Accueil Cette semaine Cinéma Cinéma à venir Musique Théâtre Expos/Littérature Les actualités Portraits Mini magazines
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 26 avril 2017

Cette semaine deux fois plus, cliquez.

Au buffet des événements, cette semaine…

Déplaire, le nouveau show de Laurent Paquin : un show plus franc, plus vrai, plus simple, plus cru, dans lequel Laurent assume pleinement l’idée qu’on ne peut pas plaire à tout le monde. Son style est épuré, plus près des racines du stand-up, et son ton est résolument plus mordant, tout en restant rassembleur. Ce quatrième spectacle s’ajoute à une feuille de route déjà fort chargée. Son dernier spectacle, L’ereure est humaine, a dépassé les cent cinquante mille billets vendus. La popularité de Laurent Paquin ne se dément pas, et après vingt et un ans de carrière, il n’a pas pris une ride. Son style non plus… bien au contraire!


Au Centre d’art La petite église de Saint-Eustache, les 27, 28 et 29 avril. C’est déjà complet.

Robert Charlebois présente un concert en deux temps, sur deux notes : un volet pianos (le sien et celui de Vincent Rehel) dans une ambiance plus intime. Suivi par l’entrée en scène des musiciens (guitare, contrebasse, batterie), pour une grande célébration acoustique de son répertoire. Mais avec Charlebois qui dit acoustique dit aussi explosion de sons et de couleurs. C’est un rendez-vous unique auquel vous convie ce grand créateur, avec tout le charisme et l’énergie qu’on lui connaît depuis plus de cinquante ans déjà! Le grand Charlebois nous offre des relectures audacieuses de son puissant répertoire, teintées par sa passion pour le son et l’approche des classiques à la Eddie Cochran. Pour ce tout nouveau spectacle, on le retrouve sur scène dans une ambiance quasi acoustique, mais toujours rock. Charlebois ne cesse de nous surprendre!


Au Zénith Saint-Eustache, le 28 avril. Pour plus d’infos, cliquez.

Retour aux sources, un documentaire de Sébastien Francoeur et Andrew Marchand-Boddy. Entre 1975 et 1979, le Cambodge est plongé dans un brutal génocide, Pol Pot et son armée de Khmers Rouges remettent le pays à "L’année zéro". Le Cambodge perd tous ses repères artistiques et culturels, mais trente ans après le génocide, une énergie nouvelle, introduite par les jeunes de la diaspora khmère, redonne un nouveau souffle à une culture brisée. Retour aux sources suit les traces de FONKi, un artiste graffiteur canadien-français d’origine khmère, qui part à la rencontre des précurseurs du Cambodge d’aujourd’hui. Il y retourne pour transmettre sa passion pour l’art de rue aux jeunes cambodgiens en peignant sa plus grande murale réalisée à ce jour. Hanté par le décès récent de son arrière-grand-père, FONKi emmène le public au coeur d'une histoire familiale émotionnelle.


Au Ciné-club de Prévost, le 28 avril. Pour plus d’infos, cliquez.

Spectacle à la fois enveloppant et étonnant qui réunit poésie et danse dans un mariage où vous serez enivrés par l’intensité des mots et des gestes. Grand jeté d’encre vous convie à une rencontre poétique chorégraphiée sur les mots de l’auteur Anne Peyrouse. Par un jeu de déambulation, prônant un style de danse physique et dynamique, vous découvrirez quatre moments intimes où se côtoient réflexions, sentiments et tensions sur les thèmes de l’envolée, de la complicité, des limites du corps et du chant au désir. Conçu par le chorégraphe Daniel Bélanger, ce spectacle propose une magnifique prestation d’un trio d’interprètes qui vous séduira par leur univers de la poésie du mouvement et des mots.


À la Place des citoyens de Sainte-Adèle, le 28 avril. Pour plus d’infos, cliquez.

Après les mémorables Scotstown et Cranbourne, Fabien Cloutier met de côté le personnage du «chum à Chabot» et prend la scène en son nom.  Dans son premier one-man-show intitulé Assume, Fabien Cloutier pourfend la bêtise, chasse les petites manies du Québec contemporain et n’épargne personne.  Les politiciens, les décorateurs de maisons et autres fabricants d’opinions passeront dans le tordeur. C’est assurément drôle, mais c’est avant tout une charge contre la stupidité et un nécessaire brassage collectif auquel cette soirée nous convie. Venez assister à ce spectacle rempli d’honnêteté où vous assumerez, à coup de fous rires, les travers de la société québécoise. L'humour cinglant qui accompagne sa lecture sociale fait rire, égratigne et atteint invariablement sa cible. Son tout nouveau spectacle d'humour n'y fait pas exception.


Chez Odyscène de Sainte-Thérèse, au Théâtre Lionel-Groulx, le 27 avril. Pour plus d’infos, cliquez.

Sélectionnée à l’aveugle pour l’émission The Voice en France et sauvée par le public lors des directs, Gabriella, jeune auteure-compositrice-interprète aux multiples talents, a été numéro un anglophone sur l’ensemble des radios du Québec plusieurs mois. Gabriella nous offre un spectacle où l’intégrité, l’émotion et la profondeur dominent. Elle s’accompagne à la guitare, au violon et parfois même au piano, et est appuyée par des musiciens chevronnés. Sa voix touchante navigue entre les frontières du folk et de la pop, sa personnalité attachante envoûte à coup sûr. Gabriella est une auteure-compositrice-interprète. Elle découvre très tôt sa passion pour la musique. Celle-ci se transforme rapidement en une véritable raison d’être. Pour elle, il ne pourra plus en être autrement : sa vie se jouera sur une portée. Multi-instrumentiste, elle perfectionne l’art du violon depuis l’âge de six ans. Elle affectionne également la versatilité de la guitare et du piano pour composer elle-même les arrangements de ses chansons.


Au Patriote de Sainte-Agathe, le 27 avril, dans la Boîte à chansons. Pour plus d’infos, cliquez.

Avec une voix indéniable et un arsenal de chansons puissantes, Martha Wainwright est une interprète séduisante et une force agréablement différente de la musique. Martha a commencé à faire le buzz avec ses EP bien cotés, avant la parution en 2005 de son premier LP éponyme qui a connu un succès autant critique que commercial. En 2008, Martha poursuit sa lancée avec un second album, I Know You’ e Married But I’ve Got Feelings Too, dévoilant sa grande maturité musicale et son talent d’auteure-compositrice. En 2010, elle parcourt le monde dans le cadre de la tournée de son troisième album, Martha Wainwright’s Piaf Album. Cet extraordinaire album, un hommage à la grande Édith Piaf, a reçu des critiques élogieuses et laissé le public stupéfait par l’incroyable registre et le talent de Martha. Son dernier album, Come Home To Mama, produit par Yuka Honda du duo Cibo Matto, a été proclamé «meilleur album en carrière, substantiel et brillamment chanté» par le Mojo Magazine. Aujourd'hui, quatre ans plus tard, Goodnight City est destiné à être son meilleur album paru à ce jour. On y retrouve Martha comme à ses débuts signant plusieurs titres, tout en bénéficiant de la plume d’artistes notables ayant à cœur de mettre en valeur son incroyable voix : BethOrton, Glen Hansard, son frère Rufus Wainwright, Michael Ondaatje et Merrill Garbus de tUnE-yArDs pour ne nommer que ceux-ci. Goodnight City a été produit par Thomas Bartlett (Sufjan Stevens, Glen Hansard) et Brad Albetta (Angus and Julia Stone, Teddy Thompson) pour créer un album poignant qui couvre un large spectre stylistique de façon fluide et homogène. L’album a été enregistré à Montréal, où Martha et son mari habitent depuis quelques années avec leurs deux enfants. Goodnight City est en vente partout dans le monde depuis le 11 novembre.

Chez Odyscène de Sainte-Thérèse, au Cabaret BMO Sainte-Thérèse, le 27 avril. Pour plus d’infos, cliquez.

Une soirée exceptionnelle avec Martha Wainwright, artiste reconnue partout à travers le monde. Un spectacle mémorable présenté dans le cadre de notre cinquantième anniversaire. Avec une voix indéniable et un arsenal de chansons puissantes, Martha Wainwright est une interprète séduisante et une force agréablement différente de la musique. En 2010, elle parcourt le monde dans le cadre de la tournée de son troisième album, Sans Fusils, Ni Souliers à Paris : Martha Wainwright’s Piaf Album. Cet extraordinaire album, un hommage à la grande Édith Piaf, a reçu des critiques élogieuses et laissé le public stupéfait par l’incroyable registre et le talent de Martha. Son dernier album, Come Home To Mama, produit par Yuka Honda du duo Cibo Matto, a été proclamé «meilleur album en carrière, substantiel et brillamment chanté» par le Mojo Magazine. Aujourd’hui, quatre ans plus tard, Goodnight City est destiné à être son meilleur album paru à ce jour. On y retrouve Martha comme à ses débuts signant plusieurs titres, tout en bénéficiant de la plume d’artistes notables ayant à cœur de mettre en valeur son incroyable voix: Beth Orton, Glen Hansard, son frère Rufus Wainwright, Michael Ondaatje et Merrill Garbus de tUnE-yArDs pour ne nommer que ceux-ci.


Au Patriote de Sainte-Agathe, le 28 avril, dans la salle Percival-Broomfield. Pour plus d’infos, cliquez.

La tortue rouge, film français, belge et japonais de Michael Dudok de Wit. Un homme s'échoue sur une île perdue. Hormis des crabes, un peu de végétation et une source d'eau potable, elle est déserte. Débrouillard, le nouvel arrivant fabrique un radeau pour quitter l'île, mais chaque fois qu'il prend le large, des secousses détruisent son embarcation. Après quelques tentatives infructueuses, il découvre qu'une immense tortue rouge est responsable de ces actions. De retour à son point de départ, il décide de se venger contre la tortue, la renversant sur le dos. Les heures passent et l'homme se sent coupable. Il retourne au chevet de l'animal qui finit par revêtir une autre forme...


À Ciné-Groulx de Sainte-Thérèse, à la salle Pierre Legault, le 26 avril. Pour plus d’infos, cliquez.

Dans une conférence d’auteur conviviale, animée et pratico-pratique, Amélie Dubois vous présente les grandes lignes de son pèlerinage de sept cents km sur le mythique Camino Francés en Espagne, effectué en juillet 2015 et ayant inspiré l’écriture de son tout dernier roman. Du déclencheur de sa décision de partir (trois semaines avant!) jusqu’aux aspects pratiques d’une telle aventure, elle vous «livre» des brides d’une Compostelle colorée, contemporaine et inspirante. La fois où… elle a suivi les flèches jaunes. Venez perdre le nord avec elle!


Au Patriote de Sainte-Agathe, le 26 avril, dans la Boîte à chansons. Pour plus d’infos, cliquez.

La Ville de Sainte-Thérèse est heureuse d'accueillir le festival Santa Teresa de passage au centre-ville. Ce nouveau festival à échelle humaine se déroule notamment dans le stationnement de l’hôtel de ville, dans les bars et les commerces du Village, et présentera entre autres City and Colour (en spectacle solo) et Patrick Watson à l’église Sainte-Thérèse-d’Avila. Le festival Santa Teresa est né d’un désir de créer un festival authentique, moderne et près des gens. Les organisateurs misent sur un parcours alliant la musique d’ici, les arts et la restauration pour offrir une expérience culturelle sans pareil.


Au Centre-ville de Sainte-Thérèse, les 27, 28 et 29 avril. Pour plus d’infos, cliquez.