Dans nos Laurentidess logoÉdition du 19 juin 2024 / 605e édition
12
Dans sa douzième année!
Mise à jour: Aujourd'hui
Maison de la culture et du patrimoine de Saint-Eustache
L'Espace muséal du Manoir Globensky

Situé au coeur du Vieux-Saint-Eustache, la Maison de la culture et du patrimoine est le point de départ de plusieurs circuits commentés ou audioguidés des attraits patrimoniaux de ce quartier historique.

Le manoir Globensky a abrité l'Hôtel de ville de Saint-Eustache jusqu'en 1986. Il devient la Maison de la culture et du patrimoine en 2005 et abrite désormais diverses expositions.

Acquis par la Ville de Saint-Eustache en 1961, ce magnifique bâtiment, converti en Maison de la culture et du patrimoine, est un joyau patrimonial et architectural. Situé en plein cœur du Vieux-Saint-Eustache, il est un lieu de rassemblements et de festivités.

En sa qualité de Maison de la culture et du patrimoine, il est possible de faire la visite des diverses expositions présentées au manoir, de façon autonome ou commentée.

Viens-t'en fêter à ma manière
Viens-t’en fêter à ma manière : Les Fêtes du Vieux Saint-Eustache
Nouvelle exposition temporaire qui éveillera les souvenirs!

Patrimoine culturel Vieux-Saint-Eustache (PCVSE) présente avec fierté sa toute nouvelle exposition temporaire : Viens-t’en fêter à ma manière : Les Fêtes du Vieux Saint-Eustache. La mise en valeur de cet événement permettra aux visiteurs de plonger au cœur de ces célébrations mythiques qui ont animé le quartier historique de 1973 à 1981.

Jusqu’au 11 mai 2025, à l’Espace muséal du manoir Globensky, les visiteurs auront l’occasion unique de découvrir l’évolution de ces festivités emblématiques à travers quelques artéfacts précieux, des photographies, des vidéos et des témoignages poignants. «Les nostalgiques pourront revivre l’atmosphère enivrante de ces festivités estivales qui ont rassemblé des milliers de personnes et découvrir comment ces fêtes ont ouvert la voie aux célébrations se déroulant aujourd’hui dans le Vieux-Saint-Eustache. L’exposition offre un aperçu fascinant des traditions, des coutumes et des moments marquants qui ont caractérisé les Fêtes du Vieux Saint-Eustache», de préciser M. Michel Goyer, président de PCVSE.

Plusieurs activités s’ajoutent à l’exposition afin de plonger dans le passé vibrant de Saint-Eustache et de célébrer l’héritage exceptionnel des Fêtes. Que ce soient de se tirer le portrait au photomaton, de participer à une activité de création d’une carte des fêtes : Les Fêtes à ta manière, ou à l’activité ludique de coloriage à partir de photographies des Fêtes du Vieux Saint-Eustache : Les Fêtes hautes en couleur, toutes contribueront à revivre ces célébrations animées qui ont marqué la vie de la communauté eustachoise pendant près d’une décennie.

Enfin, une grande soirée à l’image de ces festivités sera présentée le vendredi, 13 septembre 2024, lors de la veillée d’ouverture du Festival la galette, dans les jardins du manoir Globensky. Dès dix-sept heures, la population est invitée à venir s’imprégner de l’ambiance d’antan, sous la nostalgique thématique Viens-t’en fêter à ma manière, en compagnie de musiciens traditionnels qui seront en spectacle sur la Scène du bon vieux temps. Le Village des artisans, ainsi que des jeux d’adresse, agrémenteront également le moment. Il sera également possible de trouver tout ce qu’il faut pour boire et manger dans les différents camions de rue et kiosques, et bien sûr y déguster la traditionnelle galette de sarrasin.

«En 1974, sous l’impulsion de deux visionnaires, Gilbert-Gardner et Paul Tardif, les Fêtes du Vieux Saint-Eustache deviennent le premier festival de grande envergure de la ville, intégrant avec bonheur culture, histoire et patrimoine. La suite appartient à l’histoire, et la tradition de se rassembler et de fêter dans le Vieux-Saint-Eustache est désormais solidement ancrée, mais il est profondément émouvant de remonter à la genèse. Cette rétrospective promet d’être une expérience des plus enrichissantes à vivre pour les amateurs et amatrices d’histoire, de culture et de festivités. Nous vous y attendons en grand nombre!», conclut le maire de Saint-Eustache, M. Pierre Charron.

La présentation de cette exposition et ses activités sont rendues possibles grâce au soutien financier du gouvernement du Québec, de la Ville de Saint-Eustache et de Desjardins Caisse de Saint-Eustache – Deux-Montagnes, partenaire présentateur du Quartier historique du Vieux-Saint-Eustache.

Viens-t'en fêter à ma manière
Viens-t'en fêter à ma manière
Exposition Germain Beauchamp, maître photographe
La nouvelle exposition Germain Beauchamp : maître photographe

Patrimoine culturel Vieux-Saint-Eustache (PCVSE) dévoile une toute nouvelle exposition à la Maison Chénier-Sauvé rendant hommage au célèbre photographe eustachois, Germain Beauchamp, qui a été inaugurée en présence des membres de sa famille le 10 mai 2023.

Si vous avez fait votre scolarité ou vous vous êtes mariés dans la région entre 1970 et 2000, vous devez sûrement vous souvenir du photographe qui a immortalisé ces grands moments : Germain Beauchamp.

«En plus d’être un photographe reconnu qui a reçu de nombreux prix et distinctions pendant sa carrière, M. Beauchamp était également un grand collectionneur de toutes sortes d’objets, en particulier ce qui était lié à la photographie. Tout au long de sa vie, il a accumulé plusieurs anciens appareils et accessoires photo jusqu’à collectionner plus de mille appareils anciens!», de dire M. Michel Goyer, président de PCVSE.

«Depuis le décès de monsieur Beauchamp en 2019, ses filles, Josée et Manon, se sont assurées que ses collections soient conservées pour la postérité. Ainsi, elles proposent de léguer à la Ville de Saint-Eustache des artéfacts provenant la collection d’appareils photographiques de leur père en vue de les exposer auprès du grand public pour commémorer sa mémoire, étant donné qu’il a œuvré pendant soixante ans à titre de maître photographe à Saint-Eustache (de 1948 à 2008)», de préciser Nicole Carignan-Lefebvre, conseillère municipale et présidente de la Commission des biens, des sites patrimoniaux et de la toponymie.

En collaboration avec Patrimoine culturel Vieux-Saint-Eustache qui a réalisé les recherches et la mise en exposition, la Ville de Saint-Eustache a fait aménager un espace commémoratif à l’intérieur de l’exposition permanente présentée à la maison Chénier-Sauvé, dans le salon vitré.

Les objets de cette collection sont d’une grande valeur, et certains sont particulièrement fragiles. Pour des raisons de conservation, une rotation des objets de la collection se fera sur une base annuelle.

L’objet le plus fragile est assurément les deux daguerréotypes d’un homme et d’une femme pris en portrait, ayant survécu depuis déjà un siècle et demi! Même si l’image est fixée par des produits chimiques, l’image tend à s’affadir et à disparaître avec le temps au fur et à mesure qu’elle est exposée à la lumière. Comme nous souhaitons pouvoir préserver cet artéfact encore longtemps, il sera alors présenté la première année, et les portraits seront visibles lors d’évènements spéciaux.

Ainsi, nous vous encourageons à venir en grand nombre à visiter cette exposition, mais également de rester à l’affût et de surveiller sur nos réseaux sociaux et notre site Internet lorsque nous annoncerons la rotation des objets. Sur place, vous aurez accès à un outil descriptif, ainsi qu’un livret de l’ensemble de la collection avec lequel vous pourrez repartir.

La maison Chénier-Sauvé (83, rue Chénier, Saint-Eustache) est ouverte aux visiteurs tous les dimanches, de dix heures à seize heures, et l’accès est gratuit en tout temps.

Renseignements : www.vieuxsainteustache.com.

Sur la photo (de gauche à droite) : Nicole Carignan-Lefebvre, conseillère municipale, Josée Beauchamp, Manon Beauchamp, Raymond Tessier, conseiller municipale, Germain Lalonde, vice-président de Patrimoine culturel Vieux-Saint-Eustache.

La rébellion de 1837 dans le comté des Deux-Montagnes
La rébellion de 1837 dans le comté de Deux-Montagnes

La rébellion de 1837 dans le comté des Deux-Montagnes, marque un virage important dans l’interprétation de la mobilisation et de la résistance patriote de la région. En ce sens, l’exposition intègre un contexte sociopolitique élargi, les troubles de 1837 dans le comté des Deux-Montagnes s’inscrivant dans un bouillonnement politique propre à notre région.

L’exposition couvre les années 1827 à 1837. En fait, l’année 1827 marque un tournant indéniable dans l’histoire politique du comté des Deux-Montagnes (alors nommé York), d’abord, pour la guerre des subsides qui opposent au Bas-Canadales députés patriotes de Louis-Joseph Papineau au gouverneur Dalhousie, mais aussi dans la région en raison des agissements controversés du seigneur, lieutenant-colonel et député de la circonscription.

En 1834, la mobilisation réformiste dans Deux-Montagnes atteint un point de non-retour. Les élections tenues la même année, sur fond des Quatre-vingt-douze Résolutions, seront d’une «partisanerie» peu commune. Les divisions se cristallisent entre les deux factions antagonistes, soit patriotes versus loyaux. Plusieurs assemblées populaires seront organisées de part et d’autre. Le compte à rebours a débuté. En 1837, Deux-Montagnes se mobilise particulièrement. Une radicalisation s’opère dès l’été avec l’apparition des charivaris politiques. Le reste fait partie de l’histoire : affrontements, arrestations, décès, répressions et réclamations sont finalement abordés dans le cadre de cette exposition.

Exposition permanente.

Pour plus d'infos, cliquez.

© 2012-2024 Les éditions Pommamour.
Tous droits réservés.
Politique de confidentialité