Accueil Cette semaine Expos/Littérature Les actualités Portraits Monique/Cinéma
Virtuel, hebdomadaire, pour les arts et la culture dans nos Laurentides Édition du 11 septembre 2019

La créativité du Collège récompensée

Le talent et l'engagement de la communauté Lionel-Groulx ont été récompensés lors des vingt-neuvièmes Grands prix de la culture des Laurentides, alors que le Collège se voyait décerner le prix Art-Éducation, remis pour le projet «Développement de l’Espace de création et d’exposition», initié par son département d’arts visuels.

Le jury a retenu la candidature du Collège pour la «qualité des expositions présentées dans un cadre scolaire», la création d'une «occasion exceptionnelle d’apprentissages» et d'un lien avec la communauté au bénéfice des étudiantes et étudiants. L’institution d'enseignement supérieur a ainsi reçu une gravure intitulée Am stram gram, pic et pic et colegram... de l’artiste laurentienne Marilyse Goulet.

Le projet soumis fait la promotion d'expositions d’art contemporain qui valorisent l’échange culturel entre le cégep, la communauté laurentienne et la création en arts visuels, ce qui permet, du même élan, de sensibiliser l’ensemble des citoyens à cette forme d’art. À la fois atelier et espace d’exposition, ce lieu favorise le rayonnement d’un des créneaux d’excellence du Collège, tout en promouvant des réalisations d’artistes reconnus.

Le prix décerné met en lumière l'énergie et la créativité qui fait vibrer le Collège Lionel-Groulx jour après jour. «Quelle fierté pour notre communauté que d'être récompensée pour ce projet pédagogique et rassembleur, souligne Philippe Nasr, directeur des études au Collège Lionel-Groulx. Cet honneur témoigne de l’importance que revêtent la culture et les arts, en général, et les arts visuels, en particulier, pour notre institution et pour la région.»

Le prix a été remis par le Conseil de la culture des Laurentides (CCL), en partenariat avec les Caisses Desjardins des Laurentides, lors des vingt-neuvièmes Grands Prix de la culture des Laurentides, le 7 novembre dernier, à Saint-Jérôme. Cette année, le milieu des arts visuels, des métiers d’art et des arts médiatiques était à l’honneur. De nombreux artistes, représentants du milieu, élus et dignitaires s’étaient rassemblés et plus de dix mille dollars (10 000$) en prix et en bourses ont été remis.

Le citoyen de demain au cœur de la nouvelle identité visuelle

À temps pour le début de la rentrée collégiale hivernale, le Collège Lionel-Groulx déploie sa nouvelle identité visuelle. Cette métamorphose cristallise la vision humaniste et citoyenne de l’institution d’enseignement supérieur et dégage la créativité, une conception à la fois de son état d’esprit et de sa façon d’approcher les enjeux du quotidien.

Après avoir souligné ses cinquante ans d’existence, le Collège Lionel-Groulx porte plus que jamais son regard vers l’avenir. Au fil des décennies, l’institution a connu une forte croissance, voyant sa communauté étudiante passée de quelque quatre cents à près de six mille personnes, ainsi qu’en procédant à plusieurs agrandissements de son institution. L’heure est venue de mettre à jour ses canaux de communication.

Après une vaste consultation auprès de sa communauté qui s’est déclinée sous différentes formes : des sondages, une analyse sectorielle et la création d’un comité formé de tous les corps d’emploi ; l’identité visuelle a été développée en collaboration avec l’agence Paprika. Une démarche stratégique pour affermir les fondements des communications du Collège, c’est-à-dire son image institutionnelle.

«La nouvelle identité met en lumière ce lieu de pensée critique, de réflexion, de créativité et d’évolution qui définit le Collège Lionel-Groulx. Nous avons voulu parler d’une même voix, porter le même habit et partager les mêmes messages d’éducation», a fait savoir Michel Louis Beauchamp, directeur général du Collège Lionel-Groulx.

La nouvelle image représente donc le dynamisme et le caractère inclusif que veut projeter le Collège. Par le personnage en son centre, personnifié par un cercle et un carré, elle reflète l’importance de sa communauté et de l’éducation humaniste et citoyenne qu’il promeut chaque jour.

Lauréat des Mérites du français 2019

Le Collège Lionel-Groulx est fier de recevoir le prix Mérite du français, remis le 10 juin dernier par l’Office québécois de la langue française, pour le projet Faire une scène pour le français, initié par deux de ses professeurs de théâtre. Remportant le prix Mérite du français au travail, dans le commerce et dans les technologies de l’information dans la catégorie Établissement d’enseignement, le Collège s’est ainsi vu récompensé, comme neuf autres organisations, pour une réalisation remarquable en matière de promotion et d’usage du français.

Le projet lauréat voulait mobiliser les membres étudiants et enseignants des programmes Théâtre-Production, Interprétation théâtrale et Interprétation en théâtre musical autour de la beauté, de la richesse et de l’importance, au Québec, de l’utilisation de la langue française non seulement dans le milieu théâtral, mais également dans l’univers plus vaste des arts de la scène.

Le directeur général du Collège, Michel Louis Beauchamp, tient à souligner la collaboration des membres passionnés du département de théâtre qui ont participé à l’élaboration de cette exposition des mots et des expressions de la langue française au théâtre, particulièrement, le professeur de Théâtre-Production, André Naud. «Par son esprit, ce projet s’appuie sur un des principes directeurs de la Politique de valorisation de la langue française de notre institution soit inciter “l’amélioration continue des compétences langagières” afin que l’amélioration soit “plus durable” en étant “basée sur le plaisir d’écrire et de parler une langue de qualité”.»

Le milieu professionnel du théâtre est largement tributaire des pratiques en usage dans le monde anglophone, ce qui donne parfois, sur les plateaux de tournage ou sur les arrière-scènes, des consignes en franglais. Le défi en était surtout un de sensibilisation afin de montrer que la langue française est tout aussi appropriée et directe que l’anglais pour travailler de façon rapide, précise, efficace et sécuritaire.

L’exposition comptait vingt-quatre grandes affiches portant sur le vocabulaire spécialisé des programmes d’études auxquelles étaient ajoutées de nombreuses photos et dessins de maquettes. André Naud a aussi rédigé plus de trois cent soixante affichettes traitant de la définition d’un mot et trois cent huit affichettes présentant recto verso des termes anglais et français. Installée au cœur du département de théâtre, l’exposition a aussi été ponctuée d’objets offrant une pensée plus poétique, une anecdote attrayante ou encore une référence historique ou politique surprenante.

«Il importe de promouvoir et de valoriser notre langue, soutient M. Beauchamp. N’oublions pas que nous sommes près de trente-trois millions de personnes à parler le français en Amérique et que nous évoluons dans le berceau de la francophonie en Amérique du Nord. À l’heure où il y a une forte attraction vers l’anglais, notamment due à Internet, il est plus important que jamais de promouvoir le français, ce que cette exposition a fait avec brio.»

Pour le retour au menu des actualités, cliquez.