Dans nos Laurentidess logo Édition du 21 février 2024 / 588e édition
12
Dans sa douzième année!
Mise à jour: 22 décembre 2023
La SODEC dévoile les sept finalistes du concours Cours écrire ton court

La Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) est ravie de dévoiler les sept finalistes retenus pour le concours Cours écrire ton court 2023-2024.

L’annonce a été faite le 21 décembre lors du dévoilement sur la plateforme Facebook de la SODEC par la porte-parole du concours, Sandrine Brodeur-Desrosiers, réalisatrice et scénariste, finaliste de Cours écrire ton court 2013-2014 – Édition spéciale comédie. La grande gagnante ou le grand gagnant sera annoncé lors du Festival REGARD.

Ces talents prometteurs seront accompagnés et assisteront à divers ateliers durant les prochaines semaines afin d’approfondir et de peaufiner leurs aptitudes en écriture. Du 17 janvier au 24 mars 2024, les finalistes seront encadrés par des conseillères et conseillers à la scénarisation jusqu’à la rédaction d’une version finale de leur projet de court métrage. Ils et elles bénéficieront de formations données par L’inis, ainsi que de rencontres professionnelles dans le cadre des Rendez‑Vous Québec Cinéma et du Festival REGARD. Une accréditation professionnelle sera offerte à tous les finalistes pour ces deux festivals.

Les finalistes 2023-2024 sont :

Thomas Dufour

Projet : Garage double - Montréal

Arthur et sa sœur jumelle, Juliette, veillent sur leur mère malade dans la maison qui les a vus grandir. En attendant que la mort vienne, les jumeaux reçoivent des visites de maison; ils doivent absolument régler rapidement l’héritage et trouver un acheteur. C’est alors qu’arrive Marie, qui cherche un logement plus grand pour fonder une famille. La visite se déroule bien jusqu’à ce que Marie demande à visiter la chambre où la mère passe ses dernières heures. Pendant les quelques minutes que Marie passe seule dans cette chambre, la mère lui raconte ses pires secrets, ses pires hontes, avant de trépasser. Les jumeaux n’ont d’autre choix que de s’en remettre à cette acheteuse potentielle, qui devra leur raconter ce que leur mère n’a jamais osé leur dire.

Léalie Ferland-Tanguay

Projet : C’est ma sœur - Rosemère

Camille, vingt-deux ans, rêve de faire partie d’une troupe de danse prestigieuse. Elle peaufine sa chorégraphie depuis plusieurs mois, et se présente le jour de l’audition sans envisager que sa trisomie puisse poser un problème. Sa sœur, Agathe, vingt-quatre ans, se retrouve dans l’obligation de l’accompagner. Malgré l’exaspération qu’Agathe ressent devant Camille qui ne cesse de fignoler sa routine, elle devient dragon lorsque celle-ci se voit refuser l’accès à son audition. Les juges recommandent à Camille de tenter sa chance pour faire partie d’une troupe de danse adaptée aux artistes «comme elle», c’est-à-dire, vivant avec une déficience intellectuelle.

Antoine Foley-Dupont

Projet : Le plafond pleure - Montréal

Dans une chambre de motel, un homme mystérieux lutte contre une fuite au plafond en utilisant sa valise pour recueillir l’eau. Son attention est attirée par le tumulte d’un groupe de jeunes qui arrivent dans le stationnement. L’homme remarque qu’une des jeunes filles possède un beau sac à dos rose… La nuit tombe sur le motel. Assis sur son lit, l’homme mange une clémentine et écoute la musique du groupe de jeunes qui lui parvient à travers la cloison. Dans leur chambre, la fête bat son plein, les verres se vident et une drogue se passe de main en main. Soudain, on cogne à la porte, c’est l’homme mystérieux qui implore leur aide. Semble-t-il qu’il sort tout juste de prison et qu’il aimerait offrir un cadeau à sa fille de dix ans, mais l’argent lui manque…

Diego Rojas

Projet : The Lost Embraces - Québec

Alonso est seul dans une clairière calme. Soudain, il aperçoit un homme barbu et, derrière lui, un adolescent au dos couvert de cicatrices. Alonso essaie de parler à l’homme barbu, en vain. La voix d’Aleida fait revenir Alonso de «l’autre côté» et il réapparaît dans le monde réel. Mme Kasongo demande à Alonso d’essayer de parler à nouveau à son mari décédé, mais Alonso l’a perdu. Cédant à la pression d’Aleida, Alonso retourne seul «de l’autre côté» et reprend contact avec l’adolescent. C’est Rigo, son petit frère décédé.

Diana Roldán

Projet : Arepas - Westmount

Amparo, une étudiante diplômée de Bogota, est confrontée à un fort sentiment d’isolement après avoir déménagé à Montréal. Seule dans une nouvelle ville, elle a du mal à trouver sa place, noyée dans les défis que l’école représente et par l’absence de soutien. Lorsque sa mère Marta lui rend une courte visite, le simple fait de préparer des arepas traditionnelles colombiennes devient une force puissante qui ramène Amparo à la vie. Arepas capture le pouvoir de transformation de l’amour, de la nourriture et de la connexion.

Sarah Warren

Projet : La nuit tous les chats sont gris - Montréal

Récemment séparée de Fannie, son ex-copine, Jeanne, vingt-cinq ans, doit aller garder le chat de sa grand-mère, qui n’est pas au courant de son orientation sexuelle. Elle se résigne à passer la première semaine de sa peine d’amour seule dans la banlieue ennuyante où réside Fripon, matou gris. Quand Fripon s’évade, Jeanne part à sa recherche lampe de poche à la main. En parcourant les rues désertes du quartier, elle croise d’abord Doris, soixante-quinze ans, une voisine de sa grand-mère. Leur échange malaisant amène Jeanne à se sentir coupable et à reprendre sa quête. Près d’un boulevard désert, un motard de soixante ans, l’interpelle. D’abord méfiante, Jeanne finit par baisser sa garde. Sur le chemin du retour, Jeanne, qui espère encore trouver le matou en cavale, reçoit l’aide de Tommy, un ado skateur.

Yuan Zha

Projet : Xiao Bai - Montréal

Xiao Bai (six ans) en est à sa première journée d’école dans un nouveau pays. Malgré cet environnement étranger, la possibilité de tisser des liens d’amitié avec ses camarades d’école le motive à tenter d’apprivoiser cette nouvelle vie. Cependant, la barrière de langue et la tendance chez les jeunes enfants d’exclure les autres poussent Xiao Bai à l’isolement. Le jeune héros se résout à se divertir seul à travers la collection d’objets banals. Nous sommes alors témoins de son monde imaginaire où la magie fait office de remède à la solitude.

Prix offerts

Le grand prix Cours écrire ton court, d’une valeur de près de cent trente mille dollars (130 000$), permettra au projet lauréat un passage accéléré en production. La SARTEC et la WGC remettront respectivement une bourse de deux mille dollars (2000$) au scénario le plus achevé (en français et en anglais), autre que celui couronné du grand prix, alors que le Bureau du cinéma au Saguenay offrira une bourse de deux mille dollars (2000$) au scénario ayant le mieux incarné la régionalité dans ses lieux, son histoire ou ses personnages.

Cours écrire ton court – Édition 100 % région
la SODEC dévoile les lauréats

C’est dans le cadre du festival REGARD que la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) a remis le 25 mars 2023, à Saguenay, les trois prix du concours Cours écrire ton court – Édition 100 % région, qu’elle organise en collaboration avec les Rendez-vous Québec Cinéma, le Festival REGARD et la Société des auteurs de radio, télévision et cinéma (SARTEC).

Le grand prix Cours écrire ton court, d’une valeur approximative de cent trente mille dollars (130 000$), a été décerné à Jeanne Carrière pour son scénario BIGFOOT. Ce grand prix permet un passage accéléré en production et comprend une bourse pour la scénariste gagnante et un soutien en production de la SODEC. Différents services en équipements de tournage et en services de postproduction, juridiques, de diffusion et de consultation sont offerts par les partenaires du concours.

«Le jury a été particulièrement interpellé par l’écriture cinématographique du scénario et pour l’utilisation originale et mystérieuse de la légende du bigfoot. Le scénario se démarquait aussi par le traitement tout en subtilité de la thématique de la violence conjugale et du trauma, par la qualité des dialogues et par ses personnages hautement attachants», a souligné Johanne Larue, directrice générale du développement et de la production audiovisuelle à la SODEC et présidente du jury final du concours.

Le prix SARTEC, d’une valeur de deux mille dollars (2 000$), récompensant un scénario francophone qui se démarque par sa qualité, son inventivité et son état d’achèvement, a été remis à Normand Junior Thirnish-Pilot pour son projet Mishta Shipu qui s’est distingué par l’aspect épique du récit, sa haute charge émotive nuancée par des touches d’humour, le côté à la fois sombre et lumineux du scénario et sa finale magnifique et ouverte.

Le prix Bureau du cinéma de Saguenay, nouveau cette année dans le cadre de l’édition 100 % région, récompense le scénario étant le mieux ancré dans des lieux mettant en valeur la richesse du territoire et mettant de l’avant des personnages marqués par une réalité régionale québécoise distincte. Le prix, d’une valeur de deux mille dollars (2 000$), a aussi été remis à Normand Junior Thirnish-Pilot pour Mishta Shipu en raison de l’incarnation du territoire au cœur même de l’histoire, de sa représentation digne, sublime et ancrée, et de l’utilisation d’une langue qui lui est profondément liée (l’innu-aimun).

Enfin, tous les finalistes ont reçu un certificat d’une valeur de trois cent cinquante dollars (350$), valide à l’achat d’un cours d’introduction ou de perfectionnement offert par L’institut national de l’image et du son (L’inis), le partenaire de formation du concours.

Un travail d’écriture approfondi avec des scénaristes professionnels

Sept scénaristes étaient en lice pour la finale. Ils ont été sélectionnés parmi les soixante-quinze candidatures soumises au concours, provenant de treize régions administratives du Québec, et ont été accompagnés par des conseillères et des conseillers à la scénarisation professionnels qui les ont guidés vers la rédaction d’une version finale de leur scénario, présentée au jury :

Romy Boutin St-Pierre (Miroir ô miroir), conseillée par Jeanne Leblanc (SARTEC);

Nora Burlet (Tant que nous sommes immortelles) conseillée par Duncan McDowall;

Jeanne Carrière (BIGFOOT), conseillée par Isabelle Pruneau-Brunet (SARTEC);

Simon Chouinard (Pathos), conseillé par Guillaume Lambert (SARTEC);

Souley Keïta (À quoi pensais-tu?), conseillé par Sébastien Pilote (SARTEC);

Normand Junior Thirnish-Pilot (Mishta Shipu), conseillé par Guillaume Fournier (SARTEC);

Yves Whissell (Ça ne dure qu’un temps), conseillé par Eric K. Boulianne (SARTEC).

Remerciements

La SODEC remercie chaleureusement la porte-parole du concours, Nellie Carrier, réalisatrice, productrice et lauréate du grand prix Cours écrire ton court de l’édition 2018-2019, le modérateur et animateur du concours, Daniel Racine, journaliste, critique et programmateur, de même que les membres du jury final : Hugo Bossaert, délégué aux relations d’affaires, SODEC; Eli Jean Tahchi, cinéaste et photographe; Zoé Pelchat-Ouellet, réalisatrice et scénariste; Jocelyn Robert, coordonnateur régional, direction de La Fabrique culturelle et des partenariats; Marie-Elaine Riou, coordonnatrice, Bureau du cinéma et tourisme culturel, Promotion Saguenay.

© 2012-2024 Les éditions Pommamour.
Tous droits réservés.
Politique de confidentialité