Dans nos Laurentidess logoÉdition du 19 juin 2024 / 605e édition
12
Dans sa douzième année!
Mise à jour: 27 mai 2024
Centre d'exposition de Val-David
Le Centre d'exposition de Val-David

Le Centre d’exposition de Val-David est un organisme sans but lucratif issu de sa communauté ayant pour mission de faire connaître, apprécier et promouvoir le travail des artistes et artisans professionnels par le biais d’expositions, d’un programme éducatif dynamique et de projets spéciaux novateurs.

La vocation actuelle de la Maison du Village est la diffusion des arts visuels, dans le prolongement d’une tradition implantée par des artistes et des artisans venus s’installer à Val-David dans les années 1960.

Ce noyau de jeunes visionnaires, enthousiastes et actifs, qui y habitent encore aujourd’hui et en ont attiré d’autres, ont transformé pour toujours ce paisible village agricole en village d’art. Dans les années 1970, ils tenaient l’été le Marché des artisans, et artistes et artisans offraient des cours aux jeunes et à la population.

Au début des années 1980, ils se regroupaient en association, les Créateurs associés. Ils achetaient une petite maison sur la rue principale du village, en doublaient l’espace pour y aménager deux salles d’exposition et une boutique d’art.

En plus de monter d’importantes expositions de leurs membres mais également d’artistes de l’extérieur de la région, les Créateurs associés, au nombre d’une cinquantaine, organisaient l’été des festivals d’art, des symposiums de peinture et de sculpture et des tournées de visite de leurs ateliers.

Aujourd'hui, le Centre d'exposition de Val-David fait partie de la liste des lieux reconnus Contexte professionnel - Lieux, organismes et événements en arts visuels et métiers d'art dans le cadre du programme d'intégration des arts à l'architecture et à l'environnement des bâtiments et des sites gouvernementaux et publics du Québec (Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine).

Susan Edgerley
Résonance solo & duo
Susan Edgerley
Donald Robertson
Résonance solo & duo
Donald Robertson
Suzanne FerlandL
Lourd silence
Suzanne FerlandL

Le seul alchimiste capable de tout changer en or est l’amour.

Anaïs Nin

La haine tue toujours, l’amour ne meurt jamais.

Gandhi

Depuis l’aube des temps, des femmes et des hommes vivent ensemble sur terre. Et pourtant. Tant d’écarts, tant de différences. S’il y a beaucoup d’amour, il y a aussi beaucoup de violence tue, d’un continent à l’autre, d’une ère à l’autre, qu’importent les cultures, les religions. Deux versants de la dualité de nos civilisations se heurtent alors que l’amour rapproche même ce qui est dissemblable tandis que la haine continue de diviser ce qui aurait pu s’unir au risque de le détruire et de le tuer. À l’heure actuelle, la polarisation de notre monde prolifère au quotidien et se nourrit d’antagonismes mortifères. En contrepoint, les deux expositions présentées au Centre nous amènent alternativement dans ces univers en tension.

Résonance solo & duo marie les œuvres de Susan Edgerley et Donald Robertson, ce remarquable couple de sculpteurs de verre, si inspirés et inspirant , des artistes émérites unis depuis quarante ans de vie professionnelle et amoureuse par le ferment de la création. Véritable plongée au for intérieur de leurs démarches artistiques, les pièces sélectionnées vous feront voir à travers la profondeur de la matière explorée et des formes empruntées la nature des éléments premiers évoqués incarnés dans le verre : l’eau, l’air, le feu, la terre. Le temps cyclique transparaît au gré des sculptures, des dessins et des installations tournés vers une poésie cosmique.

Parcourir leurs œuvres, c’est ressentir la fluidité d’une quête commune fervente et ardente d’un mouvement qui recherche l’équilibre, dépasser la polarisation et favoriser une pensée du milieu au lieu d‘exacerber l’extrémisme. Porté par les forces du yin et du yang, leur art ouvre devant nous un champ de complémentarités autant par les formes symboliques mises en œuvre que par la manière de façonner le verre, tantôt massive, solide, tellurique tantôt plus ou moins aérienne, éthérée, céleste.

Avec Lourd silence, l’artiste multidisciplinaire Suzanne FerlandL convoque l’inaudible. Sa démarche va où cela demeure sans nom. Pourquoi se taire? A l’écoute du silence autour de la violence envers les femmes, ses installations défient les secrets, murmure d’un passé et d’un présent qui cherche à accéder à l’existence et continue de résoner dans un espace sans borne. Quand dire devient un interdit, une menace. Faire voir permet au silence d’accéder à l’existence et de partager le poids d’une histoire patriarcale ancestrale. Dans l’interstice, les mots et les images gravées, sculptées et dessinées évoquent les trous noirs où se dérobe le gouffre de la violence systémique envers les femmes. À qui parlons-nous lorsque nous nous taisons? Outre le silence qui cache, il y a aussi la sagesse immémoriale du silence qui ressource, qui montre de manière détournée et éveille avant tout à la conscience d’être les réserves d’amour du monde.

Jusqu'au 2 septembre.

Pour plus d'infos, cliquez.

© 2012-2024 Les éditions Pommamour.
Tous droits réservés.
Politique de confidentialité