Bientôt Cette semaine Cinéma Cinéma à venir Musique Théâtre Expos/Littérature Les actualités Portraits Mini magazines
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 22 mars 2017 Dans nos actualités, cette semaine…

Un service d’archives pour tout le monde

La Ville de Saint-Jérôme a récemment cédé à la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord (SHRN) ses fonds d’archives privées. Il s’agit en majeure partie de journaux d’époque qui seront ainsi conservés dans des conditions optimales, tout en étant dorénavant accessibles aux personnes désireuses de les consulter.

Le don de la Ville comprend les publications suivantes :

-  L’Avenir du Nord, période initiale de 1897 à 1941 et ses moutures plus récentes de 1944 à 1986

-  Le Progrès de Terrebonne de 1947 à 1967

-  L’Écho des Mille Îles de 1945 à 1947

-  L’Écho du Nord de 1935 à 1937

-  Le Nord de 1897 et 1898.

Ces acquisitions s’ajoutent aux archives de L’Écho du Nord (1945 à 2015), du journal Le Mirabel (1972 à 2009) et du Journal des Pays-d’en-Haut/La Vallée (1967 à 2009), dont la SHRN avait hérité en 2014. La SHRN détenait en outre déjà des exemplaires de L’Égalité (1897-1898), ainsi que plusieurs autres éditions du journal Le Nord (1878-1888).

Tous les journaux au même endroit

Toutes ces publications, qui témoignent de l’histoire de Saint-Jérôme et des Laurentides, sont ainsi désormais regroupées en un seul et même endroit, au Service d’archives de la Rivière-du-Nord, à Saint-Jérôme. Il s’agit d’un avantage indéniable pour les chercheurs et les citoyens qui veulent s’y référer.

La SHRN remercie la Ville de Saint-Jérôme d’avoir mis à sa disposition un local supplémentaire à la Maison de la culture Claude-Henri-Grignon, notamment pour la conservation de ce précieux patrimoine documentaire.

Parmi les autres éléments des fonds cédés par la Ville, mentionnons les négatifs du photographe jérômien André Bernier (Anber), couvrant la période comprise entre 1979 et 1993, les chroniques historiques de Mgr Paul Labelle, publiées dans L’Écho du Nord de 1975 à 1991, et même un costume de l’Harmonie de Saint-Jérôme datant de 1960.

Un Service d’archives pour tout le monde!

Depuis trois ans, la SHRN est agréée par Bibliothèque et Archives nationales du Québec en tant que Service d’archives privées. À ce titre, elle est reconnue pour son expertise, son professionnalisme et est habilitée à recueillir les documents d’intérêt patrimonial ou historique, afin d’en assurer la pérennité et de les mettre en valeur au bénéfice de la population actuelle et des générations à venir.

Même s’il dessert l’ensemble de la région pour ses services, le principal territoire d’intervention du service d’archives est celui de la MRC de La Rivière-du-Nord, qui englobe les villes de Saint-Jérôme, Sainte-Sophie, Saint-Colomban, Prévost et Saint-Hippolyte.

La population est invitée à en profiter pour y déposer en lieu sûr documents, archives et artéfacts ou à consulter ce patrimoine archivistique conservé avec soin. La SHRN offre également aux entreprises, organisations et simples citoyens un service de gestion documentaire, pour les aider à classer et à organiser leurs archives.

Nous reconnaissons sur cette photo, Madame Suzanne Marcotte, présidente de la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord, M. André Marion, président de la commission des affaires culturelles de la ville de Saint-Jérôme, M. Gilles Robert, vice-président de la commission des affaires culturelles de la ville de Saint-Jérôme, M. Stéphane Maher, maire de la ville de Saint-Jérôme, Madame Linda Rivest, directrice générale et archiviste à la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord et M. Henri Prévost, membre du comité d’administration de la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord.

Pour une politique nationale de l’architecture

L'Ordre des architectes du Québec (OAQ), en collaboration avec l'Institut du Nouveau Monde, vous convie à sa conversation publique pour une politique nationale de l'architecture au Québec. L'OAQ ira à la rencontre de citoyens, d'élus et d'organisations dans treize villes afin de discuter de l'avenir de l'architecture québécoise.

Depuis trois ans, l'OAQ soutient activement l'adoption d'une politique nationale de l'architecture pour le Québec. Il s'agit de se doter d'une vision commune afin d'harmoniser les lois et règlements, en plus de s'assurer que les bâtiments qui nous entourent répondent durablement aux défis d'aujourd'hui et de demain, qu'il s'agisse des changements climatiques, du vieillissement de la population, de la cohésion des communautés ou de la préservation du patrimoine.

Venez nous faire part de vos préoccupations, de vos idées et de votre vision d'avenir de l'architecture québécoise lors de l'une des discussions animées sous la forme de conversations de café.

Dans les Laurentides : Hôtel de région, MRC de la Rivière-du-Nord, salle AB, à Saint-Jérôme, le 27 avril, de dix-huit heures trente à vingt et une heures trente.

L'inscription est gratuite, mais obligatoire.

Vous pourrez également prendre part à la discussion en ligne dès le 14 mars!

Pour plus d’infos, cliquez.

Exposants recherchés pour la  

journée " Place aux 50 ans et mieux "

C'est sur le thème "Lève-toi, on bouge!" que se tiendra le 8 mai, la journée "Place aux 50 ans et mieux" à l'Hôtel & Spa Mont-Gabriel de Sainte-Adèle. Organisée par les villes et municipalités de la MRC des Pays-d'en-Haut, cette journée constitue aussi une vitrine pour des exposants qui souhaiteraient tenir un kiosque lors de cet événement.

Les kiosques, tenus par des entreprises ou des organismes, devront permettre d'informer les aînés sur les produits et services qui leur sont offerts dans la région. Les candidatures provenant d'organismes qui desservent le territoire de la MRC des Pays-d'en-Haut seront favorisées pour la sélection. Prenez note que les places sont limitées.

Les représentants d'entreprise ou d'organisme intéressés à réserver un espace gratuit pour promouvoir leurs services doivent s'inscrire, avant le premier avril 2017, auprès de Marie-Christine Lespérance, coordonnatrice récréotouristique à la Municipalité de Saint-Adolphe-d'Howard, par téléphone au 819 327-2626, poste 222 ou par courriel à mclesperance@stadolphedhoward.qc.ca.

La journée s'inscrit dans le plan d'action Municipalité amie des aînés (MADA) et vise à accroître la participation des aînés à la vie sociale, économique, culturelle et intellectuelle de notre communauté tout en favorisant un vieillissement actif.

Le piquage des meules au moulin Légaré

Bien que pour plusieurs le printemps annonce le renouveau, pour les meuniers du moulin Légaré, il rime avec tradition. La Corporation du Moulin Légaré (CML) est donc heureuse de vous inviter au piquage des meules qui se déroulera du 20 au 31 mars au moulin Légaré. En 2017, c’est au tour de la meule qui produit la farine de blé de retrouver tout son mordant.

Le piquage des meules est une pratique annuelle qui consiste à entretenir les surfaces des meules avec des marteaux-piqueurs. La CML vous invite à venir voir à l’oeuvre le maître-meunier Daniel Saint-Pierre et son assistant Martin Trudel, qui martèleront pendant deux semaines la pierre afin d’y creuser des sillons minuscules qui permettent de moudre finement les grains. Grâce à ce travail de précision, aussi exigeant mentalement que physiquement, la meule qui moud la farine de blé au moulin Légaré pourra continuer sa production pour une deux cent cinquante-sixième année consécutive.

L’art du piquage des meules, tel qu’il est pratiqué au moulin Légaré, est un élément important du patrimoine culturel immatériel que se transmettent les meuniers de génération en génération. Peu de gens ont pu assister à une démonstration de cette pratique puisque la plupart des meuniers de la province optent à présent pour l’utilisation d’outils modernes qui permettent de réaliser le travail plus rapidement. Au moulin Légaré, les meuniers ont choisi de conserver la pratique ancestrale afin de protéger ce savoir-faire qui tend à disparaître.

Pour l’occasion, la CML vous distribuera un livret explicatif et vous offrira plusieurs activités qui vous permettront d’en apprendre davantage sur ce savoir-faire ancien, ainsi que sur les meules du moulin.

Visites autonomes

Venez rencontrer nos meuniers Daniel et Martin qui se feront un plaisir de vous faire la démonstration du travail qu’ils accomplissent et qui répondront volontiers à vos questions.

Horaire : du lundi au vendredi, de dix heures à midi et de treize heures à seize heures

Lieu : moulin Légaré (232, rue Saint-Eustache)

Visites découvertes du piquage des meules avec les meuniers

Nos meuniers vous réservent une période de trente minutes afin de vous présenter les étapes de production de la farine et l’importance du piquage des meules. Ils vous expliqueront également les différentes étapes du piquage et feront pour vous une démonstration.

Horaire : 21 mars - à quatorze heures, 24 mars - à dix heures trente, 28 mars - à quatorze heures, 30 mars - à dix heures trente

Lieu : moulin Légaré (232, rue Saint-Eustache)

Activités éducatives sous le thème du piquage des meules

La CML vous offre la possibilité de voir en exclusivité des capsules vidéos sur le piquage faisant partie de sa collection des savoir-faire, réalisée dans le cadre du projet de sauvegarde du métier de meunier. De plus, les plus jeunes auront l’occasion de fabriquer de leurs propres mains de meunier, un outil très important pour Daniel et Martin dans le cadre de leur travail.

Horaire : 26 mars, de dix heures à seize heures

Lieu : Maison de la culture et du patrimoine (manoir Globensky, 235, rue Saint-Eustache)

C’est un rendez-vous!

Le site des Jardins du précambrien est désormais fermé

Le site des Jardins du précambrien est désormais fermé, ni le Symposium, ni aucune activité publique n’y seront présentés. Nous regrettons de devoir informer notre fidèle public qu’il sera donc impossible de se promener dans les sentiers.

Les Jardins du précambrien contiennent la mémoire des artistes des Amériques et de centaines d’invités. Ils évoquent les réalités de l’art et de la nature, telles que mises en valeur grâce au dévouement d’une équipe motivée et formée principalement de gens de la région. Après vingt ans d’implication bénévole dans cette institution, ses fondateurs-artistes René Derouin et Jeanne Molleur veulent poursuivre leur œuvre sous la forme d’un engagement plus privé, mais demeurant résolument orienté vers l’américanité et la communauté.

L’avenir nous dira sous quelle forme se poursuivra cet engagement. Une chose est certaine, l’espace des Jardins demeurera le lieu de travail de ses fondateurs, comme il l’a été depuis les quarante-cinq dernières années. Il demeurera aussi un lieu de réflexion sur l’américanité et le territoire.

René Derouin et Jeanne Molleur rêvaient de pérennité pour cette institution, mais l’austérité aura mis fin à ce rêve avec l’appauvrissement des budgets consacrés à la culture. René Derouin poursuit actuellement son œuvre au Mexique et au Québec avec le projet du Mur des rapaces. Il s’agit d’une œuvre engagée et d’un vecteur de réflexion sur une Amérique que l’on veut couper en deux. Cette coupure est aux antipodes de l’engagement de l’artiste envers ce continent qui a toujours prôné l’ouverture aux autres et aux échanges culturels entre les nations. Nous vivons la fin d’une époque, il faut voir venir ces temps nouveaux et se préparer comme artiste à s’engager totalement. Le néo-libéralisme débridé est en voie de créer une société de RAPACES, il faut rester vigilant et engagé pour la suite du monde.

Derouin/Molleur, artistes multidisciplinaires et fondateurs des Jardins du précambrien de Val-David

Lancement du Festival international du blues de Tremblant

C’est dans l’esprit du ski de printemps que seront dévoilés les têtes d’affiche de la vingt-quatrième édition du Festival international du blues de Tremblant, le samedi, 8 avril, à quinze heures. Pour l’occasion, vous êtes conviés à vous joindre aux skieurs, planchistes et amateurs de blues pour célébrer l’après-ski à la Place St-Bernard, découvrir la programmation 2017 et apprécier le spectacle gratuit de la formation coup de cœur de l’édition 2016, Ghost Town Blues Band.

La porte-parole du Festival, Anne-Marie Withenshaw, ainsi que le parrain du Blues’araoke, Martin Deschamps, seront sur place pour présenter la programmation qui mettra en scène plus d’une centaine de spectacles gratuits, du 7 au 16 juillet 2017, dans le cadre intimiste du village piétonnier de Tremblant.

Pour plus d’infos, cliquez.

Les actualités treize fois plus, cliquez.