Dans nos Laurentidess logo Édition du 10 août 2022 / 508e édition
10
Dans sa dixième année!

Le Festival International du Film sur l'Art

Partager
Mise à jour: Aujourd'hui
Arts.Film s'associe à la Fondation PHI

Arts.Film, la plateforme du film sur l’art créée par le Festival International du Film sur l’Art, est heureuse de s’associer à la Fondation PHI pour présenter Kusama : Infinity de Heather Lenz, documentaire sur la vie et le travail de l’artiste Yayoi Kusama.

En marge de l’exposition de Yayoi Kusama, Dancing Lights That Flew Up To The Universe, présentée à la Fondation PHI, le film Kusama : Infinity sera disponible gratuitement sur Arts.Film du premier au 30 septembre 2022.

Kusama
est née dans une famille conservatrice de la campagne japonaise et a gagné l'Amérique au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Là-bas, sans relations et ne parlant qu'un anglais approximatif, elle s'est consacrée à son seul véritable amour, la création artistique. Lors de son premier jour à New York, Kusama a déclaré qu'elle était montée au sommet de l'Empire State Building, qu'elle avait regardé la ville et qu'elle avait pris la décision de se démarquer de tous ceux qu'elle voyait en contrebas et de devenir une star. Aujourd'hui âgée de quatre-vingts ans, Kusama a passé les trente dernières années dans un établissement psychiatrique au Japon. Kusama : Infinity explore le parcours de l'artiste Yayoi Kusama, depuis son éducation conservatrice au Japon jusqu'à ses débuts dans la célébrité aux États-Unis dans les années 1960 (où elle rivalisait avec Andy Warhol pour attirer l'attention de la presse), pour aboutir à la renommée internationale qu'elle a finalement acquise dans le monde de l'art.

Le FIFA lance son appel à soumissions
pour sa quarante et unième édition

Le Festival International du Film sur l'Art (Le FIFA) annonce l’ouverture de sa période de soumissions en vue de sa quarante et unième édition qui se tiendra en salle et en ligne, du 14 au 26 mars 2023. Les activités et rencontres pour les professionnel·le·s se tiendront majoritairement du 15 au 17 mars, l’an prochain.

Cet appel à soumissions s’adresse aux réalisateur·rices, producteur·ices, distributeur·ices, qui ont terminé ou termineront prochainement un film sur l'art, une fiction sur l'art, un film biographique, un documentaire, une captation, une vidéo d'art, de l'art médiatique ou un vidéoclip. Ces derniers pourront ainsi présenter leur(s) œuvre(s) en première à Montréal. Le formulaire de soumission doit être complété à cet effet avant le 31 octobre 2022.

Conditions d'admissibilité

La programmation du FIFA se concentre sur le film sur l'art. Le Festival présente des documentaires, des films sur l'art, des fictions sur l'art, des films biographiques, des vidéos d'art, des vidéoclips, des captations et englobe tous les arts, de toutes les époques et de tous les styles.

Le FIFA accepte ainsi les soumissions des types d'œuvres suivants : courts-métrages (moins de trente minutes), moyens-métrages (trente et une à cinquante-neuf minutes) et longs-métrages (soixante minutes et plus).

Les informations relatives aux conditions d’admissibilité et de soumission des œuvres, de même que les renseignements portant sur frais d’inscription et règlements sont disponibles en ligne.

Un rabais «lève-tôt» est offert pour toute soumission de film avant le 31 août 2022.

Pour plus d'infos, cliquez.

L'offre estivale

La plateforme Arts.Film vous invite à flirter avec l’Art tout l’été en compagnie de Beethoven, Ariane Moffatt, François Morelli, Louise Warren, Picasso, Fellini, Nicolas Jaar, Raphaëlle de Groot, Mary Bauermeister, Christine Doyon et bien d’autres…

Avec plus de trois cents films en ligne disponibles en tout temps à travers le Canada, la plateforme Arts.Film propose encore cette saison des contenus éclectiques d’ici et d’ailleurs, qui satisferont autant les cinéphiles les plus aguerris qu’un public plus large à la recherche de découvertes culturelles et artistiques en tout genre.

Des films d'ici

Arts.Film continue de se placer comme le porte-étendard des créateur·rice·s d’ici. Huit sorties viennent ainsi s’ajouter à plus de cent cinquante films canadiens et près de cent films québécois.

Cet été, ne manquez pas notamment la version cinématographique et intimiste du plus récent album d'Ariane Moffatt, Incarnat, réalisé par Philippe Cyr. Suivez l’artiste François Morelli dans un documentaire témoignage de Suzanne Guy, produit par le centre d’art 1700 La Poste. La réalisatrice Anne-Marie Tougas nous plonge avec Louise Warren - Fragments dans “l’enveloppe invisible” de la poète Louise Warren, au cœur même de la matière et de l’espace où elle vit. Les artistes-sculpteurs québécois Marie-Annick Viatour et Gaétan Berthiaume se dévoilent dans leur film Créer à quatre mains. Voyez aussi, Chute libre, la nouvelle création de la chorégraphe, cinéaste, interprète et professeure primée Dana Gingras, le documentaire sur l’art libérateur de Christine Doyon, Traces of Hope, ainsi qu’une performance filmée de l’artiste Raphaëlle de Groot.

L'été en musique

Parallèlement au Festival International de Jazz de Montréal, Arts.Film invite cet été les amateurs du genre à écouter et regarder entre autres Heath Brothers, Jimmy Cobb, Ranee Lee, Sheila Jordan, Peter Bernstein Quartet…dans le film Jazz Club Owner de Guylaine Dionne qui dévoile les coulisses du mythique club de jazz montréalais le Upstairs.

Visitez encore l’envers du décor, avec le film Les enchanteurs de Frédéric Laffont qui nous amène sur scène et dans les coulisses de l'une des plus grandes maisons d'opéra belge. Enfin, ne manquez pas Divide Light Film, un opéra créé par l’artiste visuelle Lesley Dill et le compositeur Richard Marriott sur des textes d'Emily Dickinson.

Les films vedette du FIFA

Être abonné·e à Arts.Film, c’est aussi avoir le loisir de découvrir ou redécouvrir les films vedettes du FIFA. Cet été, pour souligner la semaine du Japon, ne manquez pas Akeji, le souffle de la montagne de Corentin Leconte, prix du meilleur essai 2021. Un film contemplatif qui fait appel aux sens, rythmé par les éléments et le cycle des saisons. Voyez également, le film d’ouverture de la trente-septième édition du Festival, Au temps où les arabes dansaient de Jawad Rhalib qui pose un regard éclairé sur le combat que doivent mener les femmes et les artistes dans des sociétés aux prises avec le fondamentalisme.

Des classiques de tous les genres

Arts.Film, c’est aussi des classiques consacrés à l’histoire de l’art comme Beethoven Reloaded de Andy Sommer qui donne la parole à des critiques et à des historiens pour retracer le parcours du compositeur, et mettre en relief les aspects révolutionnaires et avant-gardistes de sa musique. C’est aussi Mary Bauermeister - One and One Is Three de Carmen Belaschk, le premier long métrage documentaire consacrée à la vie radicale de celle que l’on considère comme la mère du mouvement Fluxus.

La plateforme continue aussi de présenter des films références en arts plastiques comme Modigliani et ses secrets de Jacques Lœuille, récit riche et divertissant sur l'un des plus importantes figures de l’art contemporain du XXe siècle, ou Truth Be Told : Irving Norman and the Human Predicament, portrait de l’artiste peintre surréaliste, Irving Norman, qui a réalisé près de deux cents œuvres immenses et complexes.

Enfin, l’été sur Arts.Film, c’est aussi Betty Boop Forever de Claire Duguet, documentaire divertissant et féministe qui revisite le mythe de Betty Boop, premier personnage féminin de l’histoire du cartoon.

Des voyages

De la Finlande à Buenos Aires, en passant par Venise et New York, Arts.Film voyage tout l’été avec entre autres la série Art in the Twenty-First Century qui nous amène à la frontière américano-mexicaine en compagnie des artistes : Tanya Aguiñiga, Rafael Lozano-Hemmer, Richard Misrach, Postcommodity, ainsi qu’à Beijing avec des artistes de plusieurs générations : Guan Xiao, Liu Xiaodong, Song Dong, Xu Bing, Yin Xiuzhen.

Ne manquez pas non plus Jaar, Lament of the Images de Paula Rodríguez Sickert qui suit aux quatre coins du glode l’artiste engagé chilien, Alfredo Jaar, l'un des plus importants artistes contemporains, dont les oeuvres reflètent des enjeux d'actualité d'importance, tels que l'immigration à la frontière des États-Unis et du Mexique, le génocide rwandais et le coup d'état chilien. La bande sonore du film est composée par son fils, Nicolas Jaar, l'un des artistes les plus influents du monde de la musique électro.

Pour plus d'infos, cliquez.

Les lauréats de la quarantième édition
du Festival International du Film sur l'Art

Le Festival International du Film sur l’Art (Le FIFA) est heureux de dévoiler les lauréat·e·s de sa quarantième édition qui s'est tenue du 15 au 27 mars 2022. Cette année, dix-huit longs-métrages et vingt courts-métrages figuraient en compétition officielle. Ils ont concouru pour remporter l’un des six prix décernés par le jury : le Grand Prix, le Prix du jury, le Prix du meilleur essai, le Prix du meilleur portrait, le Prix du meilleur long-métrage canadien, le Prix du meilleur court-métrage.

«C'est avec beaucoup de plaisir que nous vous dévoilons le palmarès de la quarantième édition du FIFA. Nous remercions chaleureusement tou·te·s les membres du Jury d’avoir accepté notre invitation à participer aux choix de ce palmarès.», a déclaré Jacinthe Brisebois, Directrice de la programmation des films sur l'art du FIFA.

Prix du meilleur court-métrage

Yollotl, réalisé par Fernando Colin Roque

Mexique | 2020 | 17 min 10 s | Espagnol / sous-titres : anglais

«Yollotl (Coeur) parvient à trouver un équilibre nuancé entre différentes formes artistiques tout en créant un langage cinématographique qui lui est propre. Il nous plonge dans une forêt où l’on peut ressentir le souffle et le pouls des arbres qui l’habitent grâce à la sensibilité des enfants en communion avec cette nature majestueuse. Il nous invite à envisager une manière plus sensible de cohabiter et d'interagir avec notre environnement. Ce film fait le lien entre la nature et l'homme à travers une représentation libre du sujet.», a déclaré le jury.

Prix du jury court-métrage

Nouveauté cette année: un deuxième prix est remis, il s’agit du prix du jury court-métrage.

We Are Not Speaking The Same Language, réalisé par Danika St-Laurent

Canada | 2021 | 8 min 17 s | Anglais / sous-titres : français

«Ce film lumineux raconte avec beaucoup d'authenticité l’histoire de liens brisés. À travers le rythme de la musique et l’art du perlage, la narratrice a tissé finement les lignes d’un récit intime. À travers des objets microscopiques, il capture émotionnellement le discours macroscopique, et à travers cela, il pose des questions simples mais complètes sur l’identité intérieure des individus dans le monde. Pour sa combinaison sensible et humaine de l'intime et du politique portée par une voix unique, nous lui décernons un prix spécial du Jury.»

Prix du meilleur essai

To Unveil A Star, réalisé par Juul Hondius

Pays-Bas | 2020 | 1 h 47 s | anglais, néerlandais et français / sous-titres : anglais

«S’adressant à une sculpture à la première personne, To Unveil a Star aborde de manière réfléchie et subtile le pouvoir du symbolisme et de la sculpture et le rapport du créateur à son œuvre. Le film nous rappelle aussi la précarité et de la vitalité de nos liens avec les lieux, les objets et l’identité, à travers le temps. Un film qui résonne tout particulièrement avec le contexte ukrainien actuel et les menaces pesant sur la stabilité de l’Europe.», a expliqué le jury.

Prix du meilleur portrait

Venice Elsewhere, réalisé par Elia Romanelli

Italie | 2020 | 1 h 2 min | roumain, turc, allemand, croate / sous-titres : anglais

«Subtils et résonnants, ces microportraits de gens ordinaires issus de milieux disparates partagent tous le même sentiment d'être dans un endroit parfait : une "Venise" de l'esprit. Son appréciation remarquable du "quotidien" et de l’individu lambda, vaut à «Venice Elsewhere» le prix du meilleur portrait. Le jury souligne aussi la capacité de l’équipe de production à discerner le pouvoir illimité de l’imagination et de la narration subjective, ainsi que son brillant développement des personnages par le biais de l'image et du son.» a souligné le jury.

Prix du meilleur film canadien

Je me soulève, réalisé par Hugo Latulippe

Canada | 2021 | 1 h 27 m 34 s | Français / sous-titres : anglais

«Le jury reconnaît Je me soulève pour sa représentation positive de la passion et de l’espoir exprimés collectivement par de jeunes interprètes et poètes issus de tous les horizons. L’esprit vibrant des sœurs Côté au cœur de ce projet - qui croit au pouvoir des mots, de la poésie et de l’expérience subjective – est contagieux et superbement implacable. Une interprétation puissante d’un voyage de production unique.»

Prix du jury

Light The Stockhausen's Legacy, réalisé par Oeke Hoogendijk

Pays-Bas | 2021 | 2 h 1 min | Anglais, néerlandais et allemand | sous-titres : anglais

«Oeke Hoogendijk poursuit l’objectif ambitieux de mettre en scène Licht, un cycle lyrique jamais joué de Karlheinz Stockhausen, par le biais d'un film qui ne cache pas les contradictions douloureuses de la vie du compositeur légendaire. Licht Stockhausen's Legacy n'est pas seulement la chronique fascinante d'une aventure musicale extraordinaire, mais aussi la biographie, parfois controversée, d'un homme par-delà le mythe.»

Grand prix

Sergio Larrain The Eternel Moment, réalisé par Sebastián Moreno

Chili | 2019 | 1 h 24 min | Espagnol, français, anglais et italien / sous-titres : anglais

«À l’image de l’artiste qu’était Sergio Larrain, un film qui s’intéresse à ce qui se passe à la frontière du cadre de l’image photographique, et qui laisse donc toute la place à ce qui en dépasse. À la vie. Ou plutôt au regard que posait cet homme sur un quotidien inaperçu. Tout aussi discret qu’il semblait être, on devine pourtant grâce à ce portrait fin, une quête fougueuse. Au bout de sa course, cet idéal rétrécit jusqu’à ce que l’instant se passe même de ce qui servait à le capturer. Une célébration poétique et délicate qui laisse toute la place à l’œuvre de Sergio Larrain ainsi qu’à l’homme derrière la lentille. Ce beau film nous donne à connaître et à aimer un des plus grands chasseurs d’instants.»

Le jury de la quarantième édition

Le jury de la compétition internationale longs-métrages est composé de Evelyne Brochu, comédienne, Canada; Silvia Lucchesi, directrice, Lo schermo dell’arte, Italie; Jean-Jacques Peretti, programmateur, Sunny Side of the Doc, France; Vincent Rimbaux, auteur et réalisateur, gagnant d’un Emmy Award, Brésil/France et Joanna Raczynska, programmatrice de films et commissaire, National Gallery of Art, États-Unis.

Le jury de la compétition internationale courts-métrages est composé de Miryam Charles, réalisatrice, Montréal; Audrey Genois, directrice générale, MOMENTA, Montréal et Sanghoon Lee, programmateur, Busan International Short Film Festival, Corée du Sud.

Les trophées

Ayant à coeur de promouvoir la création artistique québécoise, Le Festival International du Film sur l’Art souhaite valoriser le talent d’artistes locaux. Cette année, pour la conception des trophées de la quantième édition, le choix s’est porté sur Zela Lobb, illustratrice ayant publié dans quelques-unes des plus importantes publications d’aujourd’hui comme le Financial Times London Magazine, The New York Times, ou encore Rolling Stone Magazine.

En collaborant avec Zela Lobb, Le FIFA souhaite rendre hommage à la richesse des métiers d’art du Québec. Artiste plastique et pigiste vivant à Montréal, Zela travaille maintenant avec la céramique. Autodidacte, elle a été muraliste, tatoueuse avant d’être illustratrice. En 2014, elle travaille avec Silent Partners sur un concept artistique pour la tournée mondiale de Cher. Après avoir été pigiste à Moment Factory, elle a été embauchée par cette compagnie en tant qu’artiste de concept où elle a œuvré à divers spectacles en mapping vidéo, incluant Aura et d’autres promenades nocturnes Lumina.

ARTS.FILM : un espace virtuel unique de diffusion
dédié aux films sur l’art

ARTS.FILM a été conçu comme un centre d’art : en plus d’une collection d’une centaine de films disponibles en tout temps et renouvelés constamment, ARTS.FILM fera écho à la communauté artistique d’ici en diffusant des événements, des performances, des captations, des directs, des discussions. C’est un véritable lieu de diffusion actuel et varié dédié à l’image de l’art.

«ARTS.FILM est un outil majeur qui sera tant au service des publics à travers le Canada que des artistes et créateurs·rices. Beaucoup d’organismes, de compagnies de danse ou de théâtre, d’orchestres ont créé des contenus numériques au cours des derniers mois, repoussant ainsi les limites de leurs métiers. ARTS.FILM est là pour les aider à mettre en ligne ces contenus et à rencontrer un vaste public en mettant au service de notre communauté notre expertise.» a déclaré Philippe U. del Drago, directeur général et artistique du FIFA.

En plus de refléter la vitalité du film sur l’art et de prolonger la diffusion et le rayonnement des œuvres célébrées au festival, ARTS.FILM aspire à devenir une Grande Place de la webdiffusion artistique sous toutes ses formes, où des festivals partenaires et des institutions culturelles complices proposeront des programmations éphémères et des sélections d’œuvres inédites.

Unique au Canada

Aucune plateforme aussi complète n’existe à l’heure actuelle. S’appuyant sur une expérience de près de quarante ans à faire rayonner le film sur l’art et les arts médiatiques, Le FIFA est l’organisme tout désigné pour faire naître cet espace de webdiffusion.

Des contenus d’ici

Faire découvrir les artistes.

ARTS.FILM offrira une place de choix aux contenus d’ici : que ce soit dans la programmation régulière ou événementielle, il offrira un écrin technologique aux créateur·rice·s, une sécurité accrue de leurs contenus et une meilleure découvrabilité.

Des films et des contenus que vous ne verrez pas ailleurs

Place à l’inédit.

Le répertoire d’ART.FILMS, comme celui du FIFA, est constitué de films qui prennent rarement l’affiche en salle et qui ne sont pas diffusés à la télévision. Cet espace de webdiffusion offrira une occasion rare de visionner ces films québécois, canadiens et internationaux, autrement voués à une diffusion restreinte et à une courte durée de vie.

Une vision élargie du film sur l’art

Nous ne connaissons pas les silos.

Les cinéphiles auront le choix parmi une sélection vraiment éclectique qui couvre le vaste spectre de l’art, de la culture et de la créativité. Documentaires sur l’art, fictions, films biographiques, captations de spectacles, prestations artistiques ou vidéos d’art seront accessibles dans l'ensemble du pays, en tout temps. Des arts classiques jusqu’aux formes interdisciplinaires et aux arts médiatiques, ARTS.FILM décloisonne et brasse les talents.

Des programmations spéciales en co-présentation

ARTS.FILM aime le travail d’équipe.

Avec des partenaires renommés tant nationaux qu'internationaux, ARTS.FILM proposera des programmations variées, éphémères ou de longue durée. Des invité·e·s spéciaux, des Cartes blanches, des collections inédites sur le web ou même des festivals seront imaginées et partagées.

La diversité à son meilleur

Varions les perspectives.

ARTS.FILM embrasse un regard multiple et se donne la mission de refléter la diversité culturelle, de genres, de points de vue et de pratiques, entre autres. Les collections et programmes feront dialoguer les artistes issu·e·s de communautés variées, appartenant à des minorités visibles, culturelles, sexuelles, de genre, tout comme des représentant·e·s des Premières Nations et des communautés inuites.

Modèle de rétribution des ayant-droits unique et équitable

Participons activement à notre milieu.

ARTS.FILM est une initiative sans but lucratif qui redistribue de façon équitable aux artistes et aux ayant-droits. Une partie significative des recettes est redonnée directement au milieu.

© 2012-2022 Les éditions Pommamour.
Tous droits réservés.