Bientôt Cette semaine Les arts/Cinéma Les actualités Mini Magazines Portraits Notre beauté Tourisme Plein air Bon Appétit!

Les Éditions Pommamour. Tous droits réservés. 2012

Bientôt Cette semaine Les arts/Cinéma Les actualités Mini Magazines Portraits Notre beauté Tourisme Plein air Bon Appétit!
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts, la culture et le tourisme dans nos Laurentides

Linda Labelle, aquarelliste

Peintre aquarelliste autodidacte, Linda Labelle puise son inspiration dans ce qui l'entoure. Pour elle, peindre, c'est saisir la juste harmonie entre la réalité et son imaginaire enfantin. Une impression de profondeur vous invite rapidement à entrer dans l'œuvre et à y rester un long moment.

Ses créations originales reflètent une émotion intense et une joie de vivre palpable. C'est avec son talent, sa patience et sa persévérance qu'elle maîtrise ce médium si particulier qu'est l'aquarelle. Depuis vingt ans, elle ne cesse de perfectionner son art. Elle a participé à plus de cinquante expositions régionales et à de nombreux symposiums. Elle a mérité plusieurs prix ou mentions. Artiste engagée, elle continue de participer à plusieurs associations reliées à son art.


Pour admirer ses œuvres, cliquez.

Une vie heureuse qui pigmente son œuvre

On se rappellera d'abord que Linda Labelle est l'auteure de la fresque murale qui  a ornée un  mur de Saint-Jérôme, de l'an  2000 à 2003. Elle a vu aussi ses projets d'affiche pour le Festival d'été de la Rivière-du-Nord accrédités comme affiche à deux reprises en 1999 et 2000. Ces réalisations sont venues enrichir un curriculum déjà bien garni alors que l'artiste peintre s'adonne à l'art pictural depuis son jeune âge. Dans les faits, elle est aquarelliste depuis plus de 16 ans maintenant.

« Pour tout vous dire, confesse l'artiste de Sainte-Sophie, j'avais commencé comme bien d'autres avec l'huile puis lors d'un premier atelier d'aquarelle, je fis la découverte d'une forme d'expression dont je ne pourrais plus jamais me passer ».

 Et voici un art à propos duquel elle raconte : « Il y a de la magie dans cet d'art qui est d'essayer de contrôler ce médium d'eau. Par exemple, je fais un lavis, une goutte d'eau s'échappe et ça donne  lieu  à quelque chose d'inattendue. C'est ça qui est merveilleux avec l'aquarelle. J'ai  l'impression que quelqu'un m'a aidée à produire le chef d'œuvre. Choisir ce médium, c'est aussi enrichir mes sujets avec une grande variété de papier, avec chacun leur particularité propre, sur lequel  je dépose mes pigments traduisant mon état d'âme. Je suis une femme heureuse et cela transparaît dans mon œuvre. »

Affiches Festival d’été de la Rivière-du-Nord

1999-2000

Fresque murale, Saint-Jérôme, 2000 à 2003

Tammy Osler, textile et photographie

Tammy Osler est une artiste multidisciplinaire travaillant les arts textiles et la macrophotographie. Diplômée, en 2003, du Cégep du Vieux-Montréal en métiers d’art, option construction textile, et du Centre des textiles contemporains de Montréal (CTCM), elle a aussi enseigné, de 2006 à 2009, la conception de la broderie machine au CTCM.


Ses œuvres brodées, photographiques ou faites de techniques mixtes ont pu être admirées dans plus d’une trentaine d’expositions collectives au Canada dont: Vert (Centre des arts et de la fibre du Québec-Diagonale), Hard Twist-Textile exhibition (Gladstone à Toronto), Fusion (Galerie Port Maurice), Signature Laurentides: œuvres choisies (Guilde canadienne des métiers d’art de Montréal, Centre d’exposition de Mont-Laurier), ainsi que deux expositions solos, soit Couleur | nature (Galerie d'art de Blainville) et Fraction nature : pixels et points (Centre d'exposition de Repentigny, Galerie d'art de Blainville). Elles se retrouvent aussi au sein de diverses collections, autant privées qu’institutionnelles.


En 2009, elle fut lauréate (volet 2) du Concours jeunes artistes en arts visuels des Laurentides et reçu une mention d’honneur pour le Prix Lucien-Desmarais. En 2010 elle créa le projet « Tricotons des liens » où la population fut invité à une collecte sélective de balles de laines et d'aiguille à tricoter, ainsi qu' à tricoter avec elle pour lier des liens entre les générations, tout en transmettant un patrimoine artisanale qui se perd. Plus de 250 personnes ont tricoté et 160 foulards collectifs ont été créés et donnés dans les paniers de Noël de la région.


À travers ce projet, près d'une trentaine de performances avec le public furent faites, dont la participation à la première édition de la journée Estiv'art du Musée d'art contemporain des Laurentides et aux Journées de la culture. Deux installations temporaires créées avec les foulards, deux expositions ainsi qu'un blogue relatant la progression du projet ont aussi été faits. Elle fut Lauréate du Prix ‘’Coup de coeur’’ des Grands prix du Conseil de la Culture des Laurentides 2011 pour ce projet.


Boursière du CALQ, du fonds des Laurentides et de la SODEC, elle est aussi membre du Conseil des métiers d’art du Québec, du Centre d’artistes autogérés Praxis art actuel et de Signature Laurentides.


Pour la connaître davantage, cliquez.

Démarche artistique

La principale source d’inspiration de Tammy Osler est la nature. Ses œuvres s’inspirent des structures organiques, de l’évolution constante de la nature et des marques créées par le temps. Elle capte des instants qu’elle s’approprie par le biais de son appareil photographique. Les sujets deviennent parfois méconnaissables; elle les magnifie, changeant ainsi la perception, défiant les sens.

Cette image est soit imprimée (photographie) ou subit un traitement évolutif (traitement de l'image, broderie machine, impression numérique, embellissement et/ou tissage) et renaît dans une construction textile qui prend des allures d'une oeuvre bidimensionnelles faites de fils. Le résultat, que l’on pourrait qualifier de «bas-relief» brodé ou de peinture tissée, s’apparente, au premier coup d’œil, à une œuvre picturale. L’image initiale, la photographie, est réécrite par le biais du fil; l’œil s’y accroche puis, s’y approche pour y découvrir une surface brodée. Le fil dessine l'espace du support et donne, plus souvent qu'autrement, une forme qui voisine l'abstraction. Son corpus est constitué d’œuvres brodées, d’œuvres photographiques, d’estampes numériques, de sérigraphies et de techniques mixtes, mais aussi, de foulards et châles tricotés ou tissés.