technique.

Pourrais-tu nous parler de quelques-unes de tes expériences de travail?

Dès l'obtention de mon diplôme en technique d'éducation spécialisée en 2001, j'ai travaillé comme éducatrice en milieu communautaire et en milieu scolaire quelques mois, mais j’entendais l’appel du milieu du spectacle sans cesse.

En 2002, j’ai écrit une pièce de théâtre (cats.com) et j’ai obtenu une subvention gouvernementale via le projet Jeune volontaire afin de produire ma pièce. J’étais autrice, metteure en scène et productrice du projet. La pièce a été présentée devant public en 2003, pour une seule représentation, à la Polyvalente de Saint-Jérôme. Ayant adoré l’expérience, j’ai écrit une deuxième pièce de théâtre (Mort Alité) et refais une seconde demande de subvention que j'ai obtenue. Toujours comme autrice, metteure en scène et productrice du projet. La pièce a été présentée devant public en 2004, pour trois représentations à la salle Antony-Lessard de Saint-Jérôme. C’est ce projet qui m’a fait connaître! Par la suite, j’ai été approché pour travailler dans des écoles de théâtre et de chant de la région comme professeur de théâtre, coach de jeu et auteure.

En 2006, en plus d'avoir accepté un poste permanent à l'accueil chez Diffusion En Scène, j'ai fait le grand saut et ouvert ma propre école de théâtre. L’école de théâtre musical AméZart à Saint-Jérôme! J’étais co-directrice, autrice des pièces de fin d’année, professeure et metteure en scène. Le projet a pris fin en 2009, car c’était de plus en plus difficile de conjuguer l'école et mon poste à temps plein chez Diffusion En Scène.

En 2010, j’ai mis sur pied avec une collaboratrice une troupe de théâtre semi-professionnelle, La troupe Insolite.  Nous avons présenté une adaptation de Notre-Dame de Paris en 2011 et produit une pièce que j’avais écrite (Il était une folie…) en 2013. La troupe Insolite s’est par la suite dissoute par manque de temps.

Quels postes as-tu occupés chez Diffusion en Scène?

En 2006, j’ai débuté dans l’équipe d’accueil et rapidement un poste s’est libéré à la billetterie. J’ai été employé à temps plein dans l’équipe de la billetterie jusqu’en 2012. Il y a huit ans, j'ai accepté le poste de responsable de salle, en plus d'exécuter certaines tâches à la billetterie. J’ai quitté la billetterie depuis notre arrivée au Théâtre Gilles-Vigneault en 2017, car mes responsabilités de salle et d'équipe accueil m'occupent maintenant à temps plein!

Depuis 2012, j'ai été responsable sur plus de mille spectacles. En 2012, j’avais une équipe de neuf ouvreurs à gérer, mais depuis notre arrivée dans le Théâtre, je dirige une équipe de près de trente ouvreurs.

Fait inusité, ma mère Diane travaille dans mon équipe comme ouvreur au Théâtre depuis plusieurs années.

Rencontre avec Édith Rolland, responsable de la billetterie du Théâtre Gilles-Vigneault


Ton travail au Théâtre, ça consiste en quoi exactement?

Je suis à l'emploi de Diffusion En Scène (maintenant Théâtre Gilles-Vigneault) depuis vingt et un ans, soit la moitié de ma vie! C'est le premier et le seul emploi que j’ai occupé! Au départ, j'étais seule pour tout faire à la billetterie qui était située au Vieux-Palais. Depuis notre arrivée au Théâtre, je suis passée d’une équipe de deux personnes à une équipe de trois employés permanents et six employés à temps partiel.

Comme responsable de la billetterie, je dois m'assurer d'offrir un service à la clientèle hors pair. Je gère quotidiennement une équipe et nos quelque mille abonnements, je planifie les horaires, je m'assure que les employés sont à jour en ce qui concerne nos promotions et notre modus operandi, afin d'offrir un service à la clientèle optimal. Je détermine aussi, pour chacun des spectacles, l'attribution des billets pour la vente, les billets pour les faveurs, etc. Je m'occupe également de créer les événements, de produire les rapports de vente et je m'assure de les transmettre aux producteurs et à l'équipe interne.

Depuis l'ouverture de la grande salle, comme j'aime l'appeler, mes tâches ont évolué et ça m'a réellement donné des ailes pour me surpasser! Étant maintenant gestionnaire, je suis moins souvent en contact direct avec la clientèle, mais quand c'est occupé au comptoir et au téléphone, je me gâte et retourne faire de la vente. J'aime le contact direct avec le public, je dois avouer que ça me manque à l'occasion.

À mon arrivée chez Diffusion en Scène en 1999, on parlait déjà d'avoir notre salle de spectacle! Nous en avons rêvé tous ensemble pendant presque vingt ans et en novembre 2017 on fêtait enfin l'ouverture officielle du Théâtre Gilles-Vigneault. J’aimerais vous ramener quelques années en arrière, car pendant la construction du Théâtre, nous avons produit des capsules avec différents artistes et ces capsules témoignent de l’avancement des travaux. Voici mes deux préférées!

Peux-tu partager avec nous des moments inusités avec certains artistes?

Au début de Diffusion En Scène, quelques membres de l'équipe et moi partagions le poste de responsable de salle, en plus de nos postes respectifs. J'ai donc eu la chance d'être responsable lors de plusieurs spectacles et de vivre quelques expériences loufoques!

Il y a plusieurs années, à la polyvalente de Saint-Jérôme, j'étais responsable de salle un soir de spectacle de la pièce Ladies Night! Ce soir-là, je suis passée en arrière-scène pour m'assurer que tout allait bien et j'ai surpris le comédien Serge Postigo dans sa loge en petite tenue...Vous dire à quel point j'étais gênée et mal à l'aise!

J'ai aussi évité une contravention à l'humoriste Philippe Bond! Un jour, il s'est présenté à la billetterie pour récupérer ses billets. Je dois préciser que Philippe habite dans les Laurentides et sa famille est souvent au rendez-vous lors de ses spectacles à Saint-Jérôme! Cette fois-là, il était stationné dans un endroit interdit, grâce à moi, il est vite allé déplacer son véhicule avant que la police lui donne un billet!

Quels sont les artistes avec lesquels tu as eu une belle connexion?

Philippe Bond - Vraiment super gentil et sympathique. C'est mon coup de cœur de l'année. J'ai découvert en lui une personnalité vraiment attachante.

Richard Séguin - Un homme vrai, gentil. Je ne connais personne qui a eu une mauvaise expérience avec lui. Il est respecté de tous. Ses yeux bleus perçants, son regard, son humanité en font un homme d'exception!

Quelle est ta formation académique?

En 1994, après mon diplôme d'études secondaires, je me suis dirigée en sciences humaines, profil société, au Cégep de Saint-Jérôme. Je me suis beaucoup impliquée lors de mes études collégiales dans le comité culturel. J'ai aussi travaillé au café étudiant. Mon intérêt pour la culture s'est clairement dévoilé à ce moment-là.

À la suite de l'obtention de mon diplôme collégial en 1997, je me suis inscrite en sexologie à l'UQAM. J'avais le choix entre deux programmes : l'animation culturelle et la sexologie. J'ai choisi la sexologie, car c'était un programme contingenté et j'étais tellement fière d'avoir été acceptée! En même temps, si j'avais su que je travaillerais pour Diffusion En Scène, j'aurais probablement opté pour l'animation culturelle. On ne connaît pas l'avenir! Lors de mes études, je me suis trouvé un emploi d'été chez Diffusion En Scène qui produisait à l'époque le Festival d’été de la Rivière-du-Nord. J'ai fait ce travail deux étés de suite et en juin 1999, on m'a offert un poste à temps plein. J'ai donc décidé de rester à l'emploi de Diffusion En Scène et d'en faire une carrière! J’ai passé deux vraies entrevues dans ma vie, dont celle qui m’a permis d’obtenir l’emploi que j’ai en ce moment chez Diffusion En Scène. Merci, Gaétane!

Quels sont tes spectacles préférés à vie?

Vous allez voir un lien évident entre deux de mes coups de cœur!

Il y a plusieurs années, à la salle Antony-Lessard, j'ai eu la chance de voir l'auteur-compositeur-interprète Innu Florent Vollant en concert intime. Inutile de vous dire que j'ai adoré. L'ambiance était extraordinaire, les lumières étaient tamisées. J'en parle et j'ai encore des frissons!

J'ai aussi beaucoup aimé l'automne dernier le spectacle Nikamu Mamuitun : chansons rassembleuses. À noter que Florent Vollant faisait aussi partie du collectif de huit auteurs compositeurs interprètes autochtones et allochtones. J'adore tout de la musique autochtone, ses rythmes, sa culture. Même si je ne comprends pas nécessairement le sens des paroles, je ressens les mots, les émotions.

Ma grande déception est d'avoir manqué le spectacle de danse Hidden Paradise avec les danseurs Marc Béland et Alix Dufresne. À cause de la pandémie de la Covid-19, le spectacle a été annulé. Le propos du spectacle m'intéressait tellement. C'était un spectacle magnifique. On me disait que c'était à voir.

Rencontre avec Jocelyne Langlois, directrice administrative du Théâtre Gilles-Vigneault


Ton travail au Théâtre, ça consiste en quoi exactement?

Je suis à l'emploi de Diffusion En Scène depuis 1999, donc depuis plus de vingt ans déjà! J'ai débuté comme bénévole pour plusieurs événements, dont le Festival de la Rivière-du-Nord, la Fête nationale, les épluchettes de blé d'Inde etc. À l'époque, Diffusion En Scène s'occupait de produire la majorité des événements de la Ville de Saint-Jérôme. Je me rappelle qu'on s'occupait de tout : le ménage, la sécurité, la vente dans les kiosques, la gestion de l'événement, etc. J'ai été bénévole pendant plusieurs années, ce qui m'a permis de bien connaître Gaétane Léveillé, la fondatrice et directrice générale de Diffusion En Scène de 1982 à 2017. En 1999, j'étais en année sabbatique quand j'ai appris que l'adjointe administrative de l'organisme avait quitté son poste. Un peu mal prise, Gaétane m'a demandé un coup de main. J'ai donc été bénévole pendant trois mois et par la suite, on m'a offert de me joindre à l'équipe comme adjointe administrative.

Au départ, mon bureau était situé au Vieux-Palais avec la billetterie. En plus de mon travail, je remplaçais à l'occasion Edith (la responsable de la billetterie) et je partageais aussi l'emploi de responsable de salle avec mes collègues, un week-end sur deux. Avec les années, nous diffusions de plus en plus de spectacles, donc un poste de responsable de salle a été créé à temps plein afin de nous libérer de cette tâche qui nous occupait pratiquement sept jours sur sept. En 2000, nos bureaux ont été déménagés dans le sous-sol de la maison jaune de la MRC Rivière-du-Nord jusqu'à l'ouverture du Théâtre en novembre 2017.

De 1999 à 2020, mes tâches ont évidemment évolué et j'ai accepté beaucoup plus de responsabilités avec les années. Depuis l'ouverture de la salle de spectacle en 2017, j'ai été nommée directrice administrative du Théâtre Gilles-Vigneault. J'ai maintenant sous ma responsabilité tout le cycle comptable, les ressources humaines, les paies, les déductions, les demandes de subventions gouvernementales en collaboration avec notre directeur général, l'équipe d'accueil et des locations d'espaces au Théâtre. Heureusement que j'ai une équipe du tonnerre qui m'aide à accomplir toutes ses tâches, Mélanie Côté, responsable des opérations et de la location des espaces au Théâtre, et Isabelle Ménard, responsable de salle et de l'équipe d'accueil.

Pourrais-tu partager avec nous des moments inusités avec les artistes?

Il y a plusieurs années, à la polyvalente de Saint-Jérôme, nous avions présenté la pièce Les Belles-Sœurs de Michel Tremblay.  Ce soir-là, en arrivant dans la loge avec quelques plateaux de crudités et sandwichs, la comédienne Sophie Cadieux m'a littéralement sauté au cou! Elle était tellement contente de voir toute cette nourriture. Elle m'a remercié, pensant que j'avais cuisiné tout ça dans la journée pour eux! [Rires]. Je garde un souvenir d'une comédienne drôle, spontanée, sincère et surtout reconnaissante de notre travail.

Un soir où Richard Séguin était en spectacle, sa conjointe avait préparé un souper d'amoureux en arrière-scène. C'était sa fête ou la Saint-Valentin, je ne me souviens plus, mais il y avait une petite table avec des chandelles, j'avais trouvé ça adorable de la part de sa conjointe d'organiser le tout!

Quels sont les artistes avec lesquels tu as eu une belle connexion?

Danny Turcotte et Dominique Lévesque, humoristes - Le fameux duo d'humoristes de l'époque Lévesque/Turcotte, malheureusement Dominique est décédé aujourd'hui. Je n'ai que de bons souvenirs d'eux. Je me rappelle la mémoire phénoménale de Dominique et aussi toutes les statistiques qu'il s'amusait à me donner sur ses dernières visites à Saint-Jérôme. Danny a aussi une mémoire impressionnante, des gens humains, gentils, de vrais chics types!

Martin Petit, humoriste - Je me rappellerai toujours lui avoir demandé s'il voulait que je lui installe une table pour vendre ses produits dérivés à l'entracte. Il m'avait répondu «Penses-tu vraiment que je vais vendre des bobettes avec ma face dessus?» J'ai éclaté de rire!  Il doit revenir cet automne avec son nouveau spectacle. J'ai très hâte de voir s'il a maintenant des produits dérivés à vendre, surtout des bobettes! [Rires]

Quelle est ta formation générale?

En 1979, après l'obtention de mon diplôme d'études professionnelles au Collège Sophie-Barat à Montréal, j'ai commencé à travailler dans l'industrie de la construction comme secrétaire aux soumissions. C'est d'ailleurs à cet endroit que j'ai rencontré mon conjoint de presque quarante ans! J'ai quitté l'entreprise, car je ne voulais pas qu'on travaille au même endroit, et en 1980 nous sommes déménagés à Saint-Jérôme.

En 1981, j'ai eu mon premier enfant, et après mon congé de maternité, ma voisine m'a offert un poste à temps plein à la Caisse Populaire de Saint-Jérôme pour aider au comptoir et à l'accueil. Par la suite, j'ai eu deux autres enfants. Donc, j'ai été en congé de maternité et j'ai aussi travaillé au même endroit quelques années.

Au retour de congé de maternité de mon troisième enfant, j'ai souhaité réduire mes heures de travail. Donc, on m'a transférée à la Caisse Populaire de Saint-Antoine à temps partiel deux-trois jours/semaine. Quelques années plus tard, les dirigeants des Caisses populaires ont annoncé une réforme qui ne me convenait plus. J'ai donc décidé de quitter mon poste en 1999 après dix-huit ans de loyaux services! Quelques mois plus tard, Gaétane Léveillé m'a recruté pour l'aider pour la comptabilité. Je pense que rien n'arrive pour rien, car je suis encore ici après vingt ans!

Quels sont tes spectacles préférés à vie?

Il y en a plusieurs! J'ai évidemment la chance d'en voir beaucoup, car je suis aussi une abonnée chez Diffusion en Scène depuis plus de quinze ans. L'abonnement me permet de réserver mes sièges. Je vois au moins une quinzaine de spectacles par année.

Dans la série chanson, mes coups de cœur sont Daniel Bélanger, Daniel Boucher et Kevin Parent. Kevin est vraiment mon chanteur préféré. J'ai vu tous ses spectacles, sans exception! J'ai aussi un souvenir mémorable, au début des années 2000, d'un duo composé de Dan Bigras et Laurence Jalbert. C'était à voir.

J'adore aussi le théâtre et les variétés, et avec les années, j'ai eu la chance de voir plusieurs pièces, j'ai même réussi à convaincre mon amoureux de venir les voir avec moi. Mes coups de cœur sont Les Belles-Sœurs de Michel Tremblay et la comédie musicale Demain matin, Montréal m'attend de Michel Tremblay et François Dompierre, pour ne nommer que celles-ci!

Rencontre avec François Houle, chef machiniste du Théâtre Gilles-Vigneault


Ton travail au Théâtre, ça consiste en quoi exactement?

J'ai commencé chez Diffusion En Scène en 1991. Ça fait environ quinze ans au total que je travaille pour l'entreprise. J'ai commencé ma carrière comme technicien de scène. À l'époque, je travaillais principalement dans l'amphithéâtre Germaine Guèvremont, situé dans l’enceinte du Cégep de Saint-Jérôme. J'ai quitté Diffusion En Scène en 2000 et je suis revenu en 2015 à temps partiel. À l'automne 2017, Stéphane Jolicoeur, le directeur technique du Théâtre, m'a offert un poste de chef machiniste à temps plein, un poste qui me convenait parfaitement.

Comme chef machiniste, je fais le montage et le démontage des décors des spectacles. Je m'occupe également du gréage des éléments scéniques. Je fais fonctionner le système de la porteuse d'éclairage. Il m'arrive à l'occasion de faire des mouvements de décor avec l'équipe technique de la tournée. En tant que chef machiniste, je suis aussi responsable de l'entretien du bâtiment du Théâtre Gilles-Vigneault. Je me débrouille très bien avec toutes sortes de tâches manuelles, donc le poste d'homme à tout faire me convient bien également!

Les soirs de spectacles, je m'occupe aussi, en rotation avec mes collègues, d'être le lien entre l'équipe de l'accueil, de la tournée et de l’équipe technique afin de veiller au bon déroulement de la soirée. C’est un travail d’équipe tricoté serré!

Pourrais-tu partager avec nous des moments inusités avec les artistes?

En janvier 2019, nous avons présenté le spectacle de Robert Lepage, SLÀV pour deux représentations. Le deuxième soir, le wagon du train (élément de décor) a cessé de fonctionner et n'avançait plus; c'était un bris mécanique. Le régisseur du spectacle avait deux choix : arrêter le spectacle ou le continuer en nous demandant de pousser le wagon manuellement. Évidemment que nous avons accepté! Sans même hésiter, nous poussions déjà le wagon avec à bord six artistes! Notre geste a sauvé le spectacle et l'équipe technique et les artistes de SLÀV étaient vraiment reconnaissants; un moment émouvant avec eux partagé en arrière-scène.

Lors du spectacle de Gilles Vigneault en 2018, j'accompagnais ses invités dans les loges, et j'ai eu la chance d'escorter Judy Richards et Yvon Deschamps. Je dois vous avouer qu'il s'est passé quelque chose ce soir-là! L'émotion était au rendez-vous. Judy et Yvon ont même pris le temps de discuter avec moi. Un moment unique dans une vie de voir monsieur Vigneault, monsieur Deschamps et madame Richards ensemble dans nos loges. Des artistes tellement sympathiques et simples. J'en garde un précieux souvenir.

Quels sont les artistes avec lesquels tu as eu une belle connexion?

Mario Légaré, bassiste - Un des plus gentils bassistes de l'industrie. Il a accompagné plusieurs grands noms, Michel Rivard, Paul Piché, Jean Leloup, Pierre Flynn, le groupe Octobre, pour ne nommer que ceux-là. C'est toujours un plaisir de le revoir sur une tournée. il est drôle, sympathique, un bon diable comme on dit! Il y aussi l'humoriste Michel Barette. Il est tellement gentil et le comédien Normand D'amour. Chaque fois qu'il vient au Théâtre, c'est un moment spécial!

Véronic DiCaire et toute son équipe. C'est vraiment une artiste talentueuse, simple, gentille et très reconnaissante. Nous avons eu la chance de la recevoir au Théâtre en 2018 pour les répétitions de son nouveau spectacle. Elle a passé une semaine avec nous afin de faire son rodage. J'avais eu la chance de travailler avec elle et son conjoint Rémon plusieurs années auparavant au Théâtre des pays d'en haut. Quand Rémon m'a vu au Théâtre Gilles-Vigneault, il m'a reconnu tout de suite, Véronic aussi!. J'étais très surpris qu'ils me reconnaissent, car lui et Véronic rencontrent tellement de gens dans plusieurs salles et villes à travers le monde. C'était un moment inoubliable.

Quelles sont ta formation générale et tes expériences de travail antérieures?

J'ai appris de la bonne vieille manière, sur le terrain! Tout a débuté en 1988. Ma première expérience de scène a été à la polyvalente de Saint-Jovite, le spectacle Les chats sauvages de Marjo. Ce soir-là, j'ai aidé l'équipe technique. J'ai travaillé sur les projecteurs de poursuite et j'ai eu la piqûre!

Quelques années plus tard, en 1991, je suis entré dans la grande famille de Diffusion En Scène comme technicien. Après onze années, j'ai quitté Diffusion En Scène pour aller explorer autre chose, entre autres la fabrication de meubles. J'ai toujours eu deux ou trois emplois en même temps, mais l’adrénaline de la scène ne m'a jamais quitté! En 2015, je suis revenu chez Diffusion En Scène à temps partiel et parallèlement, je travaillais à temps plein chez Cyclo Vac à Blainville comme superviseur. J’ai également travaillé pour la Ville de Saint-Jérôme comme col bleu jusqu'à ce qu'on m'offre un poste de chef machiniste au Théâtre Gilles-Vigneault. Disons que j'ai un C.V. Éclectique!

Quels sont tes spectacles préférés depuis l'ouverture du Théâtre?

Il y en a plusieurs! J'ai évidemment la chance d'en voir beaucoup dans le cadre de mes fonctions. Un de mes spectacles préférés est celui de la troupe européenne Cirque Le Roux, qui est venue sur nos planches en 2018 avec leur spectacle The Elephant in the Room. Une mystérieuse intrigue où se mêlent les prouesses acrobatiques, l’humour, à la poésie, le burlesque et les folles cascades! De toute beauté.

J'ai également eu un grand coup de cœur pour le spectacle Paloma de Daniel Bélanger, je sais qu'une de mes collègues a aussi mentionné ce spectacle déjà, mais c'était vraiment une soirée exceptionnelle! Le son était tout simplement magnifique, une grande célébration de la musique.

La pièce Je cherche une maison qui vous ressemble, écrite par la comédienne Marie-Christine Lê-Huu, m'a beaucoup touché. L'œuvre rend hommage aux deux icônes québécoises que sont Pauline Julien et Gérald Godin. C’était bien écrit, une pièce mêlant documentaire, musique et théâtre, une très belle découverte.

Rencontre avec Mélanie Côté, responsable des opérations et des locations de salle

du Théâtre Gilles-Vigneault


Ton travail au Théâtre, ça consiste en quoi exactement?

J'ai commencé chez Diffusion En Scène en 2017, juste avant l'ouverture du Théâtre Gilles-Vigneault, donc il y a plus de trois ans. J'ai débuté comme coordonnatrice de l'équipe d'accueil. C'était un mandat très stimulant, car je devais, entre autres, coordonner l'aménagement des lieux communs, tels que la mezzanine, la cuisine, les loges etc. Juste avant l'ouverture du Théâtre, j'ai aussi participé avec ma collègue Isabelle Ménard à l'embauche de trente personnes qui allaient former notre nouvelle équipe d'accueil.

Depuis janvier 2019, mon mandat a évolué et je suis maintenant responsable des opérations, ce qui signifie que je m'occupe de l’ensemble des fournisseurs qui font affaire avec le Théâtre, de l’achat du mobilier, de la nourriture, de l’alcool et des autres boissons pour le bar et les loges. Je suis également responsable des locations d'espaces (la mezzanine ou la salle de spectacles). Nous louons nos espaces aux artistes ou productions qui ne font pas partie intégrante de notre programmation. Nos espaces locatifs sont également disponibles à ceux qui recherchent un endroit moderne et convivial pour des anniversaires, mariages, conférences, rencontres de presse, campagnes de financement, ou collations des grades. Nous avons même accueilli des familles pour des funérailles.

Je chapeaute aussi le comité vert du Théâtre, qui fait la promotion de l'écoresponsabilité dans notre lieu de diffusion. Nous avons déjà mis en place plusieurs politiques écoresponsables, dont le retrait des bouteilles d'eau à usage unique. Je suis très fière de ce comité!

Pourrais-tu partager avec nous des moments inusités avec les artistes?

En novembre 2017, lors du premier spectacle au Théâtre Gilles-Vigneault, je me dirigeais en arrière-scène pour m'assurer que tout allait bien et je suis tombée face à face avec Claude Dubois! J'étais très intimidée. Il me racontait comment il appréciait sa première visite au Théâtre. Il trouvait l'endroit spectaculaire. Nous avons discuté un bon moment. Un artiste vraiment simple et chaleureux.

Quels sont les artistes avec lesquels tu as eu une belle connexion?

En 2018 et en 2019, durant la période des Fêtes, nous avons reçu le spectacle Casse-Noisette de la troupe Ballet Ouest de Montréal. Ma fille, qui a participé aux auditions du Conservatoire des Laurentides, a été retenue deux années de suite pour un rôle! C'est une grande fierté pour une maman de voir sa fille sur scène, mais encore plus dans son lieu de travail. J'étais aussi parent bénévole lors des représentations, ce qui m'a permis de créer des liens avec les danseurs et toute l'équipe de tournée.

Quelles sont ta formation générale et tes expériences de travail antérieures?

En 1993, j'ai obtenu mon diplôme d'études collégiales en art dramatique au Cégep Saint-Laurent. J'ai poursuivi mes études à l'Université de Montréal afin d'obtenir mon baccalauréat en linguistique en 1997. J'ai aussi complété un certificat en communication à l'UQAM en 2000.

Mon premier emploi a été comme adjointe administrative chez Téléciné Multimédia Inc. L'entreprise réalisait de l'affichage électronique pour des films et des vidéos corporatifs. En 2004, j'ai décroché un emploi au Cirque du Soleil en affaires publiques et responsabilité sociale. J'étais principalement responsable des visites guidées au siège social international situé à Montréal-Nord. Je m'occupais également de tenir à jour de très longues et prestigieuses listes d'invités pour les premières à travers le monde (diplomates, employés du gouvernement). J'ai travaillé au Cirque du Soleil jusqu'en 2016, donc douze années où j'ai eu la chance de côtoyer quotidiennement des artistes et les arts du cirque!

Quels sont tes spectacles préférés depuis l'ouverture du Théâtre?

C'est sans aucune surprise que je vais répondre les spectacles de Cirque!

J’ai beaucoup apprécié le spectacle Hôtel du Cirque Éloize de passage chez nous au printemps 2019. J'ai adoré la mise en scène.

J'ai également aimé le spectacle de Véronic DiCaire, non, mais quel talent! Elle chante, elle danse, elle nous fait rire!

Je garde un précieux souvenir du spectacle d'ouverture du Théâtre Gilles-Vigneault en novembre 2017 avec Claude Dubois. Son répertoire est tellement riche. On connaît toutes ses chansons et l'ambiance qui régnait dans la salle était vraiment chaleureuse. Un spectacle d'ouverture à la hauteur de nos attentes!

Rencontre avec Émilie Gauvin, adjointe à la direction générale et artistique

du Théâtre Gilles-Vigneault


Ton travail au Théâtre, ça consiste en quoi exactement?

Je suis adjointe à la direction générale et artistique au Théâtre Gilles-Vigneault depuis octobre 2018. Mon travail consiste à programmer les spectacles pour le jeune public, dont la série Dimanches en famille et l'Aventure scolaire (spectacles destinés aux CPE/garderies, écoles primaires, secondaires et cégep), en plus de la série danse. Je m'occupe aussi du développement de nouveaux publics, donc de mettre sur pied des activités en parallèle des spectacles pour faire connaître notre programmation et initier les gens de la région aux différentes disciplines que le Théâtre présente. Nous avons mis sur pied plusieurs activités, dont le Club des sorteux, des ateliers de danse dans les écoles et des ateliers familiaux, en collaboration avec les villes et municipalités de la MRC Rivière-du-Nord. C'est environ une trentaine d'activités gratuites que nous offrons chaque saison.

Dans le cadre de mon travail, j'assiste souvent à deux ou trois spectacles par semaine. Les festivals de danse ou dédiés au jeune public me permettent de voir facilement jusqu'à dix spectacles par semaine. Il y a aussi l'événement annuel RIDEAU, qui rassemble tous les diffuseurs et les producteurs de spectacles. Cette semaine-là, je suis imprégnée de spectacles et de rencontres qui me permettent aussi de construire notre saison. Il m'arrive de programmer des spectacles presque deux ans à l'avance.

L'offre de spectacles au Québec est abondante, souvent inspirante, et je continue d'être épatée par la créativité et la profondeur des artistes québécois. Ce que je trouve le plus difficile, c'est de faire des choix. J'essaie de me projeter dans l'avenir et de planifier des séries diversifiées qui racontent des histoires et qui donnent au public un accès à différentes signatures artistiques ou différentes formes à travers les disciplines que je programme.

J'aide aussi à la rédaction des demandes de subventions, surtout à celles liées à mes champs d'activités. Je collabore aussi à l'occasion à la coordination et à la régie d'événements que nous organisons au Théâtre, tels que les lancements de programmation, les portes ouvertes, Les nourritures terrestres, etc.

Pourrais-tu partager avec nous des moments inusités avec les artistes?

Au Théâtre, lorsque nous recevons des groupes scolaires l'hiver, nous devons souvent composer avec certains retards liés à la température. Je me souviens d'une fois où il y avait une tempête de neige, pas assez importante pour fermer les écoles, mais assez intense pour créer des retards importants sur les routes. Ce jour-là, les autobus étaient tous arrivés en retard au Théâtre, donc c'était un stress supplémentaire de devoir gérer le tout avec l'équipe artistique et celle du Théâtre. Même les comédiens arrivaient en retard à cause de la route; donc nous avons dû repousser le début du spectacle d'au moins une demi-heure. C'était une situation assez périlleuse pour l'artistique, la technique et l'accueil!

On doit pouvoir s'ajuster et composer avec des situations qui peuvent survenir à la dernière minute. Ça crée des anecdotes loufoques et des moments dont on se souvient longtemps!

Quels sont les artistes avec lesquels tu as eu une belle connexion?

J'ai un moment fort qui me revient. Nous avons eu la chance de recevoir la pièce jeune public La libraire pour sa cinq centième représentation au Théâtre l'an dernier. La Librairie est une création du Théâtre Gros Mécano, une compagnie de création réputée de Québec. C'était un moment magique avec l'équipe et les artistes dans la pièce qui est sur la route depuis plus de dix ans. Les enfants dans la salle étaient impressionnés. Nous étions très fiers au Théâtre de pouvoir souligner cet anniversaire.

Quelles sont ta formation générale et tes expériences de travail antérieures?

J'ai complété un DEC en arts plastiques en 1994 et un certificat en création littéraire en 1996. Par la suite, j'ai étudié en interprétation à l'École de théâtre du cégep de Saint-Hyacinthe de 1996 à 2000.

J'ai donc une formation de comédienne. Vous m'avez peut-être aperçue il y a plusieurs années à l'écran dans la quotidienne Virginie où j'étais serveuse et dans 30 vies où je jouais une policière. J'ai aussi joué au théâtre et dans des publicités. En 2005, j'ai suivi une formation continue en mise en scène. Cette expérience m'a amenée à travailler au Cirque du Soleil entre 2009-2017, comme pigiste dans le département des événements corporatifs. J'ai eu la chance de voyager pour le Cirque du Soleil. Nos événements nous amenaient souvent aux quatre coins de la planète.

J'ai aussi scénarisé quelques émissions jeunesse dont Fée-Éric, de 2011-2013. Fée-Éric était une sitcom préado sur VRAK, un projet que je scénarisais avec mon ami Yann Tanguay et dont j'étais l'idéatrice avec Catherine Paré, elle aussi une amie. J'ai aussi travaillé à l'émission jeunesse Par ici la magie en 2015 avec le magicien Daniel Coutu, sur les ondes de Radio-Canada. J'ai aussi fait quelques mises en scène, dont Fol ouvrage (Torcher des paillettes), un spectacle de poésie qui est toujours sur la route, écrit et interprété par les poètes Amélie Provost et Queen K.

C'est aussi mon expérience en mise en scène qui m'a amenée à connaître Diffusion En Scène puisque j'ai été engagée pour coordonner les portes ouvertes et la soirée inaugurale lors de l'ouverture du théâtre en 2017-2018. C'est un magnifique projet dans mon parcours et quand le poste d'adjointe à la direction s'est ouvert, j'ai tout de suite eu envie de poser ma candidature. Je voulais me joindre à ce milieu et à cette équipe.

Quels sont tes spectacles préférés depuis l'ouverture du Théâtre?

J'ai adoré le spectacle de Patrick Watson à l'automne 2019. La salle était remplie. Le public était à l'écoute. Il y avait un état général de recueillement dans le Théâtre. Patrick Watson est généreux sur scène. Il aime jouer devant le public. Ça se sent et sa musique fait du bien.

Mon deuxième coup de cœur va à la pièce Le bizarre incident du chien pendant la nuit, une pièce de théâtre estivale que nous avons reprise de chez DUCEPPE à l'été 2019. Cette pièce était extrêmement touchante. Une magnifique production et l'équipe qui a passé tout l'été à Saint-Jérôme était des plus attachantes. Sébastien René offrait une prestation hallucinante. Il était complètement investi dans le personnage de Christopher, un jeune autiste. L'équipe a aussi fêté sa cinquantième représentation au Théâtre!

Rencontre avec Nathalie Lepage, directrice communication et marketing du Théâtre Gilles-Vigneault


Ton travail au Théâtre, ça consiste en quoi exactement?

Je suis à l’emploi de Diffusion En Scène/Théâtre Gilles-Vigneault depuis quatre ans maintenant. J’ai eu la chance de débuter comme directrice des communications et du marketing durant une période charnière de l’histoire de l’organisme. En effet, à mon entrée en poste, le Théâtre était en construction et l’effervescence en lien avec son ouverture était bien présente. Je suis fière de dire que j’ai mis en place l’ensemble des nouveaux outils de communications pour le Théâtre : logo, couleurs, style publicitaire, etc. La marque du Théâtre est encore jeune (deux ans et demi), mais tous les jours mon équipe et moi travaillons à la faire briller!

Mon travail consiste à rédiger les plans de communications pour les différentes saisons, à coordonner la production des outils de communications, comme la fameuse brochure annuelle par exemple, le site web, la production vidéo, les concours, les événements, etc. Je mets en place les stratégies publicitaires et promotionnelles. Je participe aussi à la recherche et la gestion des partenaires qui nous appuient. Évidemment, je ne fais pas ça toute seule! Émilie Nadeau, aux relations de presse et médias sociaux, et Nathalie Lanoiselée, au site web, sont des aides plus que précieuses! Notre super équipe de billetterie est sous ma responsabilité et c’est avec la participation de tous que toutes les actions de promotion sont réalisées. Les journées sont bien remplies!

Pourrais-tu partager avec nous des moments inusités avec les artistes?

Malheureusement, je ne rencontre pas beaucoup d’artistes dans le cadre de mon travail. Je suis rarement présente au Théâtre le soir. Ceux que j’ai eu la chance de rencontrer ont tous été d’une gentillesse incroyable. Je pense à Lise Dion, entre autres. J’avoue que la soirée d’ouverture du Théâtre a été spéciale pour moi, car mon travail consistait à escorter Gilles Vigneault et son épouse et à m’occuper d’eux. Ils ont été charmants et discrets.

Quelles sont ta formation générale et tes expériences de travail antérieures?

Je suis bachelière en communications de l’UQAM. Pendant de nombreuses années, j’ai travaillé dans des agences de publicité. C’est là que j’ai fait mes classes! Très bonne façon d’apprendre le métier. J’ai aussi œuvré dans des agences de gestion d’événements corporatifs : lancements pancanadiens, anniversaire d’entreprise, etc.

Avant de me joindre à l’équipe du Théâtre, j’ai aussi travaillé pour une maison d’édition comme relationniste de presse et pour une corporation associée à la Ville de Laval, dont le mandat était la réalisation des fêtes entourant le cinquantième anniversaire de Laval. J’étais directrice des communications. À mes débuts, j’ai aussi été responsable des communications pour Vélo Québec et la Fête des Neiges de Montréal.

Peux-tu nous partager quelques-unes de tes passions?

Ma première grande passion est que je suis maman de deux belles filles de dix-huit ans et quinze ans! Je suis également une lectrice assidue et avide. La lecture a toujours fait partie de ma vie depuis que je suis toute petite. Mes parents lisaient énormément, je suppose qu’ils m’ont inspirée. Il y a quelques années, j’ai fait un méga ménage de mon immense bibliothèque, car franchement c’était moi ou les livres! J’en ai donné beaucoup et maintenant je ne garde que mes coups de cœur.

Je dessine aussi un peu (un peu dans le sens que je ne suis pas super bonne!), ce qui m’apporte une grande détente, même si les résultats ne sont pas toujours au rendez-vous! En général, je m’abonne à une ou deux saisons de théâtre chaque année. J’adore l’atmosphère des théâtres. Savoir que depuis des centaines d’années des gens de tous les milieux, presque partout dans le monde, se rassemblent pour se faire raconter des histoires me touche particulièrement.

Quels sont tes spectacles préférés depuis l'ouverture du Théâtre?

Comme j’habite Montréal, je ne vois pas souvent de spectacles au Théâtre Gilles-Vigneault, ce qui est assez paradoxal quand on y pense! J’ai adoré la soirée inaugurale du Théâtre avec l’Orchestre symphonique de Laval. Je pense que toute la frénésie entourant l’ouverture y était pour beaucoup. Nous avions tous travaillé tellement fort pour arriver à cette soirée.

Le bizarre incident du chien pendant la nuit, présenté à l’été 2019, reste pour moi un spectacle phare. Je l’ai vu trois fois et à chaque représentation, je crois que j’en sortais grandie. Le petit chien qui «joue» dans la pièce était le chien d’une employée du Théâtre et il a vécu avec nous pendant tout l’été.

En 2018, la Fondation En Scène a tenu une soirée de collecte de fonds et a présenté le spectacle Patinoire, du collectif Les 7 doigts, qui est un spectacle de cirque solo. J’ai été soufflée par la performance de Patrick Léonard. Si vous voyez ce spectacle à l’affiche un jour, allez-y!

Rencontre avec Joliane Lavigne, technicienne de scène, habilleuse et chef de salle

du Théâtre Gilles-Vigneault


Ton travail au Théâtre, ça consiste en quoi exactement?

Je travaille pour Diffusion En Scène/Théâtre Gilles-Vigneault depuis 2017, j’ai débuté juste avant l’ouverture du Théâtre. Je porte plusieurs chapeaux, car je suis technicienne de scène, habilleuse, chef de salle lors des locations et aussi ouvreuse ou employée du bar à l’occasion. Je suis très polyvalente, ce qui m’a d’ailleurs permis de monter rapidement les échelons au Théâtre. J’ai débuté à temps partiel comme ouvreuse et après quelques mois, Stéphane Jolicoeur, le directeur technique, m’offrait un poste d’habilleuse. Par la suite, on m’a offert un poste de technicienne de scène et depuis janvier 2020, j’occupe un poste permanent au Théâtre.

Comme technicienne de scène, je m’occupe, avec mes collègues techniciens, de préparer la scène pour les spectacles : installation de l’éclairage, montage des décors, filage, les journées ne se ressemblent jamais! Nous travaillons de concert avec l’équipe de tournée.

En tant qu’habilleuse, mon travail consiste à placer les costumes dans les loges, après les avoir lavés, repassés, raccommodés si nécessaire. Je fais l’entretien des chaussures également. Je m’occupe d’aider les comédiens en arrière-scène lors des changements de costumes rapides, souvent ils n’ont que quelques secondes pour enfiler un costume, donc on fait de la magie!

Depuis janvier 2020, je suis chef de salle lors des locations d’espaces au Théâtre, principalement pour des entreprises, groupes ou individus qui louent le Théâtre pour des événements. Je dois m’occuper de placer la salle, gérer l’événement et répondre aux demandes des locateurs. Je gère également l’équipe d’accueil.

Pourrais-tu partager avec nous des moments inusités avec les artistes?

Comme habilleuse pour la plupart des pièces de théâtre, je côtoie plusieurs comédiens. L’été dernier, lors de la résidence de la pièce Le bizarre incident du chien pendant la nuit, je m’occupais de faire les changements de costume et à force de répéter le tout trois à quatre fois par semaine, je connaissais les changements par cœur.

Le soir d’une des représentations, je venais tout juste d’aider la comédienne Milva Ménard à changer son costume, et entre deux autres changements, le comédien Stéphane Breton me dit : «Mon pantalon ne me fait plus»! Je le regarde de haut en bas. Je suis sous le choc. Je ne comprends pas ce qui arrive, puisque son pantalon lui arrive à mi-mollet? Avait-il rétréci lors du lavage ou du séchage? Pendant plusieurs secondes (ça m’a semblé une éternité!), j’essaie de comprendre ce qui arrive, jusqu’à ce que Stéphane me dise, «C’est une farce»! Il avait tout simplement remonté son pantalon! J’ai eu chaud. Sur le coup, je n’ai pas eu le temps de réaliser ce qui venait de se produire ou de rire, mais après j’ai beaucoup ri!

Quelles sont ta formation générale et tes expériences de travail antérieures?

De 2011 à 2013, j’ai étudié au cégep régional de Lanaudière à Terrebonne en travail social. Il ne manque que mon stage pour l’obtention de mon diplôme. Pendant mes études, j’ai participé comme bénévole à l’Autiste Show, où j’ai eu la piqûre pour le domaine événementiel.

En 2014, j’ai décidé de changer de domaine et de poursuivre ma passion en m’inscrivant à une formation en gestion d’événements au Collègue Mérici de Québec. J’ai eu la chance de faire mes stages au Festival de mode et design de Montréal et aussi à l’émission La Voix en préaudition, où j’aidais les candidats à se préparer. Cette formation m’a amenée à travailler trois ans (2014 à 2017) pour la boîte de production Tapis Rouge, qui se spécialise dans la création et la gestion d’événements. J’avais entendu parler, dans les médias, de la construction du Théâtre Gilles-Vigneault et j’ai envoyé mon curriculum au moins quatre fois pour m’assurer qu’on le voit! Finalement, j’ai reçu l’appel tant attendu.

Quels sont tes spectacles préférés depuis l'ouverture du Théâtre?

Avant de travailler au Théâtre Gilles-Vigneault, je n’avais pas vu beaucoup de spectacles. Au fil du temps, j’ai découvert des artistes vraiment talentueux.Un spectacle mémorable est celui de Daniel Bélanger, un artiste que je ne connaissais pas beaucoup. Ce soir-là, je travaillais dans la salle comme ouvreuse. J’ai donc eu la chance de voir sa prestation. Il nous transportait littéralement ailleurs, l’éclairage, l’acoustique. C’était parfait comme soirée. Il y a aussi les Cowboys Fringants, c’est toujours agréable de les voir sur scène. Ils sont très généreux.

Mon coup de cœur va évidemment à la pièce Le bizarre incident du chien pendant la nuit, une expérience inoubliable. Étant habilleuse dans les loges et en coulisses durant deux mois, j’ai eu la chance de côtoyer des comédiens gentils et généreux. Une vraie famille! De plus, le sujet de la pièce me touchait profondément puisque je me suis occupée moi-même d’une jeune fille autiste pendant deux ans. La prestation de Sébastien René était tellement juste. C’était très touchant, un grand moment de théâtre.

Petite anecdote, mon chien Kiara avait un rôle dans la pièce Le bizarre incident du chien pendant la nuit l'été dernier à Saint-Jérôme. Elle était bébé à ce moment-là, environ quatre mois.

Rencontre avec Émilie Nadeau, responsable des relations de presse et des médias sociaux

du Théâtre Gilles-Vigneault


Ton travail au Théâtre, ça consiste en quoi exactement?

Je travaille pour Diffusion En Scène/Théâtre Gilles-Vigneault depuis un an et demi maintenant. Je suis responsable du calendrier de contenu pour les médias sociaux du Théâtre. Je m’occupe des relations de presse au niveau local et, quand la situation s’y prête, au niveau national. Je m’occupe également de faire la revue de presse et d’organiser les soirées de première, pour notre spectacle estival, entre autres. Je fais aussi le lien avec les responsables des journaux municipaux de notre MRC, pour leur fournir du contenu en lien avec le Théâtre.

Dans le cas des réseaux sociaux et des relations de presse, il est très important pour moi de trouver du contenu original pour notre communauté. Dans la dernière année par exemple, nous avons entrepris de faire des Facebook Live avec notre directeur général David Laferrière; c’est une nouvelle façon de communiquer avec nos abonnés. Même chose pour intéresser les médias au Théâtre, il faut leur présenter des idées et des angles de contenu qui sont différents ou exclusifs. C’est un travail qui demande beaucoup de créativité et j’adore ça!

Une autre de mes tâches est la rédaction des infolettres. En temps normal, nous en produisons au moins deux par semaine. Tous les sujets y sont abordés : programmation, promotions, concours, nouvelles corporatives, etc. La production des infolettres se fait en collaboration avec l’équipe de la billetterie. Nos infolettres représentent un outil de promotion important et efficace.

J’aime beaucoup mon travail, car d’une journée à l’autre, je ne sais jamais ce qui peut se passer quand j’arrive au bureau le matin! Je suis impliquée dans la promotion de tous les projets : le Club des sorteux, la Fondation En Scène, Les petits coups de pouce et plus encore. Nous aimons développer des projets dans lesquels notre communauté peut s’impliquer.

Pourrais-tu partager avec nous des moments inusités avec les artistes?

Je ne rencontre pas beaucoup d’artistes dans le cadre de mon travail au Théâtre, mais je vais partager une rencontre hors du commun que j’ai faite dans mon ancienne vie, lorsque j’étais attachée de presse pour le Cirque du Soleil, à Santa Monica en Californie.

En effet, un jour on m’a demandé de faire visiter l’arrière-scène à un couple bien connu, Brad Pitt et Angelina Jolie! Ils devaient venir avec leurs enfants dans le plus grand secret, mais comme les paparazzis les pourchassent constamment, il y avait des dizaines de photographes à leur arrivée.

Brad Pitt a été charmant, gentil, poli et posait beaucoup de questions. Angelina était, disons, plus discrète…

Quelles sont ta formation générale et tes expériences de travail antérieures?

J’ai complété un DEC en techniques administratives et marketing au CÉGEP. J’avais tellement hâte de travailler et d’être autonome que j’ai choisi de ne pas aller à l’université! À la fin de mon DEC, j’ai fait un stage à la SAQ au département du marketing et ensuite, j’y ai décroché un emploi. Mais ce genre d’organisation n’était pas pour moi. Je voulais que ça bouge et je voulais exprimer ma créativité!

Je me suis retrouvée au Cirque du Soleil où j’ai occupé plusieurs postes en marketing, achats média et finalement comme attachée de presse. J’ai travaillé pour le Cirque du Soleil pendant douze ans et j’ai eu la chance de voyager beaucoup, pour organiser des soirées de première (spectacles Kooza, Corteo Ovo, Totem), des rencontres avec les médias, des visites, etc. Je connais très bien les États-Unis et le Canada que j’ai sillonnés de long en large en tournée avec le spectacle Saltimbanco. Je suis allée aussi en Europe, en Amérique du Sud et même dans l’ex-URSS remplacer des attachés de presse et ouvrir de nouveaux marchés pour le Cirque du Soleil.

Malheureusement en 2013, j’ai perdu mon emploi au Cirque à la suite d’une restructuration. J’étais en congé de maternité avec ma fille à ce moment-là. J’ai travaillé ensuite pour HEC Montréal pendant trois ans (organisation d’événements pour les diplômés) et pour l’Alliance de l’industrie touristique du Québec où j’étais conseillère en relations de presse pour les Amériques.

Mais l’appel du monde du spectacle était encore fort en moi et quand j’ai vu qu’un poste s’ouvrait au Théâtre Gilles-Vigneault, j’ai sauté sur l’occasion et je suis très heureuse de faire partie de cette belle équipe.

Quels sont tes spectacles préférés depuis l'ouverture du Théâtre?

Il y en a plusieurs! Mes coups de cœur vont à Marc Dupré qui a su offrir une soirée exceptionnelle aux gens dans la salle. L’atmosphère était à la fête! C’est un artiste généreux.

J’ai également beaucoup aimé Véronic DiCaire. C’est une femme bourrée de talents avec une énergie incroyable. Je suis fière qu’elle nous représente partout dans le monde.

Dans un tout autre registre, j’ai assisté au spectacle de David Goudreault pour un groupe scolaire. J’ai été impressionnée par sa poésie et surtout par le lien qu’il crée avec les jeunes. À la fin de son spectacle, il s’est assis au bord de la scène et spontanément les jeunes sont venus vers lui pour un autographe. Il parlait à chacun d’eux et prenait son temps.