Accueil Cette semaine Cinéma Cinéma à venir Musique Théâtre Expos/Littérature Les actualités Portraits Monique/Cinéma
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 13 décembre 2017 Dans nos actualités, cette semaine…

La rentrée montréalaise de Mathieu Lippé et un nouvel extrait

Au printemps dernier, Mathieu Lippé nous proposait Les amants de l’aube, son troisième opus. Aujourd'hui, c'est sur scène qu'il décline son nouveau spectacle du même nom. Le public le retrouvera pour sa grande rentrée montréalaise le 11 octobre au Théâtre Outremont. À cette occasion, quelques  noms incontournables de la nouvelle scène de la chanson se joindront à lui, dont Valérie Carpentier, Alexandre Désilets et Ariane Brunet. Pour cette soirée unique, le hall d'entrée de l'Outremont sera le théâtre d'une exposition de toiles qui se propose de dépeindre les douze titres de l'album Les amants de l'aube.

Mathieu, performeur de grand talent, décline son univers sur scène avec élégance dans une production pop-folk-électro où la poésie et le slam s'allient finement pour porter un vibrant message d'espérance, d'utopie et de persévérance. Mathieu Lippé témoigne de son parcours riche d'expériences, de rencontres, de voyages, d'exploration de l'art oral et musical, et invite les spectateurs au voyage, jusqu'aux frontières de l'émotion et de l'imagination. Un rendez-vous où l'intime se transforme en énergie toute électrique et communicative avec des chansons qui séduisent dès la première écoute.

Nouvel extrait

Mathieu Lippé, auteur-compositeur et interprète accompli, présente Aujourd’hui, le troisième titre extrait du disque Les amants de l'aube, un album salué avec enthousiasme par la critique. Aux premiers mots, on reconnaît la prose unique du slameur soutenu par un rythme pop-folk-électro. Ariane Brunet, généreuse et talentueuse, s'invite avec bonheur dans cette chanson afin d'offrir un hymne à l'instant présent.

Pour en savoir plus sur cette tournée et les activités professionnelles de Mathieu Lippé, consultez sa page Facebook : www.facebook.com/mathieulippeofficiel/.

Leif Vollebekk dévoile une nouvelle chanson

Leif Vollebekk dévoile une nouvelle chanson via le magazine VOIR au Québec et le site The Line of Best Fit en Angleterre. Tallahassee est une magnifique ballade au piano enregistrée lors des sessions de Twin Solitude, son dernier album nommé sur la courte liste du Prix de musique Polaris et à l'ADISQ. Leif nous parle du processus derrière le choix des chansons finales de l'album : «C’est l’une de ces chansons qui m’ont échappé. Tous les autres morceaux sur l’album sont arrivés tellement vite. Mais pas celui-ci. J’étais sûr que Tallahassee allait être la pierre angulaire de cet album. Mais elle n’en a pas décidé ainsi. Cette chanson a pris une autre direction, elle voulait suivre sa propre étoile. En fait, cette chanson a voyagé tellement loin que je ne savais plus où elle était rendue.»

Leif Vollebekk est sur les derniers milles de la tournée Twin Solitude qui a débuté en mars dernier.  La série de concerts d'automne a débuté à Paris, où il s’est produit au Festival Pitchfork le 31 octobre. Au total trente dates sont inscrites au calendrier, incluant les villes de Berlin, Oslo, Los Angeles, New York et Toronto. L'aventure se termine le 16 décembre à Philadelphie et les concerts à Londres et Amsterdam affichent déjà complets.

Twin Solitude n'a reçu que des critiques élogieuses notamment de NPR, The Fader, Uncut, Paste Magazine, Rolling Stone France, Les Inrocks, The Sunday Times Culture, Boston Globe, The Globe and Mail et plus. L'album a été nommé sur la courte liste du Prix de musique Polaris, au Prix de musique Folk Canadien, à l'ADISQ et au GAMIQ, tout en accumulant plus de sept millions de streams à ce jour.

«Un ami m’a dit que c’était mon retour de Saturne. Il avait peut-être raison. J’étais à l’aube de la trentaine et je savais que si je ne changeais pas de direction, j’allais arriver exactement là où je me dirigeais.» Le moment était donc venu de livrer son âme et d’enregistrer un disque bleu foncé et violet. Un album enfiévré, avec un groove constant, comme le battement d’un cœur. Les chansons ont déboulé rapidement, comme si elles existaient déjà, aussi impossible que cela puisse paraître. “Vancouver Time” a nécessité quinze minutes, “Telluride”, encore moins de temps. C’est à croire que les chansons l’attendaient déjà. Écoutez-le au volant d’une voiture louée, par temps froid, avec les fenêtres bien fermées. Écoutez-le étendu près d’une fenêtre ouverte. Écoutez-le au complet, tout seul. «À l’instant où la dernière note cessera de résonner, il ne devrait rester que toi, explique Leif. Et moi, je serai ailleurs. Voilà, c’est Twin Solitude.»

En musique, deux fois plus, cliquez.