Accueil Cette semaine Expos/Littérature Les actualités Portraits Monique/Cinéma
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 23 mai 2018

La trame sonore du film La Bolduc

À quelques mois de la sortie officielle du film La Bolduc, Tandem présente la trame sonore mettant en lumière le talent indiscutable de Debbie Lynch-White, alias Mary Travers, dite La Bolduc!

Dès les premières notes, l'auditeur ressent le plaisir évident de Debbie à emprunter les traits de la célèbre chansonnière auteure-compositrice et interprète qui a connu la gloire principalement à la fin des années vingt et dans les années trente. Debbie Lynch-White nous entraîne, à travers l'œuvre de cette pionnière, dans un Québec en pleine crise économique avec "Ça va venir découragez-vous pas", "Sans travail" et "La grocerie du coin". Elle turlutte "J'ai un bouton sur la langue" et donne le ton à la fête "Le jour de l'an". Elle nous propose la première chanson qui a consacré La Bolduc au rang des grandes artistes "Y'a longtemps que je couche par terre" et nous renvoie dans l'univers social de l'époque avec "Si vous avez une fille qui veut se marier", "R'garde-toé 'cas t'as d'l'air", "La cuisinière". Enfin, la vie de tournée nous est racontée avec la proposition de "La Côte-Nord".

Un album festif interprété par une Debbie Lynch-White, assumée et convaincante. Elle est La Bolduc!

Debbie Lynch-White a terminé ses études à l'École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe au sein de la cuvée 2010. Dès sa sortie, elle a été engagée par le chorégraphe Dave St-Pierre, à titre de remplaçante pour "La Pornographie des âmes". Puis, elle a participé en 2011 au spectacle "Le cycle de la boucherie", créé par l'entreprise du chorégraphe au Théâtre La Chapelle. En 2012, sa carrière a été propulsée, alors qu'elle a décroché le rôle de Nancy Prévost, dans le très populaire téléroman "Unité 9", à Radio-Canada. Elle s'est également illustrée au théâtre dans plusieurs pièces, dont "Le vertige" avec le Théâtre de l'Opsis, "Sunderland" à la Compagnie Jean-Duceppe, "J'accuse" avec le Théâtre d'Aujourd'hui, "Roméo et Juliette" au Théâtre du Nouveau Monde, ainsi que plusieurs pièces de théâtre d'été partout au Québec. En 2011, elle est devenue cofondatrice du Théâtre du Grand Cheval (TGC), qui a produit "Chlore", une œuvre d'abord présentée à La Petite Licorne en octobre 2012, puis en janvier 2014 au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui. Son travail au sein du TGC s'est poursuivi, car on y a présenté une deuxième création, "Sylvie aime Maurice", à la Grande Licorne en mars 2017.

Incarner Mary Travers, le rôle-titre du film La Bolduc, constitue un point tournant dans sa jeune carrière.

La Terre vue du coeur avec Hubert Reeves

Maison 4:3, compagnie de distribution dirigée par Chantale Pagé, est fière d’annoncer la sortie du documentaire La Terre vue du coeur avec Hubert Reeves, le 13 avril. Produit par Marie-Dominique Michaud, Chantale Pagé et Jacques Blain de la compagnie de productions Jane Losa Films, et réalisé par Iolande Cadrin-Rossignol, La Terre vue du cœur avec Hubert Reeves nous invite à explorer avec douceur, mais sans compromis, notre rapport à la nature et à la vie elle-même.

Depuis plus de vingt ans, Hubert Reeves met toute sa science, tout son poids médiatique, et toute son énergie au service d’une seule cause : la préservation et le renouveau de la biodiversité. Cet engagement est tel qu’il lui a valu d’être nommé récemment premier Président d’honneur de la nouvelle Agence française pour la biodiversité. La Terre vue du coeur nous offre une occasion unique de partager son émerveillement sans cesse renouvelé pour la Vie, son engagement pour un avenir plus harmonieux, tout en donnant la juste mesure de la lutte sans merci à mener pour y arriver.

La Terre vue du coeur nous offre une occasion unique de partager son émerveillement sans cesse renouvelé pour la Vie, son engagement pour un avenir plus harmonieux, tout en donnant la juste mesure de la lutte sans merci à mener pour y arriver. Une invitation à explorer avec douceur mais sans compromis notre rapport à la nature et à la vie elle-même, mais également une invitation à s’impliquer dans une cause primordiale pour notre survie.

Pour supporter le film, vous pouvez vous rendre à l’adresse suivante :

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/la-terre-vue-du-coeur-avec-hubert-reeves

En plus de faire une différence en tant que citoyen engagé, vous aurez également la chance en contrepartie de votre support financier, d’obtenir certaines récompenses exclusives.

Tourné à Malicorne, en Bourgogne, à Paris, en Corse, ainsi qu’au Québec, à Syracuse et en Floride, dans des milieux variés (terrestres, forestiers, marins, urbains), La Terre vue du coeur nous entraîne également à la rencontre de Frédéric Lenoir, philosophe, sociologue et écrivain français, d’Edith Widder, (ORCA) spécialiste de la bioluminescence sous-marine; d’Emmanuelle Pouydebat, (CNRS) spécialiste en intelligence animale, de Robin Wall Kimmerer, (SUNY) biologiste et chercheure d’origine Potowatomi, de Jérôme Dupras, professeur au Département des sciences naturelles de l’UQO, directeur de laboratoire d’économie écologique (ISFORT)et bassiste du groupe Les Cowboys Fringants, de Michel Labrecque (UDM), directeur du Jardin Botanique de Montréal et chercheur en botanique urbaine, de Karel Mayrand, directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki et président du projet de la Réalité Climatique d’Al Gore, de Mario Cyr, cinéaste des profondeurs océaniques, de Karine Péloffy, du Centre québécois du droit à l’environnement, d’Élyse Desaulniers, auteure, chroniqueuse, activiste et directrice général de la SPCA de Montréal et de Stefan Sopkowiak, permaculteur, biologiste et auteur.

La Terre vue du cœur avec Hubert Reeves, est produit par Jane Losa Films, avec la participation financière de la SODEC, de Téléfilm Canada, du Fonds Rogers, de la Société Radio-Canada, ainsi que de la maison de distribution Maison 4:3.

Réalisé par Iolande Cadrin Rossignol, nous retrouvons Sophie Deraspe à la direction photo, Stéphane Barsalou au son, Sylvain Bellemare à la conception sonore, sur une musique originale de Nicolas Maranda.

La Terre vue du cœur avec Hubert Reeves a pris l’affiche au Québec le 13 avril.

Les actualités onze fois plus, cliquez.

1991, le nouveau film de Ricardo Trogi

Les Films Séville, une filiale d’Entertainment One, et Go Films sont heureux d’annoncer que le film 1991, écrit et réalisé par Ricardo Trogi et produit par Nicole Robert (Go Films) prendra l’affiche le 27 juillet 2018 dans l’ensemble du Québec.

1991 est la cinquième collaboration de Ricardo Trogi et Nicole Robert (avec Québec-Montréal, Horloge Biologique, 1981 et 1987). 1991 clôt la trilogie de récit autobiographique de Ricardo Trogi amorcée avec 1981 et suivi de 1987.

On retrouve Jean-Carl Boucher dans le rôle de Ricardo, Sandrine Bisson dans celui de sa mère Claudette, Claudio Colangelo dans celui de son père Benito et Rose Adam, qui interprète à nouveau sa sœur Nadia. Juliette Gosselin se joint à eux dans le rôle de Marie-Ève Bernard, la nouvelle flamme de Ricardo. De nouveaux visages s’ajoutent également à la distribution avec Alexandre Nachi, Mamadou Camara, Mara Lazaris, Massimo Leone, Roberto Citran, Mary-Lee Picknell, Alexandrine Agostini, Giuseppe Cantore et Guillaume Girard.

Synopsis

Vous souvenez-vous de votre premier voyage? En 1991, j'avais vingt et un ans, j'étais à l'université et tout le monde partait. Certains dans l'Ouest canadien, d'autres aux États-Unis. Moi, ça été l'Italie. Pas parce que j'avais l'appel des grandes capitales culturelles. Non. Pour suivre la femme de ma vie. En 1981, j’étais persuadé que c'était Anne Tremblay. En 1987, j’ai changé d’idée, c’était Marie-Josée Lebel. Mais oubliez ça, c’est en 1991 que j’ai rencontré la vraie femme de ma vie, Marie-Ève Bernard. C’est pour ça que le jour où elle m’a donné rendez-vous à Perugia, je suis allé la rejoindre, pis comme d’habitude, ça a été compliqué!

Distribué par Les Films Séville, une filiale d’eOne, et produit par Nicole Robert (Go Films), 1991 prendra l’affiche le 27 juillet 2018 partout au Québec.

La chute de l’empire américain à l’international

Nous sommes fiers d’annoncer que La chute de l’empire américain de Denys Arcand a été vendu à travers le monde! En effet, Sony Pictures Classics a acquis les droits de distribution pour les États-Unis, le Mexique,  l'Amérique centrale, l’Argentine, le Chili, le Paraguay, l’Uruguay, le Brésil, la Colombie, le Mexique, le Pérou, l’Équateur, la Bolivie, le Venezuela, l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

«Denys Arcand est de retour avec un esprit satirique aussi mordant, perspicace et divertissant que jamais! C’est formidable de pouvoir collaborer à nouveau avec lui et de présenter cette œuvre robuste au public américain», ajoutent Sony Pictures Classics.

«Je suis ravi de revenir chez Sony Pictures Classics et d’être réuni à nouveau avec Michael Barker et Tom Bernard. Ils sont des sommités dans ce domaine. Ils connaissent à la perfection le type de public qui sera touché et interpellé par ce film. Je l’ai créé dans un esprit de liberté totale et ils sont certainement les meilleures personnes pour s’en occuper», a déclaré Denys Arcand.

La chute de l’empire américain sera également distribué par Lemon Tree en Chine, Filmcoopi en Suisse, Russian Report en Russie, Feelgood en Grèce, Wanda Vision en Espagne, Nachschon Films en Israël, Outsider Films au Portugal, Joint Entertainment à Taïwan, Umut Sanat en Turquie et Fox Vision en ex-Yougoslavie. Plusieurs autres territoires sont également en cours de négociations.

Le film met en vedette Alexandre Landry, Maripier Morin, Rémy Girard, Louis Morissette, Maxim Roy, Pierre Curzi, Vincent Leclerc, Patrick Émmanuel Abellard, Florence Longpré et Eddy King, ainsi que Geneviève Schmidt, Paul Doucet, Denis Bouchard, Yan England, David Savard, Rose-Marie Perreault, Alain Goulem, Catherine Paquin-Béchard et la participation amicale de Claude Legault, Éric Bruneau, James Hyndman, Benoit Brière, Gaston Lepage, Laurent Paquin et François Dompierre. La chute de l’empire américain est produit par Denise Robert.

Synopsis

Pierre-Paul, trente-six ans, intellectuel et docteur en philosophie est forcé de travailler comme livreur pour avoir un salaire décent. Un jour, en allant livrer un colis, il tombe sur une scène de vol à mains armées qui tourne mal : deux morts. Il se retrouve devant deux sacs de sport remplis de billets de banques. Pierre-Paul est confronté à un dilemme : repartir les mains vides ou prendre l'argent et fuir?

Ce film de Denys Arcand est une réflexion drôle et touchante comme seul Arcand sait le faire sur la prédominance de l’argent dans nos sociétés quand toutes les autres valeurs semblent s’être écroulées.

«Je fais des films en essayant, à ma façon, d’obéir à la consigne séculaire : tendre un miroir à la vie et au temps. Même dans les coins les plus reculés de notre planète, nous sommes tous des sujets de l’empire américain. Cet empire se meurt et ses convulsions nous touchent brutalement. Ceux qui mettent tous leurs espoirs dans le départ de Trump, oublient qu’après Caligula est venu Néron, et trois siècles d’inexorable désintégration. Nous, au Canada, vivons confortablement sous le parapluie de la «pax americana», mais la pourriture morale de l’empire commence à nous infecter. L’omnipuissance de l’argent en est un des symptômes. Trouverons-nous des antibiotiques assez puissants pour combattre cette gangrène?», Denys Arcand.

Distribué par Les Films Séville, une filiale d’Entertainment One, produit par Cinémaginaire et représenté à l’international par Seville International, La chute de l’empire américain prendra l’affiche partout au Québec dès le jeudi, 28 juin.