Dans nos Laurentidess logoÉdition du 22 mai 2024 / 601e édition
12
Dans sa douzième année!
Mise à jour: 11 avril 2024
Beyries lance le vidéoclip de la chanson Momzie
deuxième extrait de l’album Du feu dans les lilas

La peau de tes mains

Tachée

Comme celle des platanes

Le soir, plus tard

Quand tu places sous les draps ton corps

Et son histoire

Il y a quelque chose d’immobile dans ta vie

Mais aussi

Quelque chose comme

Quelqu’un

Qui t’aime

Beyries dévoile le vidéoclip émouvant et magnifique de son deuxième extrait : Momzie. Ce lancement survient tout juste après le succès de son dernier album, Du feu dans les lilas, acclamé par la critique depuis sa sortie en février 2024. L'album, loué pour sa puissance, sa poésie et sa luminosité, s'est rapidement hissé au sommet des ventes francophones au Canada.

Momzie, c’est le surnom de la grand-mère maternelle de Maxime Le Flaguais, poète et parolier qui signe le texte de la chanson, sur une musique de Pierre-Philippe Côté. Une célébration de cette femme généreuse, avenante, politisée. Une lumière sur la transmission des valeurs et la richesse du vécu d’une personne âgée. Une histoire de résilience féminine aussi. La réalisatrice Eva Van den Bulcke, derrière le dernier clip de Beyries, Du temps, offre une vidéo où l’on retrouve l’artiste qui interprète Momzie dans l’intimité de la demeure d’Azilda, âgée de quatre-vingt-treize ans, en compagnie de sa fille Jeanne, sa proche aidante. Entrecoupé d’images à vol d’oiseau de la nature hivernale et d’autres du quotidien de Jeanne et Azilda, voilà un vidéoclip d’une très grande beauté et d’une tendresse infinie.

Beyries/Du feu dans les lilas
Beyries lance Du feu dans les lilas

C’est la sortie attendue de l’album Du feu dans les lilas, le premier en français de Beyries. Ainsi sont dévoilées huit chansons à la fois immenses et douces, dont Maxime Le Flaguais signe les textes. Un album nuancé, introspectif et délicat, créé sur cinq ans. Un album d’amitié, aussi.

«On a eu envie de laisser le plus d’espace possible aux textes de Maxime qui a une façon d’écrire, une écriture universelle, qui m’interpelle beaucoup. Venant du théâtre, il m’a aussi guidée dans l’interprétation de ses mots. C’est dans la confiance, la vulnérabilité, qu’on a créé ces chansons. On a pris notre temps, on a ralenti pour mieux être, pour mieux entrer à l’intérieur de nous. Maintenant, j’aimerais que les gens partagent avec nous le bonheur de s’arrêter, de réfléchir, d’échanger, d’écouter et qu’ils imaginent leur propre univers.» — Beyries

Du feu dans les lilas est réalisé par Joseph Marchand (Pierre Lapointe, Forêt), guitariste que l’on entend en compagnie de Robbie Kuster aux percussions, d’Albin de la Simone et François Lafontaine au piano et synthétiseurs et d’un quatuor à cordes formé de Chantal Bergeron, Ligia Paquin, Annie Gadbois et Dominic Guilbault.

Beyries et Idan Raichel (Derrière le jour) signent les musiques de cette splendide courtepointe de pièces où chacune déploie un monde qui lui est propre, et les livre de cette voix qui berce et qui bouleverse.

Du feu dans les lilas

La seconde / Une chanson sur les désillusions de la séduction et les défis que comportent les relations d’intimité. Sur l’importance de la vulnérabilité face à l’autre pour créer un réel engagement, et atteindre un lien fort, durable.

Vallées / Un hommage au cinéaste Jean-Marc Vallée, ami de Beyries et de Maxime, disparu subitement en décembre 2021.

Momzie / Surnom de grand-maman Le Flaguais, Momzie est une célébration de cette femme généreuse, avenante, politisée. Une histoire de résilience féminine. Une lumière sur la transmission des valeurs et la richesse du vécu d’une personne âgée.

Du temps / Une prière à soi-même. L’introspection, l’autocompassion, la prise de conscience de qui l’on est pour grandir comme être humain. Les belles choses sont généralement celles qui nécessitent du temps.

Derrière le jour / Chanson philosophique sur la fatalité, le déterminisme et notre soumission à l’ère du temps, portée par une musique de l’ami Idan Raichel et interprétée en duo avec le talentueux artiste français Albin de la Simone.

Il y a ce moment / Interlude instrumental de Beyries

Il y a cet endroit / Interlude instrumental de Hraïr Hratchian

Bora Bora / C’est l’absence parentale et les fausses promesses qui viennent parfois avec. La recherche de l’équilibre entre la réalité du quotidien et les regrets. On y entend le doudouk (hautbois arménien) de Hraïr Hratchian et la harpe d’Éveline Rousseau.

La promesse / Un serment à soi-même. Le courage d’endiguer ses émotions pour mieux aimer et être aimé.

Le phare / Un texte sur la mort écrit il y a presque dix ans par Maxime et retrouvé par son père à la fin de 2022. Une synchronicité belle, mais bouleversante.

Du feu dans les lilas, tout premier disque en français par Beyries, paraît sur étiquette Audiogram et est disponible sur l’ensemble des plateformes numériques.

Beyries dévoile Derrière le jour

Sur nos passions

L’araignée file

Pris dans sa toile

Nous apprenons

Les lettres fragiles

De nos noms

À quelques semaines de la sortie attendue chez Audiogram de l’album Du feu dans les lilas, son premier en français, Beyries en dévoile un second extrait : Derrière le jour. Sur des paroles de Maxime Le Flaguais et une musique d’Idan Raichel (grande vedette en Israël qui aime rassembler des collaborateurs de toutes origines et de toutes confessions autour de sa musique), Beyries chante cette chanson émouvante, douce et impressionniste, aux côtés de son complice français Albin de la Simone.

«Derrière le jour est née en 2018 d’une mélodie composée et jouée au piano par Idan Raichel — artiste et ami israélien. Il m’a envoyé une démo en me demandant si j’avais envie d’écrire un texte en français. Je me suis naturellement tournée vers Maxime LeFlaguais, avec qui j’avais déjà entamé une collaboration plutôt fructueuse (J’aurai cent ans, Au-delà des mots, Nous sommes). Il a finalement signé l’entièreté des paroles et quand le projet d’album en français a commencé à se concrétiser, la chanson a été retenue.» — Beyries

Après la sortie à l’automne 2023 de Du temps, voilà une nouvelle chanson folk sans artifice, soulevée par moment par un poignant quatuor à cordes (Chantal Bergeron, Ligia Paquin, Annie Gadbois, Dominic Guilbault). Évoquant le début, la fin, et entre les deux, l’amour, Derrière le jour est réalisée par Joseph Marchand (Pierre Lapointe, Forêt), as guitariste que l’on entend en compagnie de Robbie Kuster aux percussions.

Mixé et masterisé par Jean-Louis Pierrot (Étienne Daho, Jane Birkin) en France, là où Beyries a en partie créé ce prochain album qu’elle tend aussi au public européen, Du feu dans les lilas paraît le 9 février 2024 sur l’ensemble des plateformes numériques.

Beyries dévoile Du temps

Entourée d’une nouvelle équipe, celle de la maison de disques Audiogram, c’est aujourd’hui que Beyries dévoile Du temps, le tout premier extrait d’un album complètement en français, Du feu dans les lilas.

Une chanson sans artifice, dont elle signe la musique sur un texte de Maxime Le Flaguais, qui évoque avec poésie la fin de la résistance, les armes rendues, le début de quelque chose qui ressemble peut-être au bonheur… Un morceau folk enveloppant, où l’on retrouve la voix de Beyries, si naturellement belle, bouleversante de douceur, le piano d’Albin de la Simone, les percussions de Robbie Kuster et les synthétiseurs de François Lafontaine.

Beyries a confié la réalisation des chansons de son prochain album à Joseph Marchand (Pierre Lapointe, Forêt), un musicien, as guitariste, dont elle admire la sensibilité. Pour l’écriture des textes, la musicienne fait une fois de plus appel à la plume sensible de son complice Maxime Le Flaguais. Mixé et masterisé en France par Jean-Louis Pierrot (Étienne Daho et Jane Birkin), l’album Du feu dans les lilas, le troisième de Beyries, est attendu en 2024, sur étiquette Audiogram.

Du temps est accompagné d’un clip inspiré, tourné dans la magnifique région de La Malbaie, réalisé par Eva Van Del Bulcke et produit par Septième.

Un peu plus sur Beyries

Beyries fait paraître son premier album Landing en 2017. Ce dernier qui réunit des pièces apaisantes et sensibles aux accents folk et pop est accueilli chaleureusement par le public et par la critique. Rapidement, Beyries parcourt les routes de la province et voyage à l’étranger pour aller à la rencontre de son public grandissant. Le disque est même nommé dans les catégories Album de l’année – Anglophone (2017) et Spectacle de l’année au gala de l’ADISQ, tandis que l’artiste reçoit le prix André «Dédé» Fortin de la fondation de la Société professionnelle des auteurs et des compositeurs du Québec en 2018. La chanteuse offre trois ans plus tard Encounter, album qui aborde l’autodécouverte à travers la musique, la vie de tournée et les rencontres, car, pour Beyries, la musique est une façon de bâtir des ponts et d’établir des connexions. À l’été 2023, elle revient avec le simple What About Hiding, coécrit et produit par l’Américain Aben Eubanks (Kelly Clarkson, Ariana Grande), et son adaptation française Seule sans toi, signée par l’auteur-compositeur-interprète Doriand (Mika). L’artiste cumule à ce jour près de trente millions d’écoutes sur les plateformes numériques.

© 2012-2024 Les éditions Pommamour.
Tous droits réservés.
Politique de confidentialité