Accueil Cette semaine Cinéma Cinéma plus Musique Théâtre Expos/Littérature Les actualités Portraits Monique/Cinéma
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 18 avril 2018 Au Théâtre du Marais

De grandes retrouvailles

Le Saint-Jovite Quartet a vécu de 1981 à 1982 seulement, mais son passage au Festival international de jazz de Montréal (FIJM) en 1982 a marqué le jazz québécois. Les membres du groupe se réunissent à nouveau. Le Saint-Jovite Quartet, tout juste formé en 1981 par quatre jeunes musiciens des Laurentides, a marqué le troisième FIJM en 1982, avec une présence électrisante dans un Club Montréal (devenu le Spectrum ensuite) rempli au max. Malgré ce succès, l’ensemble a disparu peu après, chacun des musiciens poursuivant sa route de son côté. Nombre de gens se rappellent encore l’énergie que dégageait ce jazz-rock un peu fusion, typique de l’esthétique des années 1980, teintée d’hybridation entre l’acoustique, l’électrique et le synthétique (synthétiseur). Ici, cela dit, ce sont surtout des guitares qui répondent à l’appel, celles de Sylvain Provost et d’Alain Juteau, mais aussi la basse de Norman Lachapelle (qui joue également les claviers) et la batterie d’Alain Boyer.


Au Théâtre du Marais de Val-Morin, le 5 mai. Pour plus d’infos, cliquez.

Sensibilité mélodique et maîtrise technique

Jean-Michel Blais est un pianiste montréalais. Ses compositions envoûtantes conjuguent la sensibilité pop de Yann Tiersen et de Chilly Gonzales à la maîtrise technique de pianistes classiques minimalistes comme Philip Glass et Erik Satie.


Né à Nicolet, le jeune Jean-Michel grandit dans un milieu éloigné des arts et n’a chez lui, pour toute lecture, qu’une gigantesque encyclopédie qu’il passe des heures à dévorer. À l’âge de neuf ans, il commence à pianoter sur l’orgue familial, improvise des mélodies et, à onze ans, écrit ses premières compositions. Il débute aussi à ce moment des leçons de piano. Véritable talent naturel, il est invité, à seize ans, à entrer au Conservatoire de musique de Trois-Rivières, où il commence des études en piano classique. Mais Jean-Michel, alors en pleine adolescence, se rebelle rapidement contre cette formation qu’il trouve contraignante et rigide. Il veut expérimenter et n’aime pas qu’on lui dise comment jouer, ni qu’on l’empêche d’improviser et de composer.


Quelques années plus tard, il attire l’attention de l’auteur et metteur en scène Robert Lepage, qui le présente au gratin du milieu artistique québécois. Sans plan de carrière bien précis en tête, le pianiste se retire promptement et décide de poursuivre ses explorations.


Dans la mi-vingtaine, il part vivre à Berlin et passe plusieurs mois en Amérique du Sud. Il compose de la musique, mais traverse aussi de longues périodes sans même toucher à un piano. De retour à Montréal, il redécouvre son amour pour la composition et attire à nouveau l’attention, cette fois de l’étiquette Arts & Crafts. Composé sur deux ans au fil d’improvisations quotidiennes, Il, premier album de Jean-Michel Blais, a été lancé le 8 avril 2016.


Au Théâtre du Marais de Val-Morin, le 13 mai. Pour plus d’infos, cliquez.

Annulé