Bientôt Cette semaine Les arts/Cinéma Les actualités Mini Magazines Portraits Notre beauté Tourisme Plein air Bon Appétit!

Les Éditions Pommamour. Tous droits réservés. 2012

Bientôt Cette semaine Les arts/Cinéma Les actualités Mini Magazines Portraits Notre beauté Tourisme Plein air Bon Appétit!
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts, la culture et le tourisme dans nos Laurentides

Claude Bolduc, artiste-peintre


Claude Bolduc est né le premier janvier 1955, à Alma (Lac-Saint-Jean). Il a  vécu à Chicoutimi jusqu'en 1997. C'est le 4 janvier 1987, date de naissance du peintre primitif Arthur Villeneuve, son premier inspirateur que Claude Bolduc commence à peindre en autodidacte. L'artiste met alors en scène ses propres souvenirs et des sujets politiques ou sociaux dans un style que l'on pourrait qualifier de naïf, si l'on n'y décelait la folie onirique de son univers où abondent déjà les références à une symbolique qui lui est propre.


Vers 1992, la peinture de Claude Bolduc entre dans une nouvelle phase. Le peintre s'engage au-delà de l'anecdote et pousse plus en avant son exploration de l'invisible. Il puise davantage aux sources de ses propres pulsions et donne du monde qui l'entoure, une vision sublimée par la réinterprétation très personnelle qu'il fait de son environnement. L'artiste cherche à délimiter clairement les univers parallèles du conscient et de l'inconscient. Pour y parvenir, il oppose un ton monochrome où fourmillent des êtres étranges évoluant dans des rêveries sensuelles débridées, à une palette aux couleurs plus vives illustrant un propos mieux défini.

En 1997, l'installation à Genève (Suisse) de Claude Bolduc le mène dans une recherche approfondie et non censurée de sa symbolique particulière. Dans un état d'esprit proche de Jérôme Bosch, sa réflexion s'étend alors aux grandes questions existentielles. Il explore, à travers les thèmes éthiques contemporains les plus ambigus, les avenues sombres, ouvertes par la progression exponentielle des récentes découvertes scientifiques (pollution, essoufflement des ressources, menace nucléaire, tentatives de contrôle absolu sur la vie et les maladies...). Pour Claude Bolduc, le bilan du règne annoncé de l'Homme-Dieu est inquiétant. C'est pourquoi ses tableaux confrontent sans retenue Eros à Thanatos. Le peintre les oblige à une danse-lutte, dans laquelle la symbolique judéo-chrétienne est revue à travers le prisme des visions singulières et exacerbées de l'artiste.


Depuis mars 2010, le peintre est rentré au Québec. Ses sources d'inspiration restent multiples et sont souvent apparentées à l'art brut, fusion primitive du besoin d'expression de l'Homme selon lui. Claude Bolduc prétend que les voies empruntées par l'art contemporain s'éloignent trop souvent de leur origine artistique et qu'il en résulte  un décalage inquiétant  entre l'émetteur artiste et le récepteur spectateur. L'artiste entreprend  un retour essentiel sur lui-même. Conséquence directe de ces voyages répétés à la source même de l'art,  la symbolique originale de l'artiste s'impose avec force dans son œuvre de maturité.

Le peintre Claude Bolduc est inclassable. C'est à contre-courant de l'abstraction qu'il se pose en témoin caustique de son temps. Il adhère à la folie pure de l'art brut, mais ne renie pas pour autant les influences académiques, puisées au hasard de précieuses trouvailles, et dont il fait une relecture toute personnelle.


Claude Bolduc reste fidèle au credo de ses premières œuvres : Peindre, parce que c'est impératif...


Claude Bolduc a exposé à Montréal, Toronto, Miami, New York, Paris, Londres, Berlin, Genève, Florence, Melbourne... Il est revenu vivre au Québec en mars 2010 et habite depuis Saint-Eustache, dans les Basses Laurentides. Il fait aussi partie de la " Art Visionary Museum Collection ", située à Melbourne, Australie.


Pour mieux le connaître, cliquez.

Nicole Fouquette, artiste-peintre


Née à Chesterville, dans les Cantons de l’Est, Nicole Fouquette demeure  à Saint-Jérôme depuis 1955,  où, elle obtient son diplôme en enseignement.  Elle enseigna au primaire pendant 38 ans. Tout en travaillant, elle peint pour le plaisir.


Retraitée en 1996, la peinture devient une vraie passion.  Elle perfectionne son art, l'aquarelle ce médium qu'elle affectionne pour sa transparence et sa fluidité avec des artistes Québécoises comme Madeleine Desautels, Yolaine Lefebvre (sca), Louise Bégin (sca), Luce Lamoureux(paa), Pierrette Labonté(sca) et Johanne Chiasson .


Ses sujets sont variés : fleurs, paysages, personnages.  Elle puise son inspiration dans la nature, le modèle vivant lui sert d'exercice pour libérer le geste. Elle sait nous communiquer son amour et la beauté de la nature.


Elle est membre du Conseil de la culture des Laurentides, de l'Association des Artistes en Art Visuel de Saint-Jérôme et de Terrebonne. Depuis 1992, elle participe à plusieurs expositions collectives à Saint-Jérôme, à Sainte-Anne-des-Plaines, à Montréal, à Terrebonne et des solos. Elle participe également à des symposiums. Elle enseigne le dessin et donne des ateliers.


Sa démarche artistique

Ayant grandi en pleine nature, Nicole Fouquette demeure sensible et inspirée par ses beautés. En voyage comme en simple excursion, elle capte des détails : la lumière posée sur un objet, l'ombre qui en provient... Par le biais de la photographie, elle s'approprie ces détails qu’elle va ensuite transposer pour qu'ils deviennent siens. Ainsi, se nourrissent ses œuvres…

De nature très curieuse, elle ressent un grand besoin d'exploiter plusieurs médiums. Le fusain pour sa friabilité lui donne une sensation de fragilité et elle y découvre les valeurs des couleurs et les contrastes. Elle aime façonner le papier matière et exploiter les multiples possibilités qu'il lui offre. Elle apprécie la douceur, la transparence et la fluidité de l'aquarelle. Elle recherche l'harmonie existant entre la forme, la couleur, la lumière. Elle explore le jeu des textures, des superpositions par l'utilisation de différents médiums comme l'acrylique, l'encre, le pastel et par des éléments qu’elle vient coller sur le support.  L'utilisation de la texture rendue par les techniques mixtes lui permet de conserver un contact intime avec la matière.

De plus en plus, elle tend vers des œuvres plus abstraites, moins précises. Le traitement de la forme est plus vaporeux. C'est le hasard qui dicte ses gestes qui ne sont jamais prémédités. Elle se laisse guider par la texture et les formes initiales; à celles-ci se marient d'autres, lesquels donneront naissance à la composition finale.

Chacune de ses réalisations est pour elle une occasion de s'exprimer, de communiquer son amour de la nature et de la partager avec d'autres. Par son art, elle désire amener les gens à la découverte et aux questionnements…