Dans nos Laurentides logo Édition du 5 mai 2021 / 442e édition
8
Huit ans déjà!
La Place des citoyens de Sainte-Adèle

Proposant un oasis de verdure inspirant et un espace culturel animé, le parc Claude-Henri-Grignon a été complètement réaménagé et inauguré officiellement en septembre 2013. Sa nouvelle vie lui permet de devenir à la fois un lieu de rassemblement et un espace naturel, culturel et social. Le nouveau projet, qui constitue dorénavant une véritable zone citoyenne au cœur du centre-ville de Sainte-Adèle, comporte le réaménagement du parc et la construction de la Place des citoyens.

C’est dans une volonté de doter la ville d’un lieu à vocation culturelle et sociale qu’a pris naissance le projet de la Place des citoyens. Parfaitement intégré à son environnement naturel, ce lieu représente un véritable bijou, autant par son concept que par ses fonctions. C’est à cet endroit que se tiennent les expositions d’artistes locaux et régionaux et une panoplie d’événements à caractère culturel, dans des salles qui se transforment selon les besoins. Des salles axées sur la pureté des lignes, la noblesse des matériaux et sur l’apport des éclairages, du foyer et d’une abondante fenestration. Un lieu privilégié pour plusieurs organismes et artistes qui contribuent à la qualité de vie et à la vitalité de Sainte-Adèle.

Résilience d'Huguette Lagacé Bourbeau

Résidente de Sainte-Anne-des-Lacs, Huguette Lagacé Bourbeau poursuit une démarche artistique qui l’a menée à porter un nouveau regard sur la couleur et sur la forme. Partir de rien, ressentir l’émotion, laisser jaillir les couleurs, les formes et surtout prendre le temps d’apprivoiser ces images qui veulent naître.

Le mélange des textures, les empâtements et le collage lui permettent d’aller plus loin dans sa recherche picturale. Le personnage devient alors prétexte et non plus sujet principal. De plus en plus, la ligne laisse place à la tache, à la couleur et à la troisième dimension créée par les différents médiums.

La création d’une harmonie colorée est un travail méthodique qui vient compléter la partie spontanée de son premier jet. Bien qu’elle peigne surtout des visages, elle ne se considère pas comme une portraitiste. Du geste concret de peindre, d’harmoniser les couleurs et d’équilibrer les formes émerge enfin cette intimité, cette symbiose entre l’artiste et sa toile.

Du 6 au 23 mai.

Entre libre.

Pour plus d'infos, cliquez.

© 2012-2021 Les éditions Pommamour.
Tous droits réservés.