Dans nos Laurentidess logo Édition du 22 septembre 2021 / 462e édition
8
Depuis huit ans!
Mise à jour: 2 septembre 2021
Un été occupé dans les Laurentides

L’équipe de Film Laurentides, composée de Marie-Josée Pilon et Élisabeth Dumouchel, est témoin de l’effervescence que suscite cet été non seulement l’impressionnant nombre, mais surtout l’envergure des tournages dans la région. Sur les quarante productions qui ont choisi de s’installer dans les Laurentides depuis le début de l’année, une quinzaine de longs métrages et séries tournent pendant plusieurs semaines, générant des centaines de jours d’activités sur le territoire. «Nul doute que les retombées économiques, touristiques et culturelles qui en découlent dépasseront les objectifs fixés par Film Laurentides» a souligné le président de l’organisme, monsieur Paul Calce.

Parmi ces tournages, mentionnons :

Tous pour un chalet : Télé-réalité produite par Zone 3, Mathieu Baron anime la quatrième saison diffusée à Canal Vie. Des apprentis rénovateurs tentent de gagner des défis afin de remporter le chalet construit au cœur des Laurentides, évalué à un demi-million de dollars.

Farmer Seeking Love : Comédie romantique produite par Incendo et réalisée par Caroline Labrèche. L’équipe a installé ses décors à Saint-Eustache pendant près de trois semaines en juillet dernier.

Un été comme ça : Long métrage produit par Métafilms, scénarisé et réalisé par Denis Côté. C’est dans une inspirante propriété de villégiature située au cœur des Laurentides que se déroule l’action. La majeure partie du film s’y tourne actuellement dans les municipalités de Prévost, Saint-Sauveur et Sainte-Adèle.

Lac Noir : Nouvelle série de fiction produite par Pixcom et imaginée par Frédérik D’Amours qui en signe aussi la réalisation. Tournée en partie à Wentworth-Nord et Mirabel, la série nous plongera dans un univers mystérieux et captivant.

Falcon Lake : Long métrage produit par Métafilms et réalisé par Charlotte Le Bon. Falcon Lake raconte l’histoire de Bastien, un garçon français de treize ans qui passe ses vacances dans un chalet au cœur des Laurentides. Les résidents de Gore, Saint-Sauveur, Harrington et Brownsburg-Chatham ont accueilli ce tournage sur une période de six semaines.

Autant en emportent les framboises : Série originale signée par Florence Longpré à la scénarisation accompagnée par Suzie Bouchard et par le cinéaste Philippe Falardeau à la réalisation. Cette série, produite par Trio Orange en collaboration avec Québecor Contenu tourne une vingtaine de jours à Oka.

Jules au pays d’Asha : Long métrage produit par la Coop vidéo, scénarisé et réalisé par Sophie Farkas Bolla. En 1940, le petit Jules emménage avec sa famille dans le nord du Québec. C’est à Harrington et sur les rives de la rivière Rouge que la production a installé son équipe pour une trentaine de jours de préparation, tournage et remise en état des lieux.

Three Pines : Produite par le studio britannique Les Bank, en collaboration avec Muse Entertainment et diffusée sur la plateforme Amazon, cette série est une adaptation des populaires romans policiers de l’auteure canadienne Louise Penny. Principalement en tournage à Montréal et en Estrie, l’équipe sera de passage à Oka entre les mois de septembre et décembre.

Transformers : Nouveau chapitre de la série blockbuster, cette méga production qui tourne actuellement à Montréal a déployé une partie de l’équipe à Saint-Eustache pendant deux semaines au début du mois d’août.

Film Laurentides reçoit l'appui de Desjardins

Depuis 2016, Desjardins s'est doté d'un fonds de deux cinquante millions de dollars afin d'investir dans les communautés pour appuyer des projets qui ont le potentiel de transformer notre société d'ici 2024. Le Fonds soutient des projets qui rejoignent les priorités des milieux, telles que l'emploi, la vitalité économique, l'éducation et l'environnement. À ce jour, plus de quatre cents projets ont été soutenus grâce à ce fonds.

Film Laurentides est fier de compter parmi les projets retenus par Desjardins et de se voir ainsi octroyer un montant de cinquante mille dollars (50 000$). Ayant pour objectif d'augmenter le nombre et la valeur des tournages dans la région, lesquels génèrent d'importantes retombées économiques, touristiques et culturelles, quatre axes de développement seront priorisés, soit : l'accroissement de la notoriété de l'organisme, l'optimisation de l'utilisation de la photothèque numérique, l'élargissement de la clientèle et l'amélioration de la capacité d'accueil.

Cette annonce a eu lieu le vendredi, 20 novembre 2020, au moment où M. Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, participait au septième arrêt de la tournée virtuelle En Mouvement pour la relance socioéconomique du Québec. Les contributions du Fonds du Grand Mouvement depuis 2016 s’élèvent à deux millions de dollars (2 M$), en appui à seize projets pour la région des Laurentides.

Film Laurentides a également reçu un appui financier de dix mille dollars (10 000$) de la Caisse Desjardins d’Argenteuil dans le cadre du Fonds d’aide au développement du milieu. «Cet engagement de Desjardins, totalisant soixante mille dollars (60 000$), permettra de mettre de l’avant des activités d’accueil et de promotion qui non seulement génèreront d’importantes retombées économiques, mais qui contribueront également à la construction d'une image attractive de la région des Laurentides, favorable au développement de l’industrie de la production audiovisuelle» souligne le président de l’organisme, monsieur Paul Calce.

À propos de Film Laurentides

Rappelons que dans l’accomplissement de son mandat, Film Laurentides est heureux de pouvoir compter sur le soutien financier de Développement économique Canada, du ministère de la Culture et des Communications, du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation, des sept Municipalités régionales de comté (MRC) des Laurentides, de la Ville de Mirabel, Tourisme Laurentides et divers partenaires du milieu.

Film Laurentides présente le résultat de deux études

Dans le cadre d’une démarche visant à mesurer la portée de ses activités d’accueil et de promotion, Film Laurentides devait réaliser une étude sur les retombées économiques des tournages dans la région et une étude portant sur l’analyse et la comparaison de son modèle d’affaires avec ses corollaires québécois et canadiens.

Pour répondre à la demande formulée par la direction de Laval, de Lanaudière et des Laurentides du ministère de la Culture et des Communications, Film Laurentides a mandaté l’Institut de la statistique du Québec, ainsi que le consultant Michel Houle. L’étude d’impact économique a été réalisée suite à l’analyse des informations colligées annuellement par Film Laurentides auprès des producteurs québécois et étrangers ayant tourné dans les Laurentides. Elle porte d’abord sur l’évolution des activités de tournage, puis se concentre sur les dépenses directes effectuées en région, s’attardant à définir la portée de cette notion. Si on résume sommairement les résultats énoncés, on constate qu’entre 2009-2013 et 2014-2018:

Ø Les dépenses directes effectuées dans la région ont augmenté de 42%

Ø Le nombre de nuitées a augmenté de 78%

Ø Le nombre de tournages a augmenté de 30%

Ø 78% sont des productions entièrement québécoises

Ø 19% sont des productions étrangères

Ø 3% sont des coproductions

Ø 40% des tournages étrangers et coproductions qui s’installent à Montréal tournent dans la région

Ø 64% des dépenses directes effectuées sont liées à la location des lieux de tournage et frais afférents

Ø 36% sont des dépenses d’hébergement, restauration, alimentation et autres types de fournisseurs de biens et services privés et publics

Ø Les dépenses directes effectuées au cours des cinq dernières années s’élèvent à 9.2 M$

Pour effectuer l’étude comparative, Film Laurentides a mandaté Stratégies Immobilières LGP, laquelle a travaillé en étroite collaboration avec E&B Data, une firme externe spécialisée en études économiques. La sélection des organisations analysées et sondées a été faite à partir des membres du regroupement des Bureaux du cinéma et de la télévision du Canada (BCTC) qui sont exclusivement dédiés aux activités d’accueil et de promotion. Cette étude permet de faire d’intéressants constats, notamment :

Ø 69% des organisations agissent en tant qu’OBNL

Ø 69 % sont en activité depuis plus de dix ans

Ø 92 % reçoivent un financement du gouvernement provincial

Ø 54% ont des revenus provenant du gouvernement fédéral

Ø 38 % reçoivent des fonds régionaux

Ø 53% doivent pouvoir compter sur les partenaires privés

Ø 62% ne génèrent aucun revenu autonome

Ø Toutes les organisations offrent leurs services gratuitement

Ø Les éléments inclus aux calculs des retombées économiques de chaque organisation ne sont pas standardisés, ce qui explique en partie les écarts.

Si les forces et les enjeux détaillés dans l’étude se ressemblent, si la perception positive relative aux perspectives d’avenir est unanime, LGP a cependant rapporté que la comparaison du modèle d’affaires des Bureaux du cinéma et de la télévision régionaux, entre eux, demeure difficile à établir puisque les organisations sont très hétérogènes.

Aux termes de cette étude, force est de constater que la région des Laurentides se positionne favorablement, ayant à son actif les principaux éléments clés du succès d’un territoire et d’une organisation qui y sont colligés, à savoir :

Ø La reconnaissance gouvernementale de l’importance de l’industrie sur le territoire

Ø Le rayonnement à l’échelle régionale, nationale et internationale

Ø La capacité de mobilisation du milieu

Ø Le rapport coûts/bénéfices

Ø La proximité des grands centres

Ø La valorisation des attraits naturels, des paysages et du patrimoine

Ø L’expertise et l’expérience de l’organisation depuis 1997

Ø Une base de données à jour (photothèque et contacts)

Ø Des retombées économiques directes quantifiables

Vous pouvez recevoir ces études en vous adressant à Film Laurentides.

Près d'un demi million pour faire des Laurentides
un incontournable des tournages d'ici et d'ailleurs

Une somme de quatre cent cinquante-cinq mille dollars (455 000$) est accordée dans le cadre d'une entente sectorielle de développement visant à soutenir Film Laurentides dans la poursuite et le développement de ses activités. Cette dernière permettra à la région de mieux se positionner comme une destination de choix pour les productions cinématographiques, télévisuelles et publicitaires.

Les partenaires de cette entente sont le ministère des Affaires municipales et de l'Habitation (MAMH), les sept MRC des Laurentides, la Ville de Mirabel, le Conseil des préfets et des élus de la région des Laurentides (CPÉRL) et Film Laurentides.

L'aide consentie contribuera notamment à augmenter le nombre, l'envergure et la valeur des tournages, à assurer la mise à jour et la bonification de la photothèque numérique des Laurentides, ainsi qu'à doter la région d'une politique de tournage uniformisée.

L'entente répond à l'une des priorités régionales qui consiste à valoriser les éléments distinctifs des Laurentides afin de rehausser leur pouvoir d'attractivité et la fierté des citoyens. À terme, elle incitera à davantage d'investissements dans la région.

Citations

«Grâce à cette entente, Film Laurentides pourra continuer de faire rayonner la belle région des Laurentides. Je suis fière que notre gouvernement contribue à positionner les Laurentides comme destination de choix et investisse dans des entreprises d'ici.» Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l'Habitation

«Film Laurentides est un ambassadeur de la beauté de notre grande région, car il attire tournages et productions qui font rayonner les Laurentides. L'entente permettra de soutenir de nouvelles initiatives et de créer des incitatifs régionaux pour encourager davantage de producteurs à venir dans les Laurentides. Les retombées économiques de ces activités sont bénéfiques pour l'ensemble de notre communauté. Je tiens à souligner l'implication de la ministre responsable de la région, Mme Nadine Girault, et à remercier Film Laurentides pour son apport important.» Agnès Grondin, députée d'Argenteuil

«Depuis maintenant vingt ans, le milieu municipal et les MRC soutiennent sans équivoque Film Laurentides. Le caractère unique et novateur de la mission, la qualité du projet, l'expertise et la persévérance de l'équipe de Film Laurentides ont été déterminants dans la décision du CPÉRL d'appuyer cet organisme qui contribue à faire rayonner les Laurentides et à créer d'importantes retombées économiques. Cette entente incarne bien l'engagement des élus à sa réussite!» Bruno Laroche, président du Conseil des préfets et des élus de la région des Laurentides et coprésident du comité régional de sélection de projets du Soutien au rayonnement des régions du Fonds régions et ruralité

«Cet engagement sur cinq ans permettra de mettre de l'avant des activités d'accueil et de promotion qui non seulement généreront d'importantes retombées économiques, touristiques et culturelles, mais contribueront également à la construction d'une image attractive de la région des Laurentides, favorable au développement de l'industrie de la production audiovisuelle» Paul Calce, président de Film Laurentides

Faits saillants

La participation financière du MAMH s'élèvera à deux cent cinquante-cinq mille dollars (255 000$), alors que les sept MRC et la Ville de Mirabel contribueront au total pour deux cent mille dollars (200 000$) à cette entente sectorielle s'échelonnant sur cinq ans.

L'aide du MAMH s'inscrit dans le cadre du volet 1 - Soutien au rayonnement des régions du Fonds régions et ruralité. Il appuiera la réalisation de projets de développement porteurs pour les régions, et ce, en fonction de leurs priorités respectives.

L'enveloppe totale du volet 1 pour la région sera de plus de quatre-vingt-onze millions de dollars (91 M$) d'ici 2024.

La région des Laurentides a toujours la cote

La région des Laurentides accueille actuellement deux équipes de tournage. La ville de Saint-Eustache est présentement l’hôte du tournage du film Sweet as Maple Syrup, produit par Incendo et réalisé par Caroline Labrèche. L’équipe composée d’une quarantaine de techniciens et comédiens a installé ses décors pour une dizaine de jours dans une érablière repérée par le directeur des lieux de tournage, monsieur Pierre Mongrain. Invité par les producteurs, Film Laurentides visitait le plateau le 22 mars 2021.

Un peu plus au nord, la ville de Sainte-Agathe-des-Monts accueille cette semaine une production signée Netflix. Le film Single All the Way, dont la production de service est assurée par Muse Entertainment, est réalisé par Michael Mayer et met en vedette Michael Urie. Près d’une centaine de techniciens, comédiens et figurants sont en pleine action sur une rue commerciale, transformée en un typique «small town USA». Les décors festifs du temps des fêtes agrémentés de neige artificielle ont fait sourire bien des commerçants et résidents attirés par la présence des caméras. La sortie est prévue pour Noël 2021 sur la plateforme de Netflix. S’inscrivant dans la mouvance des récents films de Noël inclusif, Single All the Way est une comédie romantique qui raconte l’histoire de Peter, un homme qui, désespéré d’éviter le jugement de sa famille sur son statut de célibataire, fait passer son meilleur ami pour son amoureux.

Après une année 2020 qui a tourné au ralenti, Film Laurentides participe à une relance bien tangible des activités de tournage. Directeur général de la Corporation de développement économique de la MRC des Laurentides et président de Film Laurentides, monsieur Paul Calce se réjouit du passage des équipes de tournage sur le territoire des Laurentides. «Nous sommes bien conscients des retombées économiques, touristiques et culturelles que génère cette industrie. Je remercie les villes de Saint-Eustache et de Sainte-Agathe-des-Monts, les commerçants et les citoyens qui accueillent favorablement la présence des équipes de tournage».

La région des Laurentides
accueille plusieurs tournages

La région des Laurentides a été l’hôte de plusieurs tournages depuis le début de l’année 2021. Film Laurentides est particulièrement fier d’avoir assisté une douzaine d’équipes qui ont choisi de tourner au nord de Montréal.

Après, Duo Productions (Thérèse-De Blainville et Pays-d’en-Haut)

Hinter, Marsland Productions (Laurentides)

La Faille Saison 2, Pixcom (Deux-Montagnes)

Le 422 saison 2, Blachfilms (Deux-Montagnes)

Photoshoot Aubainerie, Marcel Productions (Pays-d’en-Haut)

Plan B, KOTV (Mirabel et Deux-Montagnes)

Republic of Sarah, CW/Sony (Thérèse-De Blainville)

Sans relâche, KOTV (Rivière-du-Nord)

Single All the Way, Muse Entertainment et Netflix (Laurentides)

Sweet as Maple Syrup, Incendo (Deux-Montagnes)

Vidéoclip, La 115e (Rivière-du-Nord)

Vidéoclip, Prophet Productions (Deux-Montagnes)

Film Laurentides annonce que la période estivale sera elle aussi fort occupée. Que ce soit pour quelques jours ou plusieurs semaines, une dizaine de productions ont déjà confirmé qu’ils installeraient leurs décors dans la couronne nord.

Arsenault & fils, La maison de prod

Autant en emportent les framboises, Trio Orange et Québecor Contenu

Dans la gueule du loup, Pixcom

Écho à Delta, Productions Kinesis

Falcon Lake, MétafilmsLéo, Encore Télévision

Le purgatoire des intimes, Cormier Productions

Plan B, KOTV

Tous pour un chalet, Zone 3Un été comme ça, Métafilms

Vidéoclip Kelly Krow, Agence Elliot

Film Laurentides participe à une relance bien tangible des activités de tournage. La commissaire de Film Laurentides, madame Marie-Josée Pilon, confirme que le rythme s’est accéléré. «Ma collègue Élisabeth Dumouchel et moi sommes témoins de l’effervescence que suscitent cette année la multiplication et l’envergure des tournages dans la région. Nous avons reçu et analysé une centaine de projets depuis le début de l’année. Une vingtaine se sont déjà concrétisés et d’autres sont toujours à l’étude. C’est franchement agréable de mesurer l’ampleur des résultats et l’engouement des équipes de production pour la région. Je remercie les producteurs, réalisateurs et particulièrement les directeurs des lieux de tournage qui font confiance aux services offerts par l’équipe de Film Laurentides».

© 2012-2021 Les éditions Pommamour.
Tous droits réservés.