Bientôt Cette semaine Les arts/Cinéma Les actualités Mini Magazines Portraits Notre beauté Tourisme Plein air Bon Appétit!

Les Éditions Pommamour. Tous droits réservés. 2012

Bientôt Cette semaine Les arts/Cinéma Les actualités Mini Magazines Portraits Notre beauté Tourisme Plein air Bon Appétit!
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts, la culture et le tourisme dans nos Laurentides

Julie Labelle, artisane verrière

Il y a maintenant dix ans, une rencontre improbable se produisait entre un maître verrier, André Rainville et une travailleuse sociale. Pendant plus de cinq ans, il lui enseigna tout ce qu'il savait sur l'art de la méthode Tiffany. De son côté, Julie Labelle investit tout son temps, développa son savoir et poursuivit le travail de son mentor en ouvrant, l'an dernier, un atelier moderne de vitrail dans les montagnes de Sainte-Adèle. Voici… une belle histoire des Pays d'en Haut.....


Membre de Signature Laurentides depuis 2006, Julie Labelle en est devenue la présidente, il y a trois ans. Croyant fermement au développement des métiers d'arts dans les Laurentides, elle s'implique dans le comité culturel de sa ville et siège sur le conseil d'administration du Conseil de la Culture des Laurentides, ainsi que sur son conseil exécutif.


Depuis un an, son rêve est devenu réalité, avoir son propre atelier, ouvert à l'année, pour créer et recevoir les clients et les étudiants.


Son atelier lumineux est propice à la création. Il permet de s'y sentir comme à la maison avec tout ce qu'il faut pour y vivre des moments de détente et de créativité. Seul ou en famille, vous pourrez créer des pièces à votre goût, avec tout le support technique que vous avez besoin.


Le vitrail… médium contemplatif et méditatif, mode d'expression par la recherche de la perfection, du dessin à la forme, de la coupe à la soudure, le cadeau est le regard du client devant le rêve devenu réalité.


Pour mieux la connaître, cliquez.

Valérie Levasseur

artiste en arts visuels


Valérie Levasseur est titulaire d'un baccalauréat en Art et Design, concentration arts visuels de l'Université du Québec en Outaouais. Son travail fait partie de plusieurs collections, dont la collection Loto-Québec, la collection du Cirque du Soleil, la Banque de prêt d'œuvres d'arts du Musée d'art contemporain des Laurentides, la Collection de la Caisse Desjardins de Mont-Laurier et de la Ville de Mont-Laurier. Depuis 2008, Valérie compte plusieurs expositions individuelles et collectives à travers le Québec. Elle est récipiendaire du Prix Jeune relève du Conseil de la culture des Laurentides en 2010, du Prix du Centre des arts et des fibres du Québec remis par le Centre d'artiste Diagonale en 2008 et plus récemment elle à reçu la distinction Grand diplômé -volet relève de l'Université du Québec en Outaouais où elle a étudié. En plus de son travail artistique, Valérie s'implique dans sa communauté par le biais de divers projets parallèles et travaille depuis treize ans au Centre d'exposition de Mont-Laurier.


Pour mieux la connaître, cliquez.

Sa démarche artistique

Son univers esthétique et son enracinement

Plusieurs choses composent l'esthétique de l’univers de Valérie Levasseur. Tout d'abord, l'utilisation de la nature lui sert de canevas dans ses différentes mises en scène. Son intérêt pour la nature provient de son lieu de vie, les Hautes-Laurentides, et elle effectue ses interventions sur le territoire qui l'entoure. Puis, elle inclut dans ses œuvres des éléments de mesure et de calcul, des nombres, des échelles, des graphiques et des symboles, surtout ceux qui proviennent d'analyses en lien avec la nature. Son intérêt pour les systèmes de classification s'élargie vers un besoin qu’elle a de lister, d'identifier et d'ordonner ses différentes collections d'objets. Des objets artefacts sur lesquels la trace du temps, comme la rouille et la saleté qui les recouvrent, deviennent des caractéristiques importantes de l'esthétique de sa démarche artistique. Trouvés ou donnés, remplis d'histoire et de vécu, elle manipule ces objets pour les détourner de leur utilité initiale en les jumelant à la dentelle. L'utilisation du textile, tel que les dentelles de couleur blanche est aussi un des éléments important de son univers esthétique. La dentelle lui fait penser, par ses motifs répétitifs, à des rubans à mesurer poétiques.

Ses expositions se composent généralement d'une installation présentant l'histoire et l'espace de recherche du personnage fictif, accompagnée de photographies effectuées en forêt présentant les actions et les outils de ce dernier sur le terrain.

Le vitrail


Le vitrail est une composition décorative formée de pièces de verre. Celles-ci peuvent être blanches ou colorées et peuvent recevoir un décor. Le mot vitrail désigne une technique, tandis que la fermeture d’une baie fixe avec du verre s’appelle une verrière.


Depuis le début du Moyen Âge, ces pièces sont assemblées par des baguettes de plomb. Ce procédé, bien qu’aujourd’hui toujours dominant, n’est pas le seul en usage : d’autres techniques, telles que celles du ruban de cuivre (aussi appelée méthode Tiffany, de son concepteur Louis Comfort Tiffany), de la dalle de verre enchâssée dans le béton ou le silicone, de collages (avec des résines ou des polymères), et du vitrail à verre libre, peuvent être utilisées ou combinées.


Un vitrail est appelé vitrerie lorsque son dessin est géométrique et répétitif (par exemple des losanges ou des bornes). La vitrerie est généralement claire et sans peinture.


La technique Tiffany est celle qu’utilise les Vitraux Julie Labelle pour sa solidité et ses possibilités incroyables de courbes et de détails. C’est une méthode délicate où l’ajustement précis est garant d’une soudure impeccable et parfaite.

Les thèmes de sa démarche et leur matérialisation


Valérie Levasseur aime utiliser et entremêler les codes des différents thèmes d'intérêts de sa démarche artistique afin de créer un univers unique. Tout d'abord, elle s'inspire de la méthode scientifique, de l'échantillonnage et de la classification dans son questionnement artistique. Ce dernier, transposé par des gestes qu’elle emprunte aux chercheurs qui, dans le cadre de leur travail, vont mesurer, noter, analyser et documenter leurs actions. Puis, elle se sert aussi du contraste pour mettre de l'avant et illustrer ses propos. Le contraste se traduit par l'association qu’elle fait en combinant la pureté, la féminité et la blancheur des dentelles aux objets rouillés, salis par le temps et souvent perçus comme plus masculin. Finalement, elle utilise bien sûr le thème de la nature, tant pour son côté bucolique dans son approche esthétique, que pour son immense potentiel de sujets d'études.