Bientôt Cette semaine Les arts/Cinéma Les actualités Mini Magazines Portraits Notre beauté Tourisme Plein air Bon Appétit!

Les Éditions Pommamour. Tous droits réservés. 2012

Bientôt Cette semaine Les arts/Cinéma Les actualités Mini Magazines Portraits Notre beauté Tourisme Plein air Bon Appétit!
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts, la culture et le tourisme dans nos Laurentides

Pour quatre fois plus de littérature, cliquez!

Le portail

du Réseau Biblio des Laurentides

Relations sous emprise

Comment s'en libérer sur le plan personnel et professionnel

Qu'il s'agisse d'une idylle amoureuse, d'un investissement financier, d'une amitié toxique, d'un parent envahissant ou d'un patron harcelant, être sous l'emprise d'une personne est aliénant et destructeur. Les repères sont biaisés, les émotions sont envahissantes et les pensées tournent en rond. À ceux qui pensent qu'ils sont à l'abri, prenez garde. C'est justement l'assurance et la conviction d'être plus forts que les emprisonneurs qui vous rendent vulnérables. Vous le vivez ou vous connaissez quelqu'un aux prises avec un arnaqueur, un contrôlant, un profiteur, un manipulateur? Voici des outils concrets pour vous en sortir ou intervenir!

Quand vous prenez conscience de ce qui se trame, l'emprisonneur a déjà une bonne longueur d'avance. Son jeu est rodé. Il a de la pratique, ce n'est pas sa première fois. Il sait comment faire pour vous amener là où il le souhaite. Et, contrairement à vous, il n'a pas l'effet de surprise et de doute, puisque c'est lui qui mène le jeu. Page 19

Un emprisonneur ne reste pas inactif bien longtemps. Il a besoin d'une relation sous emprise pour se sentir vivant, supérieur, puissant. Page 26

Une relation sous emprise s'instaure graduellement. Si le lien était étouffant dès le début, personne n'y resterait! Ce serait facile à déceler. Tout bon emprisonneur sait qu'il doit amadouer sa proie, engourdir sa vigilance et implanter le doute dans l'esprit de l'emprisonné. Page 39

CRHA, conseillère en développement organisationnel depuis une quinzaine d'années, Annabelle Boyer détient un baccalauréat en génagogie (consolidation d'équipe) et une maîtrise en administration, concentration intervention et changement organisationnel. Synergologue, elle est une spécialiste en analyse du non verbal. Elle a réalisé de nombreux diagnostics d'entreprise, des analyses de climat organisationnels, de l'accompagnement dans les processus de changement, de  consolidation d'équipes, de gestion des conflits et des personnes difficiles ainsi que des interventions en situation de crise.

Relations sous emprise, Annabelle Boyer, Béliveau Éditeur.

Un extrait

Au fil des années, dans ma pratique professionnelle, comme dans la vie privée, il m'a été donné de rencontrer des individus retors, des êtres qui, consciemment ou inconsciemment, profitent des autres, absorbent leur énergie, leur argent, leur vie. Dans le cadre de mon travail de conseillère en ressources humaines, j'entends toute sorte d'histoires, plus incroyables les unes que les autres. J'interviens en gestion de conflits et de personnes difficiles, en consolidation d'équipe, en coaching de gestionnaires et d'employés. Je suis synergologue : j'analyse le non verbal des gens pour mieux les comprendre.

Qu'il s'agisse d'une idylle amoureuse, d'un investissement financier, d'une amitié toxique, d'un parent envahissant ou d'un patron harcelant, être sous l'emprise d'une personne est aliénant et destructeur. S'en libérer relève de l'exploit, mais c'est réalisable. Les repères sont biaisés, les émotions sont envahissantes et les pensées tournent en rond. À ceux qui pensent qu'ils sont à l'abri, prenez garde. C'est justement l'assurance et la conviction d'être plus forts que les emprisonneurs qui vous rendent vulnérables.

Ces gens ensorcelants, puissants et dangereux peuvent se trouver partout. Il peut s'agir d'un patron schizophrène, un directeur narcissique qui transforme son équipe en harem, un caïd qui règne par la peur qu'il inspire, un supérieur immédiat jaloux et carriériste, un développeur en recherche de financement, un conjoint contrôlant, une nouvelle conquête psychotique, un conseiller indispensable sans oublier l'artiste incompris qui vous fait sentir coupable.

Parfois, je me demande pourquoi certains se sont enfoncés à ce point dans un guêpier pourtant évident, puis je me rappelle que la relation sous emprise s'installe doucement, sournoisement, vicieusement et qu'on n'a pas toujours les outils et l'énergie pour s'en protéger. Et je me rappelle tous les efforts que j'ai dû consentir moi-même pour m'éloigner de situations qui ne me convenaient pas du tout. Car la relation sous emprise a ceci de particulier : l'emprisonné ne veut pas, de prime abord, en sortir! Il s'est accroché à l'emprisonneur comme à une bouée de sauvetage tant ce dernier a réussi à jouer dans sa tête. Il est convaincu que l'emprisonneur va réellement lui apporter l'amour, la richesse, le succès, la paix, la santé. Et il est relativement aisé pour l'emprisonneur d'y parvenir. Il suffit de choisir le bon moment et le bon angle.

Mentir, manipuler, contrôler, dominer l'autre, chacun de nous l'expérimente à plusieurs reprises. Cela fait partie de l'apprentissage et de l'expérience de la vie humaine. Il ne sert à rien de se flageller quand cela survient. Il est plus utile d'examiner les pensées et les émotions chez vous qui ont entraîné ces comportements et de travailler votre dynamique personnelle avec un professionnel tel qu'un psychologue afin d'acquérir avec le temps plus de sagesse et de maturité. L'admission de ses propres mécanismes de défense et la reconnaissance de ses comportements inappropriés, ce n'est pas une faiblesse, c'est un signe de maturité émotionnelle. Par ailleurs, si mes propos vous bousculent, retenez ceci : on réagit toujours plus fort quand on est dans le tort. Quand on sait qu'on n'a pas été tout à fait à la hauteur, qu'on n'a pas donné le meilleur de soi, qu'on n'a pas eu un comportement ou une attitude vraiment correcte, alors les reproches, les questions et les commentaires nous touchent toujours plus directement.