Accueil Cette semaine Expos/Littérature Les actualités Portraits Monique/Cinéma
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 23 mai 2018

Samedi

Le jardinier, une quête de la perfection

Le jardinier, documentaire québécois de Sébastien Chabot. Peu de temps avant son décès à l'âge de quatre-vingt-six ans, Frank Cabot, jardinier, horticulteur et philanthrope influent raconte à travers une longue entrevue sa quête personnelle de la perfection par la création de ses jardins Les Quatre Vents. Étendus sur plus de huit hectares, ses jardins de style anglais ouvrent leur porte pour la première fois à une équipe de tournage pour ce rendez-vous hors du commun. Se sachant atteint d'une maladie pulmonaire dégénérative et avec peu de temps à vivre, il se confie à notre caméra.


Au Ciné-club de Prévost, le 25 mai. Pour plus d’infos, cliquez.

Du bruit dans le cosmos avec Virginie

Les planètes sont alignées pour Virginie Fortin qui présente un tout premier spectacle qui est en fait presque un quatrième, si l’on compte une tournée du Québec avec Mazza/Fortin et deux spectacles originaux dans le cadre du Docteur Mobilo Aquafest. Mais à quoi bon compter quand l’espace est infini et que le temps est une notion encore trop mystérieuse. Du bruit dans le cosmos se veut un spectacle à la fois existentialiste et drôle, philosophique et niaiseux, une nébuleuse de blagues, une invitation à observer la réalité terrienne d’un peu plus haut que la stratosphère. Quand notre dimension se prend trop au sérieux, tâchons d’avoir un peu de plaisir avant d’être engloutis par un trou noir.

Au Théâtre du Marais de Val-Morin, le 25 mai. Pour plus d’infos, cliquez.

L’éloge de la lenteur

Avec Préfère novembre, Louis-José Houde prend position : oui, il l’avoue, il se qualifie de lent, à contresens de son époque où l’instantanéité est valorisée, justifiant ainsi son affection pour ce mois sous-estimé et mal-aimé. Si ce spectacle fait l’éloge de la lenteur, on y retrouvera aussi un humoriste plus engagé avec néanmoins sa même énergie fascinante et sa verve intelligente, signature de cette bête de scène au style inimitable.


Son enthousiasme contagieux a attiré à ce jour plus d’un million de personnes en salle.


Au Zénith de Saint-Eustache, le 25 mai. Pour plus d’infos, cliquez.

Drôle, sensible et touchant

À la fois drôle, sensible et touchant, Maxime Landry, cet artiste multidisciplinaire, nous invite dans son univers le temps d’une soirée. L’auteur, compositeur, interprète et animateur nous offre un nouvel opus qu’il a entièrement écrit et composé, inspiré par les histoires touchantes de son public.

Nos histoires, c’est chacun de vous… Vous qui m’avez ému aux larmes, qui m’avez touché et qui m’avez empêché de dormir à mon retour à l’hôtel, ressentant le besoin de vous raconter.  – Maxime Landry

Au Patriote de Sainte-Agathe, dans la salle Percival-Broomfield, le 25 mai. Pour plus d’infos, cliquez.

La liberté 55 de Claudine

L’humoriste Claudine Mercier est de retour sur scène! Après la crise de la liberté d’expression et celle de la liberté journalistique, Claudine vient défendre la liberté 55! Car c’est en toute liberté qu’elle revient, avec ce cinquième spectacle solo, faire rire le public avec des thèmes qui lui sont chers.

L’environnement, la politique, la chirurgie, le terrorisme, le féminisme, les technologies, l’éducation, la quête du bonheur… autant de sujets qu’elle abordera à travers ses stand-ups, personnages et savoureuses imitations.

Après vingt-cinq ans de carrière et plus de sept cent cinquante mille billets vendus, Claudine Mercier est une valeur sûre dans le monde de l’humour, témoignant d’un souci constant de se renouveler. Voilà pourquoi on l’aime tant et depuis si longtemps!

Et c’est dans la personnification qu’elle excelle et qu’elle est le plus à l’aise sur scène. Que ce soit avec Shannon la coach de vie et conférencière sur le bonheur ou encore avec son personnage de La Petite Fille, Claudine Mercier vise dans le mille. La Presse, Stéphanie Vallet

Chez En Scène de Saint-Jérôme, au Théâtre Gilles-Vigneault, le 25 mai. Pour plus d’infos, cliquez.

Une sibylline bouffée d’air

Klô Pelgag s’impose comme une sibylline bouffée d’air dans le paysage musical québécois. La naissance de son deuxième album L’étoile thoracique l’exhorte à trimballer de nouveau ses créatures en tournée, aux quatre coins de la francophonie. Abordant la scène tel un vaste terrain de jeu, là où la consensuelle majorité cherche à miroiter la plus belle et polie version d’elle-même, celle qui a remporté quatre Félix aux derniers Galas de l’ADISQ, dont celui de «l’auteur ou compositeur de l’année», plonge tête première dans le sens contraire. Un terrain qui se donne des airs d’arène, dans laquelle Klô Pelgag mène les troupes vers l’improbable. Un désir, tout sauf logique, de se surpasser dans la foudre et la frénésie.

Au Centre d’art La petite église de Saint-Eustache, le 25 mai. Pour plus d’infos, cliquez. Déjà complet!