Dans nos Laurentidess logo Édition du 21 février 2024 / 588e édition
12
Dans sa douzième année!

Le Festival International du Film sur l'Art

Partager
Mise à jour: 6 février 2024
Quarante-deuxième édition à l'avant-garde des défis du futur

Le Festival International du Film sur l’Art (Le FIFA) est heureux d’annoncer que le film Obvious, hackers de l'art de Thibaut Sève (France) ouvrira, en première nord-américaine, sa quarante-deuxième édition. Projeté en salle, le jeudi, 14 mars 2024, au Théâtre Outremont, à Montréal, le film sera précédé par le court-métrage The Great Endeavor de Liam Young (États-Unis/Australie), en première canadienne et en compétition. Une soirée coprésentée avec le Centre PHI, en présence du réalisateur Thibaut Sève et de deux membres du collectif Obvious (à Montréal et à Québec). Avec le soutien du Consulat général de France à Québec.

L'ouverture du FIFA 42 à Québec
se tiendra quant à elle le samedi, 16 mars, au Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ), avec la projection du film Obvious, hackers de l’art.

Octobre 2018, un séisme ébranle les fondations du monde de l'art. La célèbre maison Christie's adjuge pour quatre cent trente-deux mille cinq cents dollars (432 500$) une œuvre créée en collaboration avec l'intelligence artificielle. À l'origine de cette révolution, le collectif français "Les Obvious", composé de Hugo, Gauthier, et Pierre, trois jeunes artistes autodidactes pionniers de l’IA et des NFT, bien décidés à se battre pour se faire une place dans le monde élitiste de l’art contemporain. À travers des moments clés de leur carrière, le film Obvious, hackers de l'art dévoile les coulisses d'une révolution silencieuse qui secoue les fondements de la création artistique et offre d’autres perspectives sur un sujet où chacun pense détenir une vérité.

«Le réalisateur du documentaire Obvious, hackers de l'art, a suivi pendant les moments clés de leur évolution ce trio de jeunes d'artistes créatifs et attachants devenus pionniers dans l'apprentissage de l'IA. Présenter leur parcours inusité nous permet de mieux appréhender les nouveaux défis auxquels les jeunes artistes d'aujourd'hui sont confrontés. Pour le meilleur et pour le pire et on ne peut plus ignorer les nouvelles technologies qui font de plus en plus partie de notre quotidien. Il faut maintenant apprendre à conjuguer le futur avec le présent.» - Jacinthe Brisebois, directrice de la programmation du FIFA

«J'ai eu la chance rare de filmer des pionniers et leur art en train de se faire sous mes yeux. Les Obvious sont à l'avant-garde de l'A et des NFT. Un monde technologique qui peut paraître lointain, mais un monde qui arrive à vitesse grand V. Ce film m'a permis de mieux comprendre mon époque et la vitalité de la jeunesse qui invente le futur.» - Thibaut Sève, réalisateur du film Obvious, hackers de l’art

À propos du réalisateur


Réalisateur et monteur, Thibaut Sève a plus d’une cinquantaine de documentaires à son actif dont Big data (2016), Tout le monde dit La La Land (2018) et Matière Grise (2019). Impliqué dans le monde du documentaire, Thibaut a créé le média LE PLAN DOCU par lequel il propose un service de sélections de documentaires à visionner en Replay, et des articles pour le site de Trois Couleurs (magazine édité par MK2).

Obvious, hackers de l'art
sera également disponible en ligne du 22 au 31 mars, sur ARTS.FILM, la plateforme du film sur l’art en ligne du FIFA. Le film Obvious, hackers de l’art sera précédé par la projection, en première nord-américaine et en compétition, du court-métrage The Great Endeavor de Liam Young.

Présenté
à Venise à l'occasion de la dix-huitième édition de la Biennale d'architecture, The Great Endeavor nous propulse au cœur de la création du plus colossal projet d'ingénierie jamais entrepris par l'humanité : la captation et le stockage souterrains du dioxyde de carbone, à une échelle défiant celle de toute l'industrie mondiale des combustibles fossiles actuelle. Sans dialogue, porté par une bande-son immersive, ce court-métrage nous embarque dans une vision futuriste unique, dépeignant une infrastructure révolutionnaire qui transcende les enjeux climatiques contemporains. Une réflexion sur l'urgence environnementale et la puissance de l'imagination humaine dans la création d'un monde meilleur.

«Le court-métrage The Great Endeavor est saisissant. À travers des images captivantes en VFX, il nous entraîne dans un monde imaginaire qui nous présente une vision du futur qui pourrait influencer des scientifiques dans la recherche de moyens pour combattre la crise climatique. L'art s'allie à la science pour inspirer des solutions.» - Jacinthe Brisebois, directrice de la programmation du FIFA

«La culture nous a conditionnés à voir ces images comme dystopiques, mais ces infrastructures à grande échelle sont en fait pleines d'espoir et d'aspiration, et sans elles, nous n’aurons pas d'avenir.» - Liam Young, réalisateur du film The Great Endeavor

À propos du réalisateur


Liam Young
est un concepteur, un réalisateur et un producteur nommé aux BAFTA qui opère dans les espaces entre le design, la fiction et les futurs. Décrit par la BBC comme "l'homme qui conçoit nos futurs", ses films visionnaires et ses mondes spéculatifs sont à la fois des images extraordinaires de demain et des examens urgents des questions environnementales auxquelles nous sommes confrontés aujourd'hui. En tant que bâtisseur de mondes, il visualise les villes, les espaces et les accessoires de nos futurs imaginaires pour l'industrie du cinéma et de la télévision. Avec ses propres films, il a été présenté en avant-première sur des plateformes telles que Channel 4, Apple+, SxSW, Tribeca, le Metropolitan Museum de New York, la Royal Academy, la Biennale de Venise, la BBC et le Guardian. Ses films ont été collectionnés à l'échelle internationale par des musées tels que l'Art Institute of Chicago, le Victoria and Albert Museum, la National Gallery of Victoria et M Plus Hong Kong. Ils ont été salués par les médias grand public et les médias spécialisés dans le design, notamment par TED, Wired, New Scientist, Arte, Canal+, Time magazine et bien d'autres. Son travail cinématographique s'inspire de ses recherches universitaires. Il a été professeur invité à l'université de Princeton, au MIT et à Cambridge et dirige aujourd'hui le master novateur en fiction et divertissement à SCI Arc, à Los Angeles.

© 2012-2024 Les éditions Pommamour.
Tous droits réservés.
Politique de confidentialité