Accueil Cette semaine Expos/Littérature Les actualités Portraits Monique/Cinéma
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 23 mai 2018

Lancement de la saison 2017-2018

Le Musée d’art contemporain des Laurentides est fier de lancer en grande pompe sa nouvelle saison En attendant l’avenir, ainsi que son nouveau pavillon mobile. En présence de membres, artistes et collaborateurs réunis lors du dévoilement du 15 octobre dernier, Jonathan Demers, directeur général et chef de la conservation, a présenté une programmation d’expositions, de projets et de collaborations d’une grande diversité et d’une grande qualité.

Desservir l’ensemble des Laurentides

Le lancement a débuté par le dévoilement du Mobile du MACL. Véritable pavillon roulant d’art de médiation et d’actions culturelles, ce nouvel outil permettra au Musée de rejoindre l’ensemble de la vaste région des Laurentides par une présence dans les différents festivals et événements des Laurentides. Son périple débute le 20 octobre en direction de Gatineau. Il reviendra le 4 novembre à Saint-Jérôme, veille des élections municipales pour une journée complète d’activités, de performances artistiques et le lancement de deux numéros de la revue Le Merle, dans le cadre du projet On ne répond pas à la question – contre toute attente, on procède, une proposition du collectif ACTION INDIRECTE.

Une programmation pour tous les goûts

Le musée présentera cette année des artistes et commissaires de renoms : Alexandre David, Rober Racine, Carl Trahan, Marie-Claude Bouthillier et Sophie Jodoin, en plus de soutenir le travail de la relève. En effet, en collaboration avec l’Atelier de l’Île, le Musée présentera du 12 avril au 2 mai, le travail de deux artistes émergents de la région. Du 10 au 20 mai, ce seront plutôt les finissants en arts visuels du Cégep de Saint-Jérôme qui exposeront leurs créations.

Un musée engagé dans ses communautés

De plus, le Musée lance ou poursuit cette année une série de projets afin de s’ancrer dans les communautés qu’il dessert : jardin communautaire, pavillon mobile, atelier des Impatients et un nouveau festival intitulé Les nourritures terrestres, en collaboration avec Diffusion En Scène et la SERRE – arts vivants. Celui-ci rassemblera arts vivants, arts visuels et arts culinaires.

Procurez-vous notre brochure pour la programmation complète.

À propos du Musée d’art contemporain des Laurentides

Le MACL est la plus importante institution muséale au nord de Montréal. Situé au sein de la Maison de la Culture Claude-Henri-Grignon, il est inauguré en 1987. D'abord galerie d'art soutenue par des artistes, puis, centre d’exposition, il obtient en 2014, sa reconnaissance officielle du Ministère de la Culture et des Communications du Québec. Le MACL place au coeur de son institution le travail des artistes, leurs préoccupations et les oeuvres qui en découlent.

Pour plus d’infos, cliquez.

Les actualités huit fois plus, cliquez.

Les Nourritures terrestres

Le Musée d’art contemporain des Laurentides et Diffusion En Scène sont heureux de s’associer pour présenter la première édition de l‘événement interdisciplinaire gratuit, Les Nourritures terrestres, qui se tiendra les 24 et 26 mai, dès dix-neuf heures, au Musée d’art contemporain des Laurentides et au Théâtre Gilles-Vigneault. Au programme, des spectacles de la pianiste Alexandra Stréliski, de la musicienne multidisciplinaire Mykalle Bielinski et de l’auteur-compositeur-interprète Pierre Lapointe, en plus des performances du saxophoniste et chorégraphe Adam Kinner et de l’artiste en danse contemporaine Lucy May, le tout entrecoupé de dégustations!

Avec la tenue de cet événement, le Musée et le diffuseur de spectacles questionnent le rapport entre les arts de la scène et les arts actuels en abordant la rencontre entre les différents champs disciplinaires. Le titre de l’événement fait d’ailleurs référence à l’œuvre littéraire la plus célébrée d’André Gide, Les Nourritures terrestres, publiée en 1897, qui évoque l’éveil des sens et le désir. Au centre de l’œuvre, il y a la transgression, le plaisir, la sensualité et la nourriture. Le titre de l’événement réfère à ce qui nourrit, à ce qui comble, à ce que l’on ingère dans le corps, dans la mémoire et dans les sens. C’est donc pourquoi le public est invité lors de deux soirées à déguster de la nourriture tout en assistant aux spectacles et aux performances de créateurs interdisciplinaires d’exception.

Les Nourritures terrestres sont aussi l’occasion de provoquer la rencontre entre le public du Théâtre Gilles-Vigneault et celui du Musée. Par l’élargissement de nos pratiques en diffusion des arts de la scène par la présentation d’œuvres inclassables qui déstabilisent, mais dans des formules accessibles, nous contribuons à des rencontres entre le public de la région des Laurentides et des œuvres audacieuses qui font place à la transdisciplinarité et qui évoquent une dimension esthétique de la diversité. Pour cette première édition, les instigateurs du projet ont aussi collaboré avec LA SERRE- arts vivants pour la mise en œuvre du spectacle de Mykalle Bielinski dans le cadre du volet soutien aux projets d’artistes émergents.

Pour plus d’infos, cliquez.

Les lauréates d’une expo au MACL

Le Musée d'art contemporain des Laurentides tenait, le 11 mai dernier, le vernissage des réalisations du cours Création et diffusion des finissantes et finissants du programme en Arts visuels du Cégep de Saint-Jérôme. Plus de deux cents personnes étaient au rendez-vous.

Au cours de leur dernière session, elles et ils ont imaginé, esquissé, décrit et mis en espace un projet de recherche établissant les fondements de leur démarche artistique. L'étude de l'art actuel, de l'histoire de l'art et l'exploration de divers processus de création les ont menés à développer des idées, des techniques et un vocabulaire visuel personnel. Chaque finissant propose une réalisation artistique traduisant ses préoccupations à l'égard des enjeux de notre époque.

L'exposition s'intéressait à diverses thématiques, mais présentait surtout des projets qui s'amarrent à différentes facettes de l'être humain. Préoccupés par les relations humaines, les étudiants ont ainsi choisi de créer des œuvres où la métaphore de la taille joue un rôle symbolique important. Ainsi, les termes grandeur et petitesse traitent autant de la taille physique d'un projet que de son sens allégorique. Ici, il n'y a pas de sujet privilégié; le banal est glorifié, le "petit" devient "grand".

Le vernissage a aussi été l'occasion de remettre plusieurs prix pour souligner l'excellence du travail de quatre étudiantes :

Prix distinction remis par les professeurs du département Arts visuels : Sabrina Roy

Prix de la Direction Générale et de la Direction des Études du Cégep de Saint-Jérôme : Caroline Pacchiella

Le Prix Relève de l'Atelier de l'Île : Cassandra Larocque

Prix Coup de cœur du MACL : Geneviève Robertson