Dans nos Laurentidess logo Édition du 23 novembre 2022 / 523e édition
11
Dans sa onzième année!
Mise à jour: Il y a 4 jours
Un nouveau vidéoclip et une bande dessinée pour Dear Illusion

Le vendredi 11 novembre 2022, l'auteur-compositeur-interprète Steve Hill proposait son douzième album, Dear Illusion, via sa propre étiquette de disques, No Label Records. Après trois ans de préparation, le nouvel album est disponible sur toutes les plateformes numériques, en magasin et en version vinyle. Une sauce piquante et une bande dessinée sont aussi disponibles à l’effigie de l’album.

Dear Illusion, acclamé par la critique tant au Québec qu’à l’international

Le guitariste fait preuve d’une maîtrise parfaite - Alexandre Vigneault, La Presse

Ça mord, ça grogne, ça lève - Sylvain Cormier, Le Devoir

Ça sonne comme une tonne de briques (...) vocalement il nous emmène ailleurs - En direct, ICI Première Mauricie–Centre-du-Québec

One of the year’s most thrilling moments - Classic Rock

Steve Hill is back with his most personal and reflective album of his career - Powerplay

With rampant sincerity and melodic finesse, Hill has made an outstanding record - R’N’R

Dear Illusion makes a very fine Christmas gift for blues lovers who like their blues full-throttled, loud & proud - Blues Matters

Steve Hill présente un tout nouveau clip, pour la pièce Don't let The Truth Get In The Way (Of A Good Story), dans la lignée humoristique du précédent (Everything You Got). L’artiste est une fois de plus accompagné de son ami de longue date, Johnny Pilgrim, qui réalise d’ailleurs aussi ce clip.

Steve Hill - Don't Let The Truth Get In The Way (A Good Story)

Il m'a fallu beaucoup de temps pour terminer Don't Let The Truth Get In The Way (Of A Good Story), se souvient Steve. J'ai commencé à y travailler il y a six ans, après l'élection de Trump. J’y aborde les faits alternatifs, mais aussi les médias sociaux et notre dépendance à ceux-ci. Prétendre que tout va bien alors que ce n'est pas le cas, choisir de faire semblant parce que c'est plus facile que d'affronter la vérité quand la vérité n'a plus d'importance.

Dear Illusion, une bande dessinée en édition limitée

Avant de faire de la musique, le dessin était ma passion. Je voulais écrire des bandes dessinées. J’en ai collectionné sporadiquement toute ma vie jusqu'à il y a cinq ans, quand c'est devenu une obsession. La bande dessinée est une grande forme d'art, c'est comme écrire une chanson, elle raconte une histoire en peu de temps. Si vous avez lu Alan Moore, Stan Lee, Jack Kirby ou Ed Brubaker, vous savez de quoi je parle!

Je suis entré en contact avec l'artiste de bande dessinée Rob Cannon par le biais d'une amitié commune. Je l’ai approché pour dessiner la pochette de mon précédent album, Desert Trip et il a fait un travail fantastique. J'adore cette pochette d'album. Quand est venu le temps de Dear Illusion, il était évident qu'il était le choix #1 et il est allé encore plus loin pour cet album. J’ai donc décidé d’aller vers la bande dessinée. Il a pris les thèmes de l'album, le paysage visuel de Desert Trip et en a fait une histoire de science-fiction métaphorique à laquelle je n'aurais jamais pu penser, tout en conservant l'essence et le sens des chansons. C'est de l'art.

En décembre, Steve Hill présentera Garage chez Steve Hill, une série de capsules où ce dernier rencontre divers artistes pour des entrevues et des prestations.

Un douzième album pour Steve Hill

Après trois ans de préparation, Steve Hill est de retour avec un douzième album en carrière, probablement son meilleur à ce jour en termes de maturité et d'exécution.

Pour cet album, qui célèbre ses vingt-cinq ans de carrière, le multi-instrumentiste s’est entouré d’une section de cuivres, The Devil Horns, ainsi que du batteur de l'année aux UK Blues Awards, Wayne Proctor (AA Williams, Oli Brown, King King, Ben Poole).

Parmi les collaborateurs d’écriture, notons Joshua Parlett, un partenaire de longue date qui a coécrit avec Steve Hill sur cinq de ses albums, dont Solo Recordings Volume 2 qui s’est mérité un prix Juno en 2014, ainsi que le québécois d’origine Johnny Pilgrim, qui habite depuis des années à Los Angeles. On voit d’ailleurs ce dernier partager le plancher avec l’artiste dans le clip Everything You Got.

Agissant aussi à titre de réalisateur du clip, Pilgrim a été l’un des réalisateurs les plus demandés du métal, réalisant ou coréalisant des clips pour des dizaines d’artistes, dont Kiss (Crazy Crazy Nights), Guns N’ Roses (You Could Be Mine) et Def Leppard (Women et Love Bites) entre autres.

Everything You Got est une chanson positive; tu reçois ce que tu donnes, explique Steve Hill. J'aime le fait qu'il y ait beaucoup de riffs avant même que les voix arrivent et que dire du groove de Wayne Proctor, ajoute-t-il.

© 2012-2022 Les éditions Pommamour.
Tous droits réservés.