Accueil Cette semaine Expos/Littérature Les actualités Portraits Monique/Cinéma
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 15 mai 2019

Les actualités trente-quatre fois plus, cliquez.

Une programmation étincelante et éclectique

La programmation du vingt-huitième Festival des Arts de Saint-Sauveur débordant de premières, de rencontres artistiques et de retrouvailles a été dévoilée le 6 mai lors d'une conférence de presse qui s'est déroulée à Saint-Sauveur. Guillaume Côté, directeur artistique, et Étienne Lavigne, directeur général, ont tenu à souligner le succès de l'édition précédente qui a fracassé des records, signe que le festival acquiert une renommée grandissante.

Création en première mondiale de Crypto de Guillaume Côté

Guillaume Côté (Frame by Frame, Le Petit Prince) et le librettiste Royce Vavrek (Angel's Bone, Prix Pulitzer pour la Musique 2017) conjuguent leurs talents pour créer une œuvre enlevante et novatrice amalgamant danse classique et contemporaine, théâtre et technologie. Crypto est chorégraphié et mis en scène par Guillaume Côté, sur la musique de Mikael Karlsson. À ses côtés, on retrouvera Matt Foley, Greta Hodgkinson et Drew Jacoby. Les décors et les vidéos sont conçus par Thomas Payette et Mylène Chabrol de HUB Studio. Anisa Teipar dirigera les répétitions. Le mercredi, 31 juillet, et le jeudi, premier août, à vingt heures.

Les femmes chorégraphes à l'honneur

Le festival s'amorce avec l'énergie percutante de Dorrance Dance, dont la directrice Michelle Dorrance a remporté le MacArthur Genius Grant pour sa manière unique de réinventer et de révolutionner la danse à claquettes. Repoussant les limites des claquettes pour les enrichir au contact d'autres styles de danse, Michelle Dorrance fait fureur sur la scène new-yorkaise. Au programme, SOUNDspace, adaptation pour huit danseurs et All Good Things Come to an End, où un quatuor de danseuses interprète une série de tableaux vaudevillesques, sur le jazz exubérant de Fats Waller. Le jeudi, 25 juillet, à vingt heures.

Plamondon - Barbuto - Kiel : trois femmes, trois chorégraphes d'ici réunies dans une même soirée, trois approches de la danse pour interpréter une Danse à trois temps. Anne Plamondon, au parcours impressionnant de danseuse avec Les Grands Ballet Canadiens, le Nederlands Dans Theater, Crystal Pite et RUBBERBANDance, est devenue une chorégraphe à suivre. Elle nous offre le duo Counter Cantor, créé avec Emma Portner, avec qui elle partage une même passion du mouvement. Une nouvelle création de Gioconda Barbuto sera présentée en première mondiale à Saint-Sauveur. Longtemps danseuse pour Les Grands Ballets Canadiens et Nederlands Dans Theatre III, soliste polyvalente et magnétique, Gioconda Barbuto a chorégraphié une cinquantaine de pièces. Hanna Kiel, originaire de la Corée du Sud et établie à Toronto depuis 2008, présente un extrait de Resonance, inspiré d'un mouvement politique sans précédent en Corée du Sud, qui a entraîné la destitution du président Park Geun-Hye en 2016. Le samedi, 27 juillet, à vingt heures.

Complexions Contemporary Ballet célèbre son vingt-c9inquième anniversaire

La compagnie fondée en 1994 par Dwight Rhoden est de retour à Saint-Sauveur avec un programme musical contrasté intitulé From Bach to Bowie, en hommage à deux figures emblématiques de la musique : Johann Sebastian Bach, génie musical intemporel et David Bowie, artiste caméléon et légende du rock, à travers neuf de ses chansons culte. Les vendredi 2 et samedi 3 août, à vingt heures.

L'univers de Trace

Trace de la compagnie autochtone Red Sky Performance, dirigée par Sandra Laronde, originaire de Teme-Augama-Anishinaabe (Peuple des eaux profondes) à Temagami, dans le Nord de l'Ontario, sera présenté en première québécoise. Inspirée de la cosmologie et du ciel étoilé, Trace remonte le fil du temps jusqu'aux débuts de l'univers, "depuis nos origines ancestrales qui traversent la Voie lactée jusqu'aux atomes qui brûlent en nous, sur Terre" pour retracer notre genèse et notre évolution. Trace est mise en scène par Sandra Laronde, sur une chorégraphie de Jera Wolfe. Le dimanche, 4 août, à vingt heures.

Deux concerts de haute tenue

L'année 2019 marque le retour, après vingt ans d'absence, de l'un de nos plus étincelants joyaux musicaux. Les Violons du Roy nous proposent un concert intitulé Sérénades, avec des œuvres de Mozart, Dvorák, Wolf, Puccini et Tchaïkovski, sous la direction du chef invité Julien Proulx. La fabuleuse aventure des Violons du Roy, fondés par Bernard Labadie et maintenant sous la direction musicale de Jonathan Cohen depuis 2018, se poursuit depuis 1984. Le vendredi, 26 juillet, à vingt heures.

Une formidable soirée de clôture avec l'Orchestre métropolitain, sous la direction de Yannick Nézet-Séguin. L'OM propose un programme dont la pièce de résistance est la Symphonie no 5 de Tchaïkovski, l'une des plus populaires du répertoire, où le compositeur aborde un thème qui lui est cher, le fatum, cette idée de vaine lutte contre le destin. L'œuvre sera précédée des Danses hongroises nos 1, 4 et 6 de Johannes Brahms et de la Suite no 1 de Peer Gynt d'Edvard Grieg. Le lundi, 5 août, à vingt heures.

Spectacles gratuits sur la scène Desjardins

Ayant remporté un franc succès, nos soirées dansantes sont de retour sur la scène extérieure Desjardins. Musique, danse et joie de vivre sont au rendez-vous avec une nouvelle série de cours de danse de différents styles à essayer dans la bonne humeur. Tango, Swing, Flamenco, danse traditionnelle et autochtone sont au rendez-vous. Ces soirées sont présentées en collaboration avec la Ville de Saint-Sauveur.

Du cinéma à la belle étoile, des œuvres d'arts et des jeunes danseurs

En plus des populaires films de danse projetés à la belle étoile dans le parc Georges-Filion, le FASS est extrêmement fier de présenter des films réalisés par des jeunes autochtones avec l'appui de Wapikoni Mobile afin de valoriser la richesse de leur culture trop souvent méconnue. Le volet fassART permettra à nouveau d'apprécier le talent des artistes de la région, dont une trentaine d'œuvres seront exposées dans plusieurs galeries. Le FASS appuie également la relève en offrant aux jeunes danseurs de la région la chance de présenter des spectacles dans un contexte professionnel, de côtoyer les artistes internationaux de passage au festival à l'occasion d'un camp de danse et d'assister à des classes de maîtres données par l'icône du ballet Anik Bissonnette.

Pour plus d’infos, cliquez.