Les actualités dix fois plus
Accueil Cette semaine Expos/Littérature Les actualités Portraits Monique/Cinéma
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 15 août 2018

La Terre vue du coeur avec Hubert Reeves

Maison 4:3, compagnie de distribution dirigée par Chantale Pagé, est fière d’annoncer la sortie du documentaire La Terre vue du coeur avec Hubert Reeves, le 13 avril. Produit par Marie-Dominique Michaud, Chantale Pagé et Jacques Blain de la compagnie de productions Jane Losa Films, et réalisé par Iolande Cadrin-Rossignol, La Terre vue du cœur avec Hubert Reeves nous invite à explorer avec douceur, mais sans compromis, notre rapport à la nature et à la vie elle-même.

Depuis plus de vingt ans, Hubert Reeves met toute sa science, tout son poids médiatique, et toute son énergie au service d’une seule cause : la préservation et le renouveau de la biodiversité. Cet engagement est tel qu’il lui a valu d’être nommé récemment premier Président d’honneur de la nouvelle Agence française pour la biodiversité. La Terre vue du coeur nous offre une occasion unique de partager son émerveillement sans cesse renouvelé pour la Vie, son engagement pour un avenir plus harmonieux, tout en donnant la juste mesure de la lutte sans merci à mener pour y arriver.

La Terre vue du coeur nous offre une occasion unique de partager son émerveillement sans cesse renouvelé pour la Vie, son engagement pour un avenir plus harmonieux, tout en donnant la juste mesure de la lutte sans merci à mener pour y arriver. Une invitation à explorer avec douceur mais sans compromis notre rapport à la nature et à la vie elle-même, mais également une invitation à s’impliquer dans une cause primordiale pour notre survie.

Pour supporter le film, vous pouvez vous rendre à l’adresse suivante :

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/la-terre-vue-du-coeur-avec-hubert-reeves

En plus de faire une différence en tant que citoyen engagé, vous aurez également la chance en contrepartie de votre support financier, d’obtenir certaines récompenses exclusives.

Tourné à Malicorne, en Bourgogne, à Paris, en Corse, ainsi qu’au Québec, à Syracuse et en Floride, dans des milieux variés (terrestres, forestiers, marins, urbains), La Terre vue du coeur nous entraîne également à la rencontre de Frédéric Lenoir, philosophe, sociologue et écrivain français, d’Edith Widder, (ORCA) spécialiste de la bioluminescence sous-marine; d’Emmanuelle Pouydebat, (CNRS) spécialiste en intelligence animale, de Robin Wall Kimmerer, (SUNY) biologiste et chercheure d’origine Potowatomi, de Jérôme Dupras, professeur au Département des sciences naturelles de l’UQO, directeur de laboratoire d’économie écologique (ISFORT)et bassiste du groupe Les Cowboys Fringants, de Michel Labrecque (UDM), directeur du Jardin Botanique de Montréal et chercheur en botanique urbaine, de Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki et président du projet de la Réalité Climatique d’Al Gore, de Mario Cyr, cinéaste des profondeurs océaniques, de Karine Péloffy, du Centre québécois du droit à l’environnement, d’Élyse Desaulniers, auteure, chroniqueuse, activiste et directrice général de la SPCA de Montréal et de Stefan Sopkowiak, permaculteur, biologiste et auteur.

La Terre vue du cœur avec Hubert Reeves, est produit par Jane Losa Films, avec la participation financière de la SODEC, de Téléfilm Canada, du Fonds Rogers, de la Société Radio-Canada, ainsi que de la maison de distribution Maison 4:3.

Réalisé par Iolande Cadrin Rossignol, nous retrouvons Sophie Deraspe à la direction photo, Stéphane Barsalou au son, Sylvain Bellemare à la conception sonore, sur une musique originale de Nicolas Maranda.

La Terre vue du cœur avec Hubert Reeves a pris l’affiche au Québec le 13 avril.

Les actualités onze fois plus, cliquez.

1991, le nouveau film de Ricardo Trogi

Les Films Séville, une filiale d’Entertainment One, et Go Films sont heureux d’annoncer que le film 1991, écrit et réalisé par Ricardo Trogi et produit par Nicole Robert (Go Films) prendra l’affiche le 27 juillet 2018 dans l’ensemble du Québec.

1991 est la cinquième collaboration de Ricardo Trogi et Nicole Robert (avec Québec-Montréal, Horloge Biologique, 1981 et 1987). 1991 clôt la trilogie de récit autobiographique de Ricardo Trogi amorcée avec 1981 et suivi de 1987.

On retrouve Jean-Carl Boucher dans le rôle de Ricardo, Sandrine Bisson dans celui de sa mère Claudette, Claudio Colangelo dans celui de son père Benito et Rose Adam, qui interprète à nouveau sa sœur Nadia. Juliette Gosselin se joint à eux dans le rôle de Marie-Ève Bernard, la nouvelle flamme de Ricardo. De nouveaux visages s’ajoutent également à la distribution avec Alexandre Nachi, Mamadou Camara, Mara Lazaris, Massimo Leone, Roberto Citran, Mary-Lee Picknell, Alexandrine Agostini, Giuseppe Cantore et Guillaume Girard.

Synopsis

Vous souvenez-vous de votre premier voyage? En 1991, j'avais vingt et un ans, j'étais à l'université et tout le monde partait. Certains dans l'Ouest canadien, d'autres aux États-Unis. Moi, ça été l'Italie. Pas parce que j'avais l'appel des grandes capitales culturelles. Non. Pour suivre la femme de ma vie. En 1981, j’étais persuadé que c'était Anne Tremblay. En 1987, j’ai changé d’idée, c’était Marie-Josée Lebel. Mais oubliez ça, c’est en 1991 que j’ai rencontré la vraie femme de ma vie, Marie-Ève Bernard. C’est pour ça que le jour où elle m’a donné rendez-vous à Perugia, je suis allé la rejoindre, pis comme d’habitude, ça a été compliqué!

Distribué par Les Films Séville, une filiale d’eOne, et produit par Nicole Robert (Go Films), 1991 a pris l’affiche le 27 juillet 2018 partout au Québec.

La chute de l’empire américain à l’international

Nous sommes fiers d’annoncer que La chute de l’empire américain de Denys Arcand a été vendu à travers le monde! En effet, Sony Pictures Classics a acquis les droits de distribution pour les États-Unis, le Mexique,  l'Amérique centrale, l’Argentine, le Chili, le Paraguay, l’Uruguay, le Brésil, la Colombie, le Mexique, le Pérou, l’Équateur, la Bolivie, le Venezuela, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

«Denys Arcand est de retour avec un esprit satirique aussi mordant, perspicace et divertissant que jamais! C’est formidable de pouvoir collaborer à nouveau avec lui et de présenter cette œuvre robuste au public américain», ajoutent Sony Pictures Classics.

«Je suis ravi de revenir chez Sony Pictures Classics et d’être réuni à nouveau avec Michael Barker et Tom Bernard. Ils sont des sommités dans ce domaine. Ils connaissent à la perfection le type de public qui sera touché et interpellé par ce film. Je l’ai créé dans un esprit de liberté totale et ils sont certainement les meilleures personnes pour s’en occuper», a déclaré Denys Arcand.

La chute de l’empire américain sera également distribué par Lemon Tree en Chine, Filmcoopi en Suisse, Russian Report en Russie, Feelgood en Grèce, Wanda Vision en Espagne, Nachschon Films en Israël, Outsider Films au Portugal, Joint Entertainment à Taïwan, Umut Sanat en Turquie et Fox Vision en ex-Yougoslavie. Plusieurs autres territoires sont également en cours de négociations.

Le film met en vedette Alexandre Landry, Maripier Morin, Rémy Girard, Louis Morissette, Maxim Roy, Pierre Curzi, Vincent Leclerc, Patrick Émmanuel Abellard, Florence Longpré et Eddy King, ainsi que Geneviève Schmidt, Paul Doucet, Denis Bouchard, Yan England, David Savard, Rose-Marie Perreault, Alain Goulem, Catherine Paquin-Béchard et la participation amicale de Claude Legault, Éric Bruneau, James Hyndman, Benoit Brière, Gaston Lepage, Laurent Paquin et François Dompierre. La chute de l’empire américain est produit par Denise Robert.

Synopsis

Pierre-Paul, trente-six ans, intellectuel et docteur en philosophie est forcé de travailler comme livreur pour avoir un salaire décent. Un jour, en allant livrer un colis, il tombe sur une scène de vol à mains armées qui tourne mal : deux morts. Il se retrouve devant deux sacs de sport remplis de billets de banques. Pierre-Paul est confronté à un dilemme : repartir les mains vides ou prendre l'argent et fuir?

Ce film de Denys Arcand est une réflexion drôle et touchante comme seul Arcand sait le faire sur la prédominance de l’argent dans nos sociétés quand toutes les autres valeurs semblent s’être écroulées.

«Je fais des films en essayant, à ma façon, d’obéir à la consigne séculaire : tendre un miroir à la vie et au temps. Même dans les coins les plus reculés de notre planète, nous sommes tous des sujets de l’empire américain. Cet empire se meurt et ses convulsions nous touchent brutalement. Ceux qui mettent tous leurs espoirs dans le départ de Trump, oublient qu’après Caligula est venu Néron, et trois siècles d’inexorable désintégration. Nous, au Canada, vivons confortablement sous le parapluie de la «pax americana», mais la pourriture morale de l’empire commence à nous infecter. L’omnipuissance de l’argent en est un des symptômes. Trouverons-nous des antibiotiques assez puissants pour combattre cette gangrène?», Denys Arcand.

Distribué par Les Films Séville, une filiale d’Entertainment One, produit par Cinémaginaire et représenté à l’international par Seville International, La chute de l’empire américain a pris l’affiche partout au Québec dès le jeudi, 28 juin.

La disparition des lucioles : bande-annonce

La disparition des lucioles, un film de Sébastien Pilote, avec Karelle Tremblay, Pierre-Luc Brillant, Luc Picard, François Papineau et Marie-France Marcotte.

Synopsis

C’est bientôt l’été et la fin des classes dans une ancienne ville industrielle au bord d’une baie. Léo, une jeune fille insatisfaite, rencontre Steve, un homme plus âgé, guitariste reclus et sans ambition. Léo vit avec sa mère et son beau-père, Paul, un animateur de radio populiste qui a poussé à l’exil dans le Nord l’homme qu’elle admire, Sylvain, le père dont elle s’ennuie, et ancien chef syndical déchu. Étrangère dans son propre monde, frustrée et en colère, c’est dans sa relation équivoque avec Steve, au rythme des leçons de guitare et de son nouveau boulot d’été, qu’elle pourra trouver une sorte de réconfort et amorcer sa fuite.

Sortie en salle en 2018.

Le Rire de Martin Laroche

Maison 4:3 et La Boîte à Fanny sont fiers d’annoncer la distribution du prochain long métrage de Martin Laroche, Le Rire.

En effet, c’est la talentueuse Léane Labrèche-Dor qui y tiendra le premier rôle. Déjà bien établie à la télévision (Les Magnifiques, SNL) et au théâtre (J’accuse, les Muses Orphelines), elle tiendra dans Le Rire son premier rôle-titre au cinéma. Elle sera accompagnée à l’écran par la grande Micheline Lanctôt (les Affamés, Guibord s’en va-t-en guerre), et le très versatile Alexandre Landry  (Gabrielle, La chute de l’empire américain).

Produit par Fanny-Laure Malo, ce troisième long métrage du scénariste-réalisateur Martin Laroche sera tourné à Montréal, à l’automne. Sylvie Drapeau, Jean-Sébastien Courchesne, Normand Daoust, Catherine Proulx-Lemay, Christine Beaulieu etEvelyne de la Chenelière complètent cette impressionnante distribution.

Distribué par Maison 4:3, le film prendra l’affiche au Québec en 2019.

Synopsis

Huit ans après une guerre qui a secoué le Québec et l’a laissée seule survivante d’une tuerie où elle a perdu son amoureux Valérie (Léane Labrèche-Dor) vit une relation très complice avec Gabriel (Alexandre Landry), son nouveau copain. Préposée aux bénéficiaires dans un CHSLD, elle entretient également une belle amitié avec Jeanne (Micheline Lanctôt), une femme érudite et drôle, aux prises avec un handicap physique important.

Entremêlant réalisme et inquiétante étrangeté, Le Rire propose une exploration humaine du syndrome du survivant, et du processus de deuil du passé, avec la distance du temps, la force de l’amour, et la joie d’être en vie.

À propos de Martin Laroche

Après ses études en cinéma, Martin Laroche a réalisé quelques projets indépendants, puis Les Manèges Humains (2013), présenté en première mondiale au Festival International de Film de Karlovy Vary, en plus de recevoir quatre nominations d’importance au Gala des Prix Jutra.

Tadoussac (2017) a remporté le prix de la Meilleure comédienne au FIFF de Namur et le prix du Meilleur film canadien au FICFA, en plus de recevoir un accueil critique chaleureux à l’automne dernier.

La course des tuques est en chantier

CarpeDiem Film & TV et Les Films Séville, une filiale d’Entertainment One, en collaboration avec le Studio Singing Frog, dévoilent la pré bande-annonce, ainsi que la première affiche de La Course des Tuques, nouveau film d’animation 3D qui sera sur nos écrans dès décembre 2018.

Suite au succès de la première réinterprétation de La Guerre des Tuques en animation 3D, vos personnages chouchous sont de retour, pour le plus grand bonheur de toutes les générations! Cette fois, la guerre fait place à la course. Une spectaculaire course de luge au village met en vedette vos personnages préférés, en plus d’en accueillir trois petits nouveaux, Zac et sa cousine Charlie, ainsi qu’un petit chiot à la bouille irrésistible. Cette nouvelle aventure nous entraînera une fois de plus au cœur de l’enfance avec humour, cœur et émotion!

Cette nouvelle production a été confiée au réalisateur Benoît Godbout (Les Grandes Gueules s’animent, Pérusse Cité, Toupie et Binou, Vie de Quartier, Les Mini-Tuques) et au co-réalisateur François Brisson (Arsène  Lupin,  Inuk) appuyé du consultant à la réalisation et à la direction photo, Jean-François Pouliot (La Grande Séduction). Philippe Arseneault Bussières (La légende de Sarila) assure la direction artistique. Le scénario est l’œuvre des auteurs Claude Landry, Maxime Landry et Paul Risacher. Marie-Claude Beauchamp et Sophie Roy de CarpeDiem agissent comme productrices.

Le film est en production depuis plusieurs mois dans les studios de Singing Frog à Montréal où plus de cent artistes contribuent par leur talent à mettre en images cette toute nouvelle histoire. Basée sur des valeurs telles que l’entraide, le travail d’équipe, le respect, la franchise, l’amitié et la confiance, François-les-lunettes déploiera sans retenue tout son génie afin de contrer les tricheries que lui impose Zac.

Rappelons que La Guerre des Tuques 3D a récolté plusieurs prix et honneurs, ainsi que de multiples nominations tant au Canada qu’à l’étranger. Gagnant des prix Canadien et Québécois récompensant le meilleur box-office en 2015, le film a été vendu dans plus de cent vingt pays à l’international et il a connu un immense succès au box-office en Chine.

Prix

2015 – Prix Écrans canadiens - Prix Écran d’or Cinéplex

2016 - Gala Québec Cinéma - Billet d’or et Meilleur son

2015 - Téléfilm Canada - Guichet d’Or

2016 - AQPM - Prix AQPM Cinéma 2016

2016 - Gala ADISQ - Félix ALBUM/DVD jeunesse

2017 - Silver Parent’s Choice Awards

2016 - Juniorfest IFF (Czech Republic) - Best Movie

Distribué par Les Films Séville, une filiale d'Entertainment One, et produit par Carpe Diem Film&TV, La course des tuques prendra l'affiche en décembre 2018 partout au Québec.

Dans la brume dès le 10 août

Les Films Christal et Les Films Séville, des filiales d’Entertainment One, sont heureux d’annoncer que le nouveau film de Daniel Roby (Louis Cyr, Funkytown), Dans la brume, prendra l’affiche le 10 août. Présenté en grande première nord-américaine en ouverture du vingt-deuxième Festival international de films Fantasia, le 12 juillet, le thriller de science-fiction est une coproduction France-Québec de Nicolas Duval (Quad Productions), Guillaume Colboc (Section 9), Guillaume Lemans (Esprits Frappeurs) et Christian Larouche (Christal Films) mettant en vedette Romain Duris, Olga Kurylenko, Fantine Harduin et Michel Robin.

Synopsis

Le jour où une étrange brume mortelle submerge Paris, des survivants trouvent refuge dans les derniers étages des immeubles et sur les toits de la capitale. Sans informations, sans électricité, sans eau ni nourriture, une petite famille tente de survivre à cette catastrophe... Mais les heures passent et un constat s'impose : les secours ne viendront pas et il faudra, pour espérer s’en sortir, tenter sa chance dans la brume...

Distribué par Les Films Christal, sous-distribué par Les Films Séville, des filiales d’eOne, et produit par Quad Productions, Section 9, Esprits Frappeurs et Christal Films, Dans la brume prendra l’affiche le 10 août au Québec.

Les activités du Lab Québec Cinéma rejoignent un nombre record de jeunes

Véritable incubateur d'expérimentation, de création et de découvertes, le Lab Québec Cinéma propose des activités scolaires pour initier et sensibiliser les jeunes au cinéma québecois. Cette année, les activités du Lab rejoignent le nombre record de onze mille quatre cent soixante-quinze jeunes. Et la demande ne cesse de grandir comme en témoigne la hausse de 12% des activités et des participants. Ce sont soixante-dix-huit écoles primaires et secondaires, ainsi que quatre cégeps qui ont bénéficié des deux cent soixante activités offertes dans vingt-cinq villes à travers le pays. «C'est très encourageant, dit Ségolène Roederer, directrice générale Québec Cinéma, et nous sommes très heureux que la nouvelle politique culturelle du Québec, Partout, la culture annoncée la semaine dernière, confirme la pertinence de nos orientations avec le Lab

Depuis ses débuts en 2003, le Lab a rejoint plus de quatre-vingt-cinq mille jeunes. Précurseur, il répond déjà à plusieurs volontés énoncées dans le plan d'action de la nouvelle politique culturelle du Québec, tant dans ses actions que dans ses objectifs de développement.

En premier lieu, notons que les activités et ateliers mis sur pied par le Lab dans les écoles permettent de tisser des liens forts entre éducation et culture et d'enraciner cette dernière dans le quotidien des jeunes. Aussi cette année, le Lab a offert des expériences cinématographiques privilégiées à deux mille quatre cent quatorze jeunes dans trois villes du Québec (Drummondville, Joliette et Sorel-Tracy). Les séances questions-réponses avec la scénariste Nicole Bélanger, suivant la projection du film Les rois mongols de Luc Picard, la présence des artistes Catherine Sénart et Guy Thauvette aux projections de Pieds nus dans l'aube de Francis Leclerc, ont été des plus inspirantes pour le jeune public présent.

Par sa présence dans les communautés francophones hors Québec, le Lab contribue à la promotion et la valorisation de la langue française. Cette année encore, le Lab a fait la tournée de dix-neuf écoles francophones ou d'immersion à travers le pays, rejoignant trois mille six cent soixante-trois jeunes franco-canadiens avec des ateliers et des projections d'œuvres issues du répertoire cinématographique québécois, canadien et autochtone.

Le Lab soutient aussi la mise en valeur et la transmission du patrimoine culturel, notamment par le biais d'ateliers de sensibilisation au cinéma autochtone élaborés en partenariat avec Wapikoni mobile. «C'était vraiment intéressant. J'ai appris beaucoup sur les Premières Nations et les autres provinces comme le Québec. J'espère que j'aurai la chance de voir une autre présentation de Québec Cinéma!» témoigne Molly, une élève de onze ans de l'école Octagon Pond Elementary à St-John's (Terre-Neuve-et-Labrador).

Dans le but d'inspirer l'entreprenariat culturel, le Lab organise des rencontres inspirantes et motivantes avec des invités de marque, tel que Sylvain Bellemarre, maître de la conception sonore et gagnant de l'Oscar du meilleur montage sonore (Arrival), lors d'une Leçon de cinéma intitulée Le pouvoir du son au cinéma qui a su passionner cent quarante étudiants du cégep de Drummondville.

Le Lab dans les écoles

Parmi les activités et ateliers offerts aux élèves des divers niveaux, on retrouvait cette année : leçons de cinéma, projections commentées, initiation au cinéma d'animation, analyse de courts métrages, adaptation cinématographique, histoire du cinéma d'animation et du documentaire et débats critiques. Cette variété d'activités permet aux étudiants de diversifier leurs apprentissages et de développer leur esprit critique. «Plusieurs activités ont été immensément enrichies par l'apport de nos professionnels du cinéma québécois, ajoute François Lemieux, directeur du Lab Québec Cinéma, et nous tenons à remercier nos artistes invités Nicole Bélanger, Sylvain Bellemare, Jean-Carl Boucher, Renée Beaulieu, Sarianne Cormier, Jean-Hervé Désiré, Yan England, Sophie Goyette, Francine Hébert, Julie Hivon, François Jaros, Francis Leclerc, Pascal Plante, Louise Surprenant et André Turpin et tous ceux qui sont venus partager leurs expériences et connaissances avec les élèves.»

Le Lab dans la communauté : Vingt leçons de cinéma avec Fusion Jeunesse

Le Lab Québec Cinéma est aussi présent dans les communautés et, pour une deuxième année, a contribué au projet CLIP de Fusion Jeunesse. Ce grand projet lutte contre le décrochage scolaire en offrant aux jeunes à risque un plus grand accès à des moyens d'expression créatifs. Le Lab s'inscrit dans cette démarche en invitant les artistes du cinéma d'ici à présenter des leçons de cinéma. Cette année, ils ont accompagné trois cent cinquante jeunes dans la réalisation de leur court métrage.

CinÉcole et le Lab invitent les jeunes au cinéma

En partenariat avec CinÉcole (Mediafilm) - un programme dédié à développer la cinéphilie et le sens critique chez les jeunes - le Lab a aussi offert deux projections gratuites suivies de périodes de questions-réponses avec les artisans des films Pieds nus dans l'aube et Les rois mongols à plus de six cents élèves du secondaire.

Nouveau partenariat avec Tel-Jeunes

Pour une première fois, le Lab s'est associé à Tel-jeunes à l'occasion de leur Colloque des entraidants. Cette dixième édition réunissait trois cents jeunes provenant de vingt et une écoles secondaires du Québec. Le Lab a offert quatre ateliers d'analyse de courts métrages aux participants sous la thématique du Colloque «Le cinéma à travers le temps».

Lunar-Orbit Rendezvous à Locarno

Hutte Films est fier d’annoncer la sélection officielle du film Lunar-Orbit Rendezvous, le dernier court métrage de Mélanie Charbonneau, dans le cadre de la soixante et onzième édition du Festival international du film de Locarno qui se déroulera du premier au 11 août. Produit par Virginie Nolin de Hutte Films, scénarisé par Frédéric Lemay, cette comédie romantique de science-fiction rétro, mettant en vedette Frédéric Lemay et Noémie O’Farrell, sera présentée les 8, 9 et 10 août dans la compétition Pardi Di Domanià Locarno.

Réalisatrice québécoise prometteuse, Mélanie Charbonneau réalise des films, des séries web (dont Les Stagiaires) et des publicités depuis plus de dix ans. Son dernier court métrage, Seule, a été sélectionné dans plusieurs festivals, dont Namur, Fantasia, Cambridge, Off-Courts Trouville et Bayou. Elle planche actuellement sur son premier long-métrage, Fabuleuses, produit par Nicole Robert de Go Films, dont le tournage débutera cet automne.

«Je suis très heureuse que mon court métrage a été sélectionné pour la compétition officielle au prestigieux Festival de films de Locarno. Nous aurons le plaisir d’être présentes, moi et ma productrice Virginie Nolin, lors des projections, pour découvrir la réaction du public.», de souligner la réalisatrice Mélanie Charbonneau.

«Je suis honorée de faire partie de la sélection Pardi Di Domani de Locarno. C’est une bonne tape dans le dos qui m’encourage pour la suite de ma carrière.» de rajouter la productrice Virginie Nolin.

Synopsis

Tourné en pellicule super 16 mm, ce conte moderne nous transporte dans la fébrilité du tout premier voyage lunaire. Une femme-tampon va à la rencontre d’un homme-astronaute pour s’envoler sur la lune. Alors que Daniel a pour mission de disperser les cendres de sa mère, Claude souhaite le retour miraculeux de ses menstruations.

À propos de Hutte Films

Hutte Films est une compagnie de production cinématographique basée à Montréal et fondée par un duo de femmes qui n’a pas froid aux yeux : Virginie Nolin et Mélanie Charbonneau. Hutte compte cinq films à son actif dont le premier court métrage de Mélanie Charbonneau, Seule. La compagnie développe présentement des projets de longs métrages. La vision de Hutte : s’associer à des artistes innovateurs et ambitieux afin de développer un cinéma toujours plus riche, se mandater d’une saine diversité des créateurs pour une diversité de représentations et de visions à l’écran, foncer avec intelligence, stratégie et surtout, avec le cœur.

Dévoilement de la distribution complète du film MYTHO

La distribution complète du film MYTHO est enfin dévoilée! En plus de Louis-José Houde (De Père en Flic 1 et 2, Le sens de l’humour) dans le rôle de Simon, un menteur compulsif et Antoine Bertrand (Louis Cyr, Demain tout commence) dans celui de son frère jumeau, MYTHO mettra également en vedette Geneviève Schmidt (La chute de l’empire américain, Le Trip à trois), Anne-Élisabeth Bossé (Le Trip à trois, La passion d’Augustine), Catherine Chabot (dans son premier rôle au cinéma), Patrice Coquereau (Père fils thérapie), Marie-Lise Pilote (L’homme idéal), Luc Senay (La Bolduc), Véronique Leflaguais (Comment survivre à sa mère), Sonia Vachon (De Père en Flic 2), Didier Lucien (Les Affamés) et Vitali Makarov (Junior Majeur), Michel Laperrière (De Père en Flic 1) et Johanne-Marie Tremblay (Les invasions barbares).

On verra également dans le film la participation amicale de Denise Filiatrault, David Savard, Marie-Lyne Joncas, Mathieu Quesnel et Antoine Vézina.

MYTHO est réalisé par Émile Gaudreault (De Père en Flic 1 et 2, Le sens de l’humour) qui renoue pour le scénario avec Éric K. Boulianne (De Père en Flic 2, Prank, Avant qu’on explose) et Sébastien Ravary (De Père en Flic 2) et produit par Denise Robert (La chute de l’empire américain, De Père en Flic 1 et 2, 1:54) et Émile Gaudreault. Le tournage a débuté le lundi, 6 août.

«Excessivement chanceuse de faire partie d’une distribution exemplaire. Ne pouvant mentir, je dirais avec quelques palpitations au cœur, stressée, fière, comblée, mais avec une confiance aveugle en ce projet.  Émile Gaudreault va gérer tout ce beau mélange de sensations. Je lui souhaite bonne chance!» ajoute Geneviève Schmidt.

«Il n’y a rien de plus joyeux qu’aborder un nouveau personnage de comédie! Je suis très excitée de retravailler avec Émile!» dit Anne-Élizabeth Bossé.

«Incroyable, mais vrai, ceci n’est pas un mensonge, je ferai partie de l’extraordinaire famille de MYTHO. Merci la vie!», s’enthousiasme Catherine Chabot.

«En rassemblant cette troupe de virtuoses, mon niveau de stress est passé d’extrême à supportable. Ces acteurs sont drôles, charismatiques, créatifs et j’entends déjà la musicalité des dialogues livrés par eux. C’est avec bonheur que je retrouve des vieux complices : Louis-José Houde, Patrice Coquereau, Sonia Vachon, Luc Senay, Véronique Le Flaguais, Marie-Lise Pilote, Anne-Élisabeth Bossé, et j’aurai le plaisir de collaborer avec des nouveaux, tout aussi talentueux : Antoine Bertrand, Geneviève Schmidt, Didier Lucien, et plusieurs autres», souligne Émile Gaudreault.

«C’est un bonheur de faire un film avec tous ces merveilleux acteurs, ainsi qu’une équipe créative dynamique et talentueuse composée entre autres de Steve Asselin (direction photo), Christian Legaré (direction artistique), Anne-Karine Gauthier (costumes), Martin Desmarais (son), FM Le Sieur (musique) et Arthur Tarnowski (montage). Émile est au sommet de son art et c’est un privilège de l’accompagner. Il réalise MYTHO de façon effervescente et inspirée», ajoute Denise Robert.

Synopsis

Simon est un menteur compulsif. À sa grande surprise, sa famille, ses amis et ses collègues lui lancent un ultimatum collectif : il doit apprendre à dire la vérité. Mais Simon vit dans le déni et finit par raconter un mensonge de trop, provoquant une situation exceptionnelle : toutes les faussetés qu’il a racontées dans sa vie deviennent réalité. Les catastrophes se succèdent à son grand désarroi et, avec l’aide de son frère jumeau et d’une nouvelle collègue, il devra comprendre comment se sortir de ce cauchemar. Inspiré de l’ère post factuelle dans laquelle nous vivons, MYTHO est une comédie fantaisiste et fantasque, dans la veine de nos classiques préférés comme Groundhog Day (Le jour de la marmotte) et de plaisirs coupable tels que Liar Liar (Menteur, menteur).

MYTHO est produit avec la généreuse participation financière de Téléfilm Canada, la SODEC, la Société Radio-Canada, le Fonds Harold Greenberg et le Fonds Québecor. Distribué par Les Films Séville, une filiale d'Entertainment One, MYTHO sera sur tous les écrans du Québec à l’été 2019.

Rustic Oracle de Sonia Bonspille Boileau débute à Oka et Kanesatake

Nish Media est heureux d'annoncer que le tournage du deuxième long métrage de Sonia Bonspille Boileau, Rustic Oracle, est commencé dans les communautés d'Oka et de Kanesatake. Ce film de fiction, tourné en anglais et dont la sortie est prévue à l'automne 2019, permettra de sensibiliser le public à la cause des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées.Il raconte l'histoire d'une fillette de huit ans, Ivy, qui tente de découvrir ce qui a pu arriver à sa grande sœur Heather, portée disparue. Pour cela, il rappelle l'histoire et la douleur d'innombrables familles autochtones ayant fait face au traumatisme de la disparition d'un proche. Une version en français, intitulée Vivaces, sera également disponible à l'automne 2019. La distribution du film sera assurée par la Maison 4 : 3.

Les valeurs d'inclusion, de diversité et de genre au centre de la production

En plus de son propos qui met en lumière l'histoire d'innombrables familles autochtones qui doivent affronter la disparition d'un proche, le projet rassemble une panoplie d'artistes et artisans issus des communautés autochtones.

De nombreux comédiens de grand talent seront révélés au grand public dans Rustic Oracle. Lake Delisle jouera le rôle du personnage central, la jeune Ivy; Carmen Moore, une actrice canadienne connue notamment pour ses rôles dans les séries Blackstone, Arctic Air, ainsi que pour son rôle dans le film Unnatural and Accidental, interprétera Susan, la mère d'Ivy et d'Heather; Margo Kane incarnera Iris, la mère de Susan; et Heather sera jouée par McKenzie Deer Robinson.

L'acteur Kevin Parent fait également partie de la distribution, de même qu'Alex Rice, Maxime Gibeault, Richard Jutras et Emmanuel Auger. En plus des six femmes et filles autochtones en vedette dans le film, l'équipe créative, technique, le reste de la distribution et les partenaires du film comportent une forte représentation féminine et autochtone, si bien qu'au moins un représentant autochtone se retrouve dans chacun des principaux départements de production. Plusieurs d'entre eux proviennent par ailleurs de la communauté de Kanesatake, ce qui reflète la mentalité du producteur Jason Brennan, qui a à cœur le rayonnement de récits réalistes abordant des thèmes qui impliquent les communautés autochtones, mais qui permettent à tous de s'identifier, ainsi tissant des liens entre et avec tous les spectateurs peu importe leur origine et leur sexe.

L'intérêt de plusieurs bailleurs de fonds dont Téléfilm Canada, la SODEC, le fonds Breaking Barriers de la CBC et le prix du long métrage du Women in the Director's Chair (WIDC) - qui comprend une prise de participation par le Fonds Harold Greenberg, ainsi qu'une gamme de services en nature et d'éléments en location destinés à la production et à la postproduction offerts par des entreprises comme Post-Moderne -, démontre que le film de Sonia Bonspille Boileau est attendu avec impatience et qu'il suscite l'enthousiasme de toute la collectivité. Carol Whiteman, du WIDC, agira à titre de productrice déléguée, tandis que Chantal Pagé et l'équipe de MAISON 4:3 assureront la distribution pancanadienne du film.

Rustic Oracle - Synopsis

Ce long métrage dramatique de fiction nous plonge à la fin des années quatre-vingt-dix. On y retrouve Ivy, une jeune fille de huit ans qui tente de comprendre ce qui est arrivé à sa grande sœur disparue de leur petite communauté mohawk. Avec peu d'indices, Ivy et sa mère Susan se lancent dans un douloureux voyage pour retrouver Heather. Cette quête finira par rapprocher le duo malgré les circonstances difficiles, et renforcera leur complicité. Derrière l'histoire du désespoir racontée à travers les yeux d'une enfant, on retrouve l'espoir, la croissance, l'éveil et l'amour.

À propos de la réalisatrice

D'origine Mohawk de Kanesatake, Sonia Bonspille Boileau est une réalisatrice et scénariste primée, diplômée de l'école de cinéma Mel Hoppenheim de l'Université Concordia. Depuis quelques années, Sonia a mis sur pieds et réalisé des projets télévisuels en français et en anglais, allant de la programmation pour enfants, aux documentaires à caractère sociaux, jusqu'au cinéma. Sonia a remporté le prix de la diversité au gala des Prix Gémeaux en 2011 pour son documentaire Last Call indien. En 2015, son premier film de type long-métrage LE DEP faisait sa première au prestigieux festival international de Karlovy Vary en République tchèque. Depuis, le film a remporté plusieurs prix et a été sélectionné dans plusieurs festivals à travers le monde. Elle a réalisé un documentaire sur les impacts de la crise d'Oka en 1990, intitulé The Oka Legacy, qui a remporté un prix au festival du film de Yorkton. Sonia est hautement engagée dans la création de production impliquant les communautés autochtones et discutant le bien-être de ces communautés à travers le Canada. En 2016, Sonia a reçu le prix de reconnaissance d'APTN durant le festival Présence autochtone de Montréal. Vivaces sera le deuxième film de fiction de la réalisatrice. Elle a gagné le WIDC Feature Film Award pour son deuxième long métrage, Rustic Oracle, développé en partie grâce à WIDC Story & Leadership.