Dans nos Laurentidess logo Édition du 23 novembre 2022 / 523e édition
11
Dans sa onzième année!
Mise à jour: 17 novembre 2022
Léa Drucker et Benoît Poelvoorde
dans Couleurs de l’incendie

AZ Films est très heureuse d’annoncer la sortie en salle du film Couleurs de l’incendie, réalisé par Clovis Cornillac. Le film met en vedette Léa Drucker et Benoît Poelvoorde aux côtés d’Alice Isaac, Clovis Cornillac, Olivier Gourmet, Jérémy Lopez (de l’Académie française), Alban Lenoir, John Heldenbergh et Fanny Ardant. Le scénario, l’adaptation et les dialogues sont de Pierre Lemaitre, d’après son roman éponyme publié aux éditions Albin Michel. Le film est la suite de la saga initiée par Au revoir là-haut d'Albert Dupontel, lauréat en 2018, de cinq César, dont celui du meilleur réalisateur.

Février 1927. Après le décès de Marcel Péricourt, sa fille, Madeleine, doit prendre la tête de l’empire financier dont elle est l’héritière. Mais elle a un fils, Paul, qui d’un geste inattendu et tragique va la placer sur le chemin de la ruine et du déclassement. Face à l’adversité des hommes, à la corruption de son milieu et à l’ambition de son entourage, Madeleine devra mettre tout en œuvre pour survivre et reconstruire sa vie. Tâche d’autant plus difficile dans une France qui observe, impuissante, les premières couleurs de l’incendie qui va ravager l’Europe.

Clovis Cornillac débute sa carrière sur les planches à quinze ans aux côtés de metteurs en scène réputés, tels feu Peter Brook ou Alain Françon. Il apparaîtra pour la première fois au cinéma dans Hors-la-loi de Robin Davis. En 1998, il tourne La Mère Christain sous la direction de sa mère, la comédienne Myriam Boyer. C’est en 1999 avec Karnaval de Thomas Vincent que son talent est reconnu par une nomination au César du Meilleur espoir masculin, suivie en 2004 de la même citation pour À la petite semaine de Sam Karmann. Il apparaîtra ensuite dans Malabar Princess (2004), La femme de Gilles et la fresque de Jean-Pierre Jeunet, Un long dimanche de fiançailles. Auréolé en 2005 du César du Meilleur second rôle dans Mensonges et trahisons…, il prend part, la même année, au succès de Brice de Nice. En 2006, il remplace Christian Clavier dans Astérix aux Jeux Olympiques. En 2007, il change de registre avec Faubourg 36 de Christophe Barratier, puis avec Claude Chabrol dans Bellamy. Il participe à Monsieur Papa, la première expérience de Kad Merad en tant que réalisateur. En 2015, il passe derrière la caméra pour la comédie romantique Un peu, beaucoup, aveuglément aux côtés de Mélanie Bernier. Il remet le couvert pour la série de France 2, Chefs, dans laquelle il sera acteur durant la première saison et mettra en scène quelques épisodes de la saison 2. Il signe ensuite le dernier volet de la saga Belle et Sébastien dans lequel il s'offre le rôle de Joseph. En 2021, réalise un troisième long métrage C'est magnifique!

Couleurs de l’incendie est distribué au Canada par AZ Films et prend l’affiche le 18 novembre 2022.

© 2012-2022 Les éditions Pommamour.
Tous droits réservés.