Accueil Cette semaine Expos/Littérature Les actualités Portraits Monique/Cinéma
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 17 avril 2019

Explorez les circuits patrimoniaux

à l'aide de l'application BaladoDécouverte

En septembre dernier, la Ville de Sainte-Adèle dévoilait ses deux premiers circuits patrimoniaux afin de faire rayonner son héritage et de mettre en valeur des bâtiments exceptionnels, les personnes qui les ont habités et les événements qui s'y sont déroulés.

Les deux circuits historiques, abondamment documentés dans un magnifique livret d'information, disponible gratuitement en versions française et anglaise à la Place des citoyens, ainsi qu'à la municipalité, font honneur à plus d'une trentaine de bâtiments qui ont contribué au développement de la Ville et qui illustrent la richesse de son architecture.

Dans le but de rendre cette rencontre avec l'histoire et avec son patrimoine encore plus agréable et enrichissante, la Ville de Sainte-Adèle propose aujourd'hui de parcourir les circuits patrimoniaux à l'aide de BaladoDécouverte, une application mobile qui oriente gratuitement les utilisateurs de téléphones et de tablettes dans leur visite guidée de circuits thématiques, ici et ailleurs.

Conçue au Québec, cette application est fort prisée des municipalités et des organismes de tourisme qui apprécient son accessibilité et sa convivialité. Baladodécouverte fonctionne sans Internet sur le terrain en utilisant l'option de préchargement et elle est conçue pour les systèmes Android et iOS. L'application, qui comprend des cartes géographiques, des itinéraires, un GPS, des photos, des textes, des vidéos et des bandes audio, permet aux utilisateurs de découvrir des points d'intérêt et des lieux importants à leur rythme, simplement guidés par leur appareil intelligent.

Grâce à ce nouvel outil de découverte, les Adélois comme les visiteurs pourront arpenter les rues de Sainte-Adèle et parcourir, au gré de leur promenade, le circuit couvrant le cœur de Sainte-Adèle et celui parcourant le secteur de Mont-Rolland. Il est également fort à parier que de nouveaux circuits s'ajouteront sous peu à ceux-ci.

La Ville de Sainte-Adèle se distingue bien sûr par ses paysages, ses montagnes, ses lacs et ses rivières, mais elle se démarque également grâce à son patrimoine bâti, ses institutions religieuses et culturelles, son parc hôtelier et son architecture ancienne et contemporaine. C'est donc avec le souci de faire connaître cette riche histoire que la Ville de Sainte-Adèle vous invite à découvrir les circuits "Histoire & Patrimoine | Sainte-Adèle des Pays-d'en-Haut" et "Mont-Rolland | Patrimoine industriel de Sainte-Adèle".

C'est dans le cadre d'une entente développée avec le ministère de la Culture et des Communications que se sont concrétisées les deux étapes de cet ambitieux projet qui permettra aux amoureux de l'histoire d'apprécier les joyaux architecturaux de la Ville, ainsi que les principaux jalons de la croissance et de l'évolution de notre municipalité.

Bonnes découvertes!

De plus amples renseignements sur la programmation estivale de la Ville de Sainte-Adèle sont disponibles sur le site internet de la ville : www.ville.sainte-adele.qc.ca.

L’identité adéloise à travers le regard de ses citoyens

La Ville de Sainte-Adèle est extrêmement fière de dévoiler le magnifique livre d’art «Sainte-Adèle», conçu par l’artiste et auteure Sandra Djina Ravalia.

Lancé à la bibliothèque Claude-Henri-Grignon en présence de l’auteure, de citoyens ayant participé au processus créatif et d’invités séduits par le projet, le livre d’art «Sainte-Adèle» est le premier d’une série de dix livres-objets réalisés grâce à la collaboration du ministère de la Culture et des Communications du Québec, dans le cadre du projet de médiation culturelle «Villes et villages des Laurentides, territoires identitaires».

Cette expérience artistique de l’auteure Sandra Djina Ravalia a été mise en place en 2016 pour cerner le territoire dans sa vastitude et sa fragmentation au travers d'une poignée de citoyens portés volontaires dans chacune des villes participantes. Il s'agissait de laisser les citoyens s’exprimer afin qu'ils donnent à l’auteure l'essence de ce qui constitue une identité frappante de ce territoire dans lequel ils vivent, par leur regard, leurs histoires et la saveur qu'ils en ont.

L’auteure a recueilli les propos et surtout, capturé les émotions des Adélois rencontrés, avant d’aller photographier le visuel sur le terrain, en essayant de transcrire la sensibilité de chacun au travers des sujets abordés. Le travail artistique de Sandra Djina Ravalia se trouvait précisément à cet endroit, c'est-à-dire dans la traduction artistique de leurs émotions.

Les propos et les images ont ensuite été rassemblés dans ce livre d’art, qui sera exposé en permanence à la bibliothèque Claude-Henri-Grignon pour consultation. Une fois les dix livres complétés, ils prendront la route du Québec, où ils seront présentés par l’auteure dans le cadre d’une exposition itinérante, afin de faire découvrir d'une façon exclusive notre si belle et grande région.

Il ne s’agit donc pas d’un album à prétention touristique, photographique, historique ou de littérature que l’artiste nous présente ici, mais bien du résultat d'une expérience humaine, réalisée dans un contexte particulier avec un groupe de citoyens et présenté sous forme d'une balade visuelle.

Voici comment l’artiste Sandra Djina Ravalia décrit son œuvre :

«Il est donné à entendre une diffuse poésie de l'âme du territoire dont il est question; matérialisée par les photographies sensibles des bâtiments patrimoniaux, de nature, d'histoire, le tout imbriqué d'intimités anecdotiques partagées. On frôle ce fameux invisible à l'œil, si cher au cœur, en le sentant transparaître au fil des pages...»

Tous sont invités à venir feuilleter ce magnifique ouvrage à la bibliothèque Claude-Henri-Grignon afin de découvrir une facette inédite de l’identité de Sainte-Adèle, de son territoire et surtout des gens qui y vivent, y rêvent et y innovent.

Hommage aux ouvriers qui ont façonné

un pan déterminant de l’histoire adéloise

C’est devant une salle comble de près de deux cent quarante spectateurs que la Ville de Sainte-Adèle a dévoilé le 10 octobre, au Cinéma Pine, son magnifique documentaire intitulé Ma Rolland, mon village : Mémoires des ouvriers de l’usine de pâtes et papiers de Mont-Rolland.

L’assistance, constituée de représentants des divers paliers de gouvernement, de dignitaires, de représentants du Groupe La Rolland, de membres de sociétés d’histoire, de médias et surtout, des participants au documentaire accompagnés de leur famille, a pu assister en grande primeur à la projection de cette formidable œuvre cinématographique et patrimoniale qui retrace près de cent ans d’histoire.

Cette histoire, c’est celle vécue par des centaines de travailleurs ayant œuvré dans cette usine emblématique, qui a joué un rôle déterminant dans le développement de Mont-Rolland. Ces ouvriers qui y ont travaillé, pour plusieurs de génération en génération et certains au-delà de quarante ans, ont du même coup été des témoins privilégiés des grandes transformations technologiques, industrielles et sociales du Québec.

C’est l’histoire de ces ouvrières et ouvriers, ainsi que de leur famille, que la Ville de Sainte-Adèle raconte aujourd’hui, au moyen de ce documentaire fascinant, produit dans le cadre d’une entente culturelle avec le ministère de la Culture et des Communications du Québec et la MRC des Pays-d’en-Haut.

Laissez-vous transporter vers une époque pas si lointaine, où une usine naît au beau milieu de la forêt, et donne naissance à un village qui deviendra un pivot important de l'industrie canadienne des pâtes et papiers.

En avril, on se fait plaisir

En avril, venez rigoler, swinguer, voyager, vous amuser et vous ressourcer à la Place des citoyens, grâce à la kyrielle d’événements qui y seront présentés. Voici un bref tour d’horizon de la programmation du mois d’avril à la Place des citoyens.

Événements spéciaux

École nationale de l’humour - Drôles de familles | 6 avril, à dix-neuf heures trente

La famille : ensemble de personnes vivant en harmonie sous le même toit. Vraiment? Venez rencontrer une infime partie de la grande famille de l’École nationale de l’humour qui saura vous charmer par son esprit vif et aiguisé, ses propos rigolos, son talent débordant, son enthousiasme, sa créativité et son vent de fraîcheur. Cinq talentueux humoristes émergents abordent, chacun à leur façon, avec leur couleur et leur style bien à eux, le thème universel et toujours infiniment divertissant de la famille! Aux commandes de la soirée : l’humoriste et animateur Serge-Yvan Bourque, diplômé de la cohorte 2012, qui propose un style unique et original, ainsi qu’une animation ponctuée de nombreuses anecdotes et faits cocasses au sujet de la famille. Grâce à ce spectacle, vous découvrirez 5 nouveaux talents faisant partie de la crème de la relève humoristique au Québec. Une chance unique de rencontrer, en primeur, des artistes fraîchement formés et diplômés de l’École nationale de l’humour, une institution hautement réputée qui a accueilli les plus grands humoristes québécois.

Symphonies et viennoiseries

Susie Arioli | 14 avril, à treize heures trente

Accompagnée de ses trois fidèles musiciens, la colorée chanteuse Susie Arioli convie les amateurs de jazz à un grand rendez-vous musical. Résolument swing, le répertoire rythmé et enjoué de cette artiste chouchou des Québécois aborde le thème universel de l’amour, avec une touche d’humour propre à cette musicienne unique en son genre. En plus d’apposer sa signature personnelle sur plusieurs standards du jazz, Susie présente quelques chansons de son cru, ayant récemment fait ses débuts à titre d'auteure-compositrice-interprète. Le pétillant quatuor interprétera donc certains classiques du Great American Songbook, quelques extraits du prochain opus de la chanteuse - son dixième en carrière - ainsi que des succès tirés de son plus récent album, Spring. C’est avec un plaisir évident et une énergie contagieuse que cette grande dame du jazz, qui possède l’une des voix les plus envoûtantes du Québec, partage son répertoire swing caractéristique qui a fait son succès.

Parfums d’ailleurs

Nouvelle-Zélande – île du sud | 18 avril, à dix-neuf heures trente

L’île du sud est la plus grande des deux îles, la moins peuplée aussi. Paradis des randonneurs, c’est LA destination nature par excellence. On y escalade les glaciers, ou on y explore les fjords majestueux. On s’étourdit dans un jet-boat qui file à vive allure entre les parois d’un canyon étroit, ou on plonge dans le vide retenu par un élastique (bungee). À la tombée du jour, on déguste tranquillement un excellent sauvignon blanc qui fait la renommée des vignobles néo-zélandais, ou on observe le très rare albatros royal et les pingouins bleus arrivant d’une journée de pêche. Tous ces contrastes font partie du quotidien lors d’un périple dans l’île du sud. Auteur de neuf films pour les Aventuriers Voyageurs, Alain Bouchard partage aujourd’hui son expérience dans l’île du sud de la Nouvelle-Zélande, qu’il décrit comme la vie rurale dans un écrin magnifique.

Samedis Jeunesse

Petit voilier | 27 avril, à dix heures

Théâtre physique et jeu clownesque – trois à sept ans

Murielle, une petite fille pleine de vie et débordante d’imagination, joue et rêve dans sa ruelle, où elle transforme les poubelles qu’elle doit ramasser en un voilier inattendu, espérant ainsi partir à la conquête des océans. Alors qu’elle doit transporter une pyramide d'ordures, Murielle découvre plutôt que la chaussette peut faire un drapeau, que le rouleau de papier de toilette peut devenir une longue vue, et que le vieux manche à balai ferait un grand mât parfait. Une histoire inusitée, originale et inspirante qui suscite une douce réflexion sur l'importance de recycler. Ce spectacle, qui allie le jeu clownesque, le théâtre physique, la marionnette et le cirque, est l’occasion de plonger dans un univers de rebondissements, où se côtoient le plaisir et l’imaginaire. C’est Petit voilier.

Expositions

Suzel Brosseau – Ô | 4 au 21 avril

Ô exprime le murmure d’un regard tourné vers l’intérieur avec, comme seul compas, une amoureuse curiosité de l’expérience qui s’y déroule. L’exposition conjugue l’expression plastique d’une œuvre et la trajectoire spirituelle qui en fait sa raison d’être. En bref, couleurs, formes et mots seront les matériaux utilisés pour raconter quelques pas vers soi.  La peinture est certes l’excavation solitaire d’une intériorité mais, de manière tout aussi fondamentale, elle est aux yeux de l’artiste une opportunité de communication dans son expression. À la source de toute aventure individuelle, on peut entendre l’écho de l’universel. C’est ce chant bien précis qui dit la joie de peindre, une joie qui se partage. La peinture est l’opportunité d’un dialogue avec soi et avec autrui, où le processus du lâcher prise s’inscrit inévitablement au diapason d’un cœur ouvert à cette magnifique lumière qui nous unit tous les uns aux autres.  

Le public est convié au vernissage de l’exposition Ô de Suzel Brosseau, qui aura lieu le samedi, 6 avril, de treize heures à seize heures.

Heures d’ouverture :

Jeudi, de seize heures à dix-neuf heures

Vendredi, de dix-sept heures à vingt heures

Samedi, de treize heures à dix-sept heures

Dimanche, de neuf heures à midi

C’est donc une invitation au divertissement, à l’émerveillement, à la découverte et au plaisir! Tous sont invités à profiter de cette programmation diversifiée qui ravira les Adélois et les nombreux amoureux de notre belle région et de notre riche vie culturelle.

Pour de plus amples renseignements sur la programmation culturelle, visitez notre site internet.

Les actualités vingt fois plus, cliquez.