Dans nos Laurentidess logoÉdition du 22 mai 2024 / 601e édition
12
Dans sa douzième année!
Mise à jour: 13 mai 2024
Festival des arts de Saint-Sauveur
Le Festival des Arts de Saint-Sauveur

Convaincu de l’importance fondamentale de la culture dans notre société, le Festival des Arts de Saint-Sauveur s’est hissé parmi les événements majeurs du domaine des arts et de la culture au Québec et au Canada. Le FASS est maintenant le plus grand présentateur de danse en région au pays, autant par le nombre de spectacles à grand déploiement qu’il présente que par l’ampleur de sa fréquentation. Le Festival accueille depuis près de trente ans, les plus grands artistes de la danse et de la musique de la scène nationale et internationale dans le cadre enchanteur du village de Saint-Sauveur.

Le directeur artistique Guillaume Côté signe la programmation du Festival des Arts de Saint-Sauveur depuis 2014 et son expérience conjuguée à celle qu'il a acquise dans le cadre de ses activités de danseur, compositeur et chorégraphe l'a amené à actualiser le mandat du Festival tout en mettant davantage d’accent sur la création, la diversité et le soutien des créateurs québécois.

Fondé en 1992 sous l’appellation de Festival des Arts Hiawatha, le Festival fut renommé le Festival des Arts de Saint-Sauveur en 1997. En 2000, le Festival des Arts de Saint-Sauveur se voit remettre pour une première fois, une mention spéciale du jury pour «l'Événement Culturel des Laurentides» aux Grands Prix du Tourisme des Laurentides. Par la suite, il a été lauréat en 2007, 2008 et 2014 du «Grand Prix du Tourisme» et du «Prix Ambassadeur culturel des Laurentides 2009» dans la catégorie : Festivals et Événements culturels.

Sous la direction générale d’Etienne Lavigne, le FASS assume son rôle de chef de file dans son milieu artistique et est reconnu comme «Centre d’excellence» dans les Laurentides. Il contribue activement à établir les bases d’un véritable pôle culturel, dont le rayonnement dépasse désormais les frontières de la région.

FASS 2021
Bénévoles recherchés

Toutes les personnes intéressées à se joindre à l’équipe des bénévoles du Festival des Arts pour l’édition 2024 sont invitées à une séance d’information et d’inscription qui aura lieu mardi, le 28 mai 2024, à seize heures trente, au Chalet Pauline-Vanier, situé au 33, avenue de l'Église, à Saint-Sauveur.

Bienvenue à tous !

Rêve, espoir et jubilation au trente-troisième Festival des Arts de Saint-Sauveur

Saint-Sauveur accueillera le trente-troisième FASS du 24 juillet au 4 août. Sous le Grand Chapiteau, les spectacles de haut calibre incluront des créations, des concerts et des œuvres multimédias. Des artistes de renommée internationale nous feront passer des moments inoubliables sur scène, ainsi que dans les sentiers de Ste-Adèle et du parc John-H.- Molson.

«La danse est plurielle, inclusive et une richesse infiniment renouvelable. Elle transcende les frontières, les époques et les styles pour s’adresser à ce qui nous unit en tant qu’êtres humains. Elle cherche, interroge et révèle, nous apportant du rêve et de l’espoir, de la jubilation et de l’apaisement» a déclaré Guillaume Côté, directeur artistique du FASS.

Le mercredi, 24 juillet, la Gibney Dance Company inaugurera ce trente-troisième FASS avec The Fugue, chorégraphié par Twyla Tharp, inspirée par la pièce BWV 1079 de Jean-Sébastien Bach. Également au programme, Bliss du chorégraphe Johan Inger utilise le légendaire Köln Concert du pianiste de jazz Keith Jarrett qu’Inger traduit en une danse magnifique, plongeant le public dans le parfait bonheur. Couronnant la soirée, la première mondiale d’une création de Mthuthuzeli November tisse des liens entre danse contemporaine et danse africaine pour faire naître un espace de guérison spirituelle.

Les jeudi, 25, et vendredi, 26 juillet, les populaires Soirées des étoiles offriront la chance de voir d’extraordinaires danseurs issus du New York City Ballet, du Boston Ballet, du Ballet national du Canada et de l’École supérieure de ballet du Québec. Le FASS est le seul diffuseur au pays à présenter ce type de gala, dont le mot d’ordre est l’excellence dans les registres classique, néoclassique et contemporain.

Le 27 juillet, Social Tango Project de la chorégraphe multidisciplinaire Agustina Videla amène d’Argentine douze danseurs, quatre musiciens et une chanteuse pour recréer une milonga. Danse, musique, projections et film documentaire se conjuguent pour composer une expérience authentique et immersive. À la suite du spectacle, la scène se transformera en piste de danse pour que le public puisse activement prolonger l’expérience.

Dimanche, 28 juillet, la pianiste et compositrice Alexandra Stréliski fait sa première apparition à Saint-Sauveur pour présenter le spectacle tiré de Néo-romance, son dernier album à succès, un hommage à l’amour et à l’imaginaire enveloppé dans une scénographie immersive imaginée avec les créateurs français du Cirque Leroux. Accompagnée d’un trio à cordes, Alexandra décloisonne l’univers classique et voyage à travers différents tableaux visuels inspirés des grands courants de l’histoire de l’art.

Le mercredi, 31 juillet, l’Orchestre Métropolitain sous la direction de Yannick Nézet-Séguin revient au FASS avec un programme riche, constitué d’œuvres liées à la danse, de compositeurs très divers : Johann II Strauss (Kaiser-Walzer), Manuel De Falla (El sombrero de tres picos : Suite no 1), Antonín Dvořák (Danses slaves, opus 46, no 3), Johannes Brahms (Danse hongroise no 5), Mel Bonis (Danse sacrée), Georges Bizet (Suite de Carmen no 1), Claude Champagne (Danse villageoise), Leonard Bernstein (Three Dances from “Fancy Free”), Florence Price (Dances in the Canebrakes) et Silvestre Revueltas (Janitzio)

Le jeudi, premier août, In My Body de BBOYIZM (en collaboration avec le Centre de Création O Vertigo — CCOV) du danseur et chorégraphe Crazy Smooth réunit des interprètes de plusieurs générations et une équipe de création internationale pour une exploration intensément athlétique sur le développement identitaire et les conséquences inéluctables du vieillissement chez les danseurs et danseuses de rue. In My Body est accompagné́ de la poésie d’Alejandro Rodriguez, récitée sur les rythmes de DJ Shash’U.

Vendredi, 2 août, le FASS présente en primeur Burn Baby Burn, de CÔTÉ DANSE. Cette nouvelle création de Guillaume Côté est une fresque brûlante d’actualité doublée d’une métaphore puissante de notre déni généralisé des changements climatiques, qui tire la sonnette d’alarme et souligne l’urgence d’agir.

Samedi, 3, et dimanche, 4 août, Contemporary Dance 2.0 est le fruit d’une formidable collaboration entre le danseur et chorégraphe québécois Éric Gauthier (Gauthier Dance// Dance Company Theaterhaus Stuttgart) et Hofesh Shechter. Dans cette œuvre prodigieusement originale qui emprunte autant à la rave qu’au théâtre, des groupes de danseurs se reforment sans cesse comme dans un kaléidoscope, sur une bande sonore électronique.

En marge du Grand Chapiteau, le festival propose un éventail d’activités gratuites pour tous les goûts et les générations: performances de Jera Wolfe, Natasha Kanapé Fontaine, Sarah Bronsard, Adrian Batt, Aly Keita, Lady C et SANA Danse projet dans les Sentiers de la danse du parc John-H.- Molson, projections de films cultes (Billy Elliot de Stephen Daldry et Dansons sous la pluie de Stanley Donen et Gene Kelly), vendredis en musique et samedis dansants, Dance Battle et Matinée Jeunesse avec Bouge de là seront autant d’occasions de se réunir pour vivre l’art ensemble.

Grâce à des partenariats avec des diffuseurs et d’autres municipalités, Ample Man Danse, Aly Keita et SANA Danse projet parcourront les Sentiers de la danse à Sainte-Adèle, une démonstration de breaking et de popping se tiendra au Sommet Saint-Sauveur, et les courts métrages finalistes du Festival international de films de danse FASS Forward seront projetés au Théâtre du Marais, à Val-Morin.

Parallèlement aux activités du festival en lien avec son implication citoyenne, le projet de médiation culturelle «Mouvement de passage FASS» amène danse et musique à des aînés en perte d’autonomie, vivants avec une maladie ou en fin de vie. Au fil d’un parcours déambulatoire improvisé, interprètes et musiciens se déplacent de chambre en chambre dans des résidences pour aînés afin d’aller à leur rencontre pour leur offrir un moment de contact humain, d’émerveillement et d'apaisement.

© 2012-2024 Les éditions Pommamour.
Tous droits réservés.
Politique de confidentialité